Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Faire ses classes

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – En 2007, Simon Bourque, alors âgé de dix ans, participait à la toute première édition de l’école de hockey des Canadiens et écoutait attentivement les conseils des joueurs invités. Huit ans plus tard, c’est lui qui se retrouvait à l’avant-scène, à prendre la parole devant les jeunes de la cohorte 2015 de l’école de hockey.

« C’est quand même drôle, parce que j’ai rencontré Francis Bouillon l’autre jour et c’est lui qui était venu nous parler lorsque j’ai participé au camp des Canadiens en 2007! », se souvient Bourque, le choix de sixième ronde des Canadiens au dernier repêchage, qui est de passage au Complexe sportif de Brossard pour poursuivre son entraînement estival et qui a accepté avec plaisir de donner un peu de son temps aux jeunes hockeyeurs. « Je leur ai dit qu’il ne faut jamais lâcher peu importe tous les obstacles qu’ils vont rencontrer. C’est sûr qu’il va y avoir des gens qui vont te dire que tu n’es pas capable, mais la seule personne qui a besoin de croire en toi, c’est toi-même. »

Pour le défenseur de 18 ans, le temps passé à s'entraîner sur la Rive-Sud est un retour un peu plus à la normale après quatre mois assez intenses, durant lesquels il a remporté la coupe du Président de la LHJMQ avec l’Océanic de Rimouski, pris part à quatre matchs en six jours à la coupe Memorial, été repêché au sixième tour par les Canadiens en Floride et a donné ses premiers coups de patin dans l’uniforme du Tricolore.

« Ça a été une saison très spéciale. On avait une belle équipe à Rimouski. J’ai été chanceux, j’ai pu profiter de deux belles années pour me développer avec des bons vétérans et nous avons gagné la Coupe du Président. La Coupe Memorial, ça a été une bonne expérience pour mon bagage personnel, et ensuite le repêchage, c’était le couronnement de toute la saison », d’expliquer Bourque, choisi au 177e échelon par le groupe de Trevor Timmins. « J’étais nerveux plus ça avançait, j’avais peur de ne pas être choisi. Finalement, quand j’ai entendu mon nom être prononcé, par les Canadiens en plus, c’était simplement magique.»

Moins de deux semaines plus tard, il participait au camp de perfectionnement, où il a notamment pu établir un premier contact avec d’autres membres de l’organisation et planifier un programme d’entraînement avec le personnel du développement des joueurs du Tricolore.

« C’était une belle première expérience dans un niveau supérieur. C’était plaisant de voir des gars qui ont joué à Hamilton, qui sont passés par où je suis en ce moment », de raconter Bourque, qui a rencontré Martin Lapointe et Rob Ramage, respectivement directeur et entraîneur du développement des joueurs, à la fin de la semaine. « On a regardé ce sur quoi je pouvais travailler cet été hors de la glace et sur la glace et comment ils voyaient mon développement. Je suis jeune encore, j’ai beaucoup de choses à apprendre. »

Et quoi de mieux pour apprendre que de profiter des enseignements de professionnels? À Brossard, où il s’entraîne depuis déjà deux semaines, le Longeuillois peut non seulement profiter des installations de qualité, mais aussi de la présence de quelques vétérans du club, dont Tomas Plekanec, qui lui donne un coup de pouce à l’occasion.

« Pour moi, de m’entraîner avec lui le matin, c’est beaucoup d’apprentissages. J’essaye de le suivre – je dis bien j’essaye parce que c’est tout un athlète! », de lancer Bourque, qui a également rencontré Andrei Markov, Lars Eller et Zack Kassian entre autres depuis qu’il est arrivé à Brossard. « Des fois, quand je m’entraîne, s’il voit qu’il peut m’aider sur certaines choses, il va le faire et me donner des conseils. C’est un très bon gars. »

Mais à la fin du mois d’août, ce sera surtout lui qui en donnera des conseils, à son retour à Rimouski. À sa troisième saison dans la LHJMQ, Bourque entend prendre plus de place dans le vestiaire de l’Océanic, qui comptera sur une équipe beaucoup plus jeune après le départ de plusieurs de ses vétérans pour les rangs professionnels. Et il se dit très à l’aise dans ce rôle.

« Je suis content, j’aime prendre ma place. Je le faisais déjà l’an passé, mais on pouvait aussi compter sur des bons vétérans qui avaient plus de vécu plus que moi », de conclure Bourque, en faisant notamment référence aux défenseurs Samuel Morin, choix de premier tour des Flyers de Philadelphie en 2013 et Jan Kostalek, choix de quatrième ronde des Jets de Winnipeg en 2013. « Ils m’ont beaucoup aidé. J’ai appris beaucoup de ces gars-là, et même au niveau junior, je trouvais qu’ils agissaient comme des professionnels. Cette année, je crois que ça va être à mon tour de faire qu’est-ce que eux ont fait avec moi. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Vers la LNH: Nathan Beaulieu
Travail acharné 
Résidence permanente
CH à cœur : Danny Smiles

En voir plus