Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

La carte cachée

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL- Lorsque les Islanders ont déterminé leur plan de match pour battre les Canadiens, ils ont sans doute oublié d’ajouter Glen Metropolit sur leur liste de joueurs à surveiller.


Tenu à l’écart du jeu depuis le deuxième match de la saison en raison d’une blessure au haut du corps, Metropolit n’a pas semblé avoir raté une seule mesure lorsque Jacques Martin l’a inséré dans son alignement.

« L’étape la plus importante du match de ce soir a été le retour de Glen Metropolit », a indiqué l’entraîneur-chef des Canadiens. « Les deux buts de son trio en avantage numérique ont été capitaux. Il nous manquait une présence devant le filet. Metropolit n’est peut-être pas le plus gros joueur, mais il est le premier sur la rondelle. »

Avec Metropolit dans l’alignement cette saison, les Canadiens présentent une fiche immaculée de trois victoires et aucun revers tandis que la formation montréalaise a essuyé cinq revers en six matchs en son absence.

« Je suis content que les gars étaient heureux de me revoir, car j’étais heureux de les revoir aussi », a déclaré Metropolit.

Au même moment, quelques pas plus loin dans le vestiaire des Canadiens, Michael Cammalleri avait une grande révélation à faire, au grand détriment des Islanders qui auraient pu bénéficier de cette information avant de baisser pavillon 5 à 1 contre Montréal.

« Que puis-je dire, je suppose que Metro est notre arme secrète », a indiqué Cammalleri, tout sourire. « Glen est tout simplement très bon avec son bâton. Il est comme cet enfant quand nous jouions au hockey dans la rue dont il était impossible d’enlever la rondelle. Il a cette capacité à faire des manœuvres dans des espaces restreints et il peut faire ces passes courtes si utiles en avantage numérique. »

Ayant entendu la remarque de son coéquipier, Metropolit a d’abord rougi avant de poursuivre.

« Je ne sais pas si je suis l’arme secrète », a répondu Metropolit, humblement. « J’essaie simplement de donner tout ce que j’ai à chaque match. J’essaie d’amener de l’énergie et une bonne éthique de travail. Ça aide toujours lorsque l’entraîneur est de ton bord. Avoir la chance de jouer en avantage numérique était certainement une belle marque de confiance.»

En plus d’avoir fait sentir sa présence au cercle des mises au jeu en remportant 5 de ses 7 duels, Metropolit a ajouté sa touche en attaque. Pour la deuxième fois de la campagne, l’attaquant de 35 ans a terminé sa soirée de travail avec deux points, lui qui n’avait connu que deux matchs du genre en 76 rencontres lors de la saison dernière. Il a ainsi été nommé la première étoile de la rencontre.

« Je pense que c’est la première fois que j’obtiens la première étoile depuis que j’ai été à Washington », a admis Metropolit, qui a porté les couleurs des Capitals lors de deux séjours entre 1999 et 2003. « Je suis vraiment heureux. J’aurais voulu en profiter pleinement en faisant un tour rapide de la patinoire, mais ça aurait peut-être été trop long. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À voir également:
Votez pour le choix des partisans
Sommaire du match
Concours "La séquence"
Le jeu des chiffres
En voir plus