Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Histoire de famille

par Staff Writer / Montréal Canadiens

PHILADELPHIE – Donald Audette était un papa plutôt fier lorsqu’il a entendu le nom de son fils prononcé par Trevor Timmins samedi matin. Et avec raison.

L’ancien joueur et aujourd’hui dépisteur amateur pour les Canadiens n’était pas à la table de repêchage avec les autres dépisteurs quand son patron a pris le micro pour annoncer le 147e choix de l’encan amateur 2014 de la LNH. Il était plutôt avec Daniel, son fils, dans les estrades.

«Mon père a passé le repêchage avec moi. C’est une journée spéciale alors j’étais vraiment content qu’il soit là», a souligné Daniel Audette, qui évolue avec le Phoenix de Sherbrooke. «Il m’a dit d’apprécier le moment présent. Il avait été repêché vraiment tard et il m’a dit que c’était quand même une de ses plus belles journées à vie. C’est de cette façon que j’ai vu la journée. »

En vrac:Daniel Audette

«On ne se le cachera pas, la famille c’est la famille », a pour sa part laissé savoir Donald, qui avait envoyé un message texte à son fils en matinée pour lui souhaiter bonne chance. «Comme on ne repêchait pas avec le 87e rang, Trevor m’a dit d’aller voir Daniel et de passer du temps avec lui. Je voyais qu’il commençait à être nerveux et je crois que c’est important de lui offrir du support.»

Si Audette le père, comme le fils, connaissait l’intérêt que les Canadiens vouaient à l’espoir originaire de Blainville, le processus a été des plus transparents et tout le monde assure qu’il n’y a eu aucun traitement de faveur.

«Chaque fois qu’on parlait de Daniel dans le processus, je me retirais de la pièce parce que c’est un sujet assez délicat », a mentionné Donald, qui a connu une carrière de 14 saisons dans la LNH, dont trois dans l’uniforme des Canadiens de Montréal. «C’est une journée qui lui revient. Tout le long de sa carrière, il a vécu des événements où il a été reconnu à sa juste valeur et c’est le cas encore. C’est sa journée à lui. »

Après avoir grandi dans l’ombre de son père au cours des 18 premières années de son existence, l’occasion est superbe pour que le jeune homme puisse se tailler une place, ce qu’il fait petit à petit depuis de nombreuses années.

«Il a grandi dans l’adversité. Il a toujours été le gars de Donald Audette. Maintenant il est temps qu’il fasse sa place à lui. Il gravit les échelons par lui-même et il est rendu là», mentionne le paternel au sujet de son fils, qui a enregistré 76 points en 68 matchs avec le Phœnix en 2013-2014. «La pression pour lui, ce n’est pas quelque chose de nouveau. Hier il m’a dit «papa, ne t’en mêles pas ». Je pense qu’on est assez professionnel pour nous retirer. On verra ce que l’avenir réserve.»

Pour Daniel, le fait d’être repêché rendait la journée spéciale. De l’être par les Canadiens de Montréal l’était encore plus.

«J’ai toujours habité à Montréal. Les Canadiens c’est l’équipe que je regarde et que j’appuie depuis que je suis jeune. C’est vraiment un moment spécial», a lancé celui qui aimerait bien être comparé à Matt Duschesne dans un avenir prochain. «Il est rapide, il aime créer des choses offensivement. C’est un peu mon genre de joueur. Je suis un joueur rapide qui aime bien prendre son temps avec la rondelle. Je suis plus un passeur qu’un marqueur, mais je suis quand même capable de marquer lorsqu’il le faut. »

Maintenant qu’il a un logo de la LNH accolé à son nom, Daniel Audette sait que ce n’est que le début d’une aventure. Et il aura les meilleurs outils et surtout les meilleurs conseils pour poursuivre son ascension.

«Je sais à quoi m’attendre. Mon père m’en a beaucoup parlé. Ça aide. Il m’explique souvent les sacrifices qu’il a dû faire pour arriver là», a conclu Audette, le fils.

En espérant maintenant que l’expression «tel père tel fils» s’applique. Jusqu’ici on peut dire que c’est le cas.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En vrac: Donald Audette
En vrac: Daniel Audette
La cuvée 2014
Bonjour Nikita

En voir plus