Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Intensité à l’honneur

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – «Il n’y a pas de panique. Des mauvais matchs, ça arrive à toutes les équipes », a rappelé Michel Therrien au terme de l’entraînement de lundi matin.

Le pilote du Tricolore, qui a vu sa troupe s’incliner par la marque de 6 à 2 face aux Flames, a profité des quelques heures qu’il avait pour préparer son équipe en vue du match contre les Blackhawks. Et ces quelques heures ont été sous le thème de l’intensité.

«C’était le genre d’entraînement dont nous avions besoin aujourd’hui. C’est amusant d’aller sur la glace et de faire preuve d’intensité. Parfois, l’ambiance n’est pas excellente durant les premières minutes, mais une fois que la compétition embarque, tu blagues avec les autres gars et le niveau d’intensité grimpe d’un cran », a expliqué Max Pacioretty, qui croit qu’un peu d’adversité n’a jamais fait de tort à personne. «Ce n’est pas seulement bon pour travailler les batailles, mais également pour faire travailler les jambes et se souvenir ce que c’est de travailler dur. Parfois, tu te contentes de ce que tu as et tu prends des mauvais plis. Je crois que c’est ce qui nous est arrivé. Un peu d’adversité nous force à aller sur la glace, travailler fort, en espérant que ça se transpose dans un match. »

Si parfois la promiscuité entre les joueurs au cours d’une saison de hockey peut être difficile à vivre, généralement, un peu d’intensité à l’entraînement peut permettre de canaliser ses énergies et de recentrer ses efforts sur la tâche à accomplir.

«C’est une atmosphère positive. À mesure que l’entraînement avance, tout le monde est plus confortable et le niveau de compétition augmente. C’est ce qu’on recherche en ce moment », a ajouté Pacioretty. «Il y a eu bien des bagarres devant le filet et dans les coins. Au début, tout le monde est un peu sur les nerfs. Mais au fur et à mesure, le plaisir revient et la compétition se fait un plus intense, mais amicale. L’ambiance était maussade ce matin dans le vestiaire, mais après un entraînement comme ça, les gars se sentent bien mieux. »

Price et Desharnais s'amusent

Les gars se sentaient si bien qu’au terme de l’heure qu’a duré l’entraînement, certains joueurs se permettaient même des petits jeux. Ça a notamment été le cas de Carey Price, qui s’amusait à conserver la rondelle aux dépens de David Desharnais, qui tentait par tous les moyens de soutirer la rondelle au cerbère.

«On veut revenir sur la bonne voie, mais il faut garder dans l’optique qu’on a une fiche de 8-3-1. Il faut voir le positif là-dedans. Il faut continuer d’avoir du fun parce que ça peut aller de l’autre côté assez rapidement », a souligné Desharnais, donnant beaucoup de crédit aux gardiens de la formation pour la fiche positive des montréalais. «Il faut donner de l’espace à nos gardiens. Ils nous ont sauvés pas mal souvent cette saison, sans même avoir l’avance dans le match. C’est certain qu’on veut être en mesure de connaître un bon départ, leur donner une avance et jouer un bon 60 minutes. »

Si les tribunes téléphoniques s’en donnent à cœur joie, surtout après une défaite aussi difficile à avaler que celle de dimanche soir, Michel Therrien assure que ses adjoints, ses joueurs et lui-même sont bien loin d’appuyer sur le gros bouton rouge.

«On est très déçus du match [de dimanche]. On en a pris bonne note. Mais dans la LNH, il faut passer à autre chose, tout en tentant d’apporter des ajustements. Le plus important, c’est le match de demain », a rappelé le pilote du Tricolore qui célèbrera son 51e anniversaire de naissance le 4 novembre.

Une victoire contre les Blackhawks, ce serait un superbe cadeau, n’est-ce pas?

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale
Échos de vestiaire en vrac
L’ascension parmi les grands
Il y a des soirs comme ça

En voir plus