Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Il y a des soirs comme ça

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL - Il y a des soirs où tout roule en ta faveur et d’autres où rien ne fonctionne. Les Flames ont bien compris ce concept dimanche soir.



Les Flames de Calgary sont débarqués en ville avec une soif de vengeance indéniable. Après la défaite crève-cœur aux mains des Canadiens mardi dernier devant leurs partisans, la troupe de Bob Hartley avait bien des raisons d’être motivée en vue de ce match revanche à Montréal. Calgary a pris les devants cinq minutes après la mise au jeu initiale et c’en était fait. Plus rien ne les a arrêtés. Le message était assez clair : après une période de jeu, les Flames avaient déjà bombardé Carey Price de 19 tirs en plus de bourdonner constamment autour du filet du gardien des Canadiens. Malgré le bon vouloir de l’équipe montréalaise en début de rencontre, rien ne fonctionnait.

« Il y a des matchs où tu ne travailles pas fort et que tout roule et d’autres où tu donnes le maximum et que rien fonctionne », a affirmé sereinement P.K. Subban après cette deuxième défaite d’affilée. « C’est le genre de chose qui fait partie du jeu et qu’il faut gérer en tant que professionnel. Il s’agit seulement du douzième match de la saison, il faut bien évidemment jouer du meilleur hockey. Nous sommes une meilleure équipe que ça. Nous allons retourner à l’entraînement dès demain et être prêts pour notre prochain match. »

Le succès vient en partie avec la discipline, mais pour l’équipe de Michel Therrien, cet aspect du jeu n’était encore une fois pas au rendez-vous dimanche soir. Un total de huit pénalités mineures ont été décernées au Tricolore durant le match. Ce n’était peut-être pas la meilleure idée d’accorder autant de jeux de puissance à une bonne formation en attaque à cinq, comme l’a mentionné Andrei Markov.

« Les pénalités nous ont coupé les jambes ce soir. Nous devons être plus disciplinés pour éviter ces désavantages numériques, » a admis le défenseur russe qui a rejoint Doug Harvey au 3e rang de l’histoire de l’équipe au chapitre des points chez les défenseurs grâce à sa mention d’aide sur le but de Lars Eller. « Nos unités spéciales doivent être certainement meilleures. Nous devons jouer plus dur et avec plus d’émotion. Nous savons que nous sommes capables. Nous allons nous regrouper et mieux jouer lors du prochain match. »

L’entraîneur-chef Michel Therrien n’a pas été tendre envers ses joueurs qui, selon ses dires, n’ont pas livré la marchandise dimanche soir. Même si le Tricolore est troisième au classement général du circuit Bettman, il faut se rappeler que chaque équipe est un adversaire de taille et que la parité est plus forte que jamais.

«Si tu n’es pas prêt à compétitionner dans cette ligue, tu n’as aucune chance. On n’était pas prêts à travailler ce soir », a déclaré brièvement Therrien à la suite de ce revers de 6 à 2. « On a pris de trop de mauvaises pénalités. Ça a été un match difficile pour plusieurs joueurs. C’est dur à accepter. »

Des retours spectaculaires, comme on a pu voir contre les Flyers en début saison, ça n’arrive pas tous les jours. L’énergie du désespoir a également ses limites, surtout quand l’équipe adverse réplique avec  des buts assommoirs. Max Pacioretty est d’avis que le goût de gagner était toujours là malgré le déficit, mais que le momentum ne coopérait pas.

« On sentait qu’il y avait toujours un espoir de l’emporter, ce fut le cas dans plusieurs matchs jusqu’à maintenant cette saison. C’est un atout pour nous d’avoir cette mentalité », a expliqué Max Pacioretty qui a réussi à trouver un minimum de positivisme à propos de cette rencontre. « Par contre, les pénalités ont fini par tuer l’espoir qu’on avait de revenir de l’arrière. Nous nous sommes mis dans ce trou nous-mêmes. Il faudra être intense durant 60 minutes, c’est tout. »

Même si ce match ne semble pas rejaillir quelque chose de positif, il faut se rappeler que demain est un autre jour et que mardi soir contre les Blackhawks, le compteur sera remis à zéro.

Philippe Frenette-Roy écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Brasser les cartes
Carey Price remporte la Coupe Molson en octobre
Conclusion amère

En voir plus