Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Des arrivées attendues

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Alexander Radulov attend impatiemment l’arrivée de sa famille dans son nouveau domicile.

Après être atterri à Montréal en provenance de Moscou le 20 août dernier, Alexander Radulov est resté en contact avec sa femme Daria – une ancienne athlète en gymnastique rythmique et médaillée d’argent olympique – et son fils de neuf mois, Makar, par l’entremise de la technologie offerte par son téléphone intelligent. Ces derniers sont demeurés en Russie, là où le vétéran attaquant a dominé la KHL au cours des quatre dernières saisons avec le CSKA de Moscou, avant de vouloir revenir en Amérique du Nord et de signer un contrat d’un an avec les Canadiens le 1er juillet.

« Ma famille me manque assurément. Je suis à Montréal depuis quelques semaines sans eux. Nous passions tellement de temps ensemble en Russie avant mon arrivée ici. Dès que tout sera prêt, ils viendront », atteste Radulov, qui s’attend à ce que Daria et Makar le rejoignent à Montréal juste avant le début du camp d’entraînement. « Ce sera bien [lorsqu’ils seront ici]. J’étais souvent auprès de ma femme lorsqu’elle était enceinte. Maintenant j’ai un enfant et il me manque beaucoup. »

Force est d’admettre que les sept heures de différence entre Montréal et la capitale russe rendent les choses difficiles lorsqu’il est temps pour l’ailier de 30 ans de prévoir les très importantes séances de FaceTime avec Daria et Makar. Mais ils ont trouvé une manière de composer avec son entraînement au gymnase et celui sur la glace.

« L’heure est différente, c’est donc très difficile. Je m’entraîne beaucoup actuellement. Lorsqu’ils sont sur le point d’aller se coucher, je leur parle ainsi que lorsque d’autres occasions se présentent à moi », mentionne Radulov, qui souligne que les réactions de son fils lorsqu’il le voit à l’écran sont très divertissantes. « Il voit la photo et il me voit. Il est un peu perdu parce qu’il est habitué de me voir à ses côtés tout le temps. Il touche l’écran et le frotte. C’est très drôle. »

Lorsque sa tendre moitié et leur premier-né arriveront en ville, Radulov sait déjà où il les emmènera pour passer du temps de qualité avec eux, après avoir été à 7 000 kilomètres d’écart durant un mois.

« Le premier endroit où je veux les emmener est au zoo. Je veux vraiment emmener mon fils là-bas. J’adore prendre une marche avec lui et lui montrer de nouvelles choses. Il devient tout excité. Je tente toujours de faire quelque chose pour le faire sourire. C’est tellement valorisant », partage Radulov, qui prévoit aussi visiter d’autres attraits touristiques de marque avec sa famille plus tard ce mois-ci. « Le Vieux-Montréal est beau. Nous irons passer du temps là-bas, surtout près de l’eau. Nous irons souper là-bas. Ça va être bien de simplement passer du temps avec eux et de leur faire découvrir la ville. »

La paternité va à merveille à Radulov, qui a mentionné à plusieurs reprises depuis qu’il s’est joint aux Canadiens qu’avoir une famille a complètement changé sa vie, des changements qu’il croit être la clé de son retour dans la LNH, une première pour lui depuis 2011-2012.

« Maintenant que j’ai un enfant, je sais que je dois prendre soin de lui sur tous les aspects, surtout puisqu’il est tout jeune. Je sais qu’il grandira rapidement et que le temps passera vite. Je veux simplement donner l’exemple, faire tout ce que je peux pour garder ma famille heureuse, bien élever mon fils et être un père parfait. Je crois que tout le monde souhaite ça », explique Radulov, avant d’élaborer sur l’impact qu’a eu l’arrivée de Makar dans sa vie. « J’apprends quelque chose de nouveau à presque tous les jours sur le fait d’être père. C’est la plus belle chose qui m’est arrivée. »

Même si Makar est encore très jeune, il pourrait effectuer quelques apparitions au Centre Bell en compagnie de Daria pour encourager son père. L’ancien choix de première ronde – 15e au total – des Predators de Nashville se souvient d’avoir emmené Makar à son tout premier match en mars dernier, lorsque le CSKA de Moscou était en plein cœur de leur parcours éliminatoire qui s’est conclu en grande finale de la coupe Gagarin.

« C’était en deuxième ronde des séries. Il n’avait que cinq mois. Ma femme voulait venir au match et elle l’a emmené. J’étais tellement heureux de le voir. J’ai même marqué un but durant ce match. Nous avons perdu, mais il y avait quelque chose de différent à propos de cette partie », se souvient Radulov, faisant référence à la défaite de 2 à 1 aux mains du Torpedo de Nizhny Novgorod, au Ice Palace de Moscou. « Lorsque votre famille est dans les gradins et qu’elle vous encourage, ça vous incite à vous défoncer encore plus. »

Heureusement, ses deux plus grands admirateurs seront bientôt à Montréal et il a très hâte de leur montrer tout ce que cette ville peut leur offrir.

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

VOIR AUSSI
De l’autre côté du micro avec… Vincent Damphousse 
L’été à la maison 
Toute une rentrée 
L’été de mes 26 ans 

En voir plus