Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Des ailes et du hockey

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – C’est une tradition depuis 24 saisons déjà. Encore une fois cette année, les Canadiens disputeront deux matchs l’après-midi en deux jours, histoire de mettre la table pour l’un des plus grands événements sportifs de l’année : le Super Bowl.

Si les joueurs des Canadiens ne sont pas tous sur la même longueur d’onde à propos du choix de l’équipe qu’ils aimeraient voir remporter le trophée Vince-Lombardi, tous semblent s’entendre pour dire que, bien qu’exigeante, ils apprécient la tradition de jouer deux rencontres au Centre Bell l’après-midi, une fois par année.

« C’est deux matchs en après-midi. Il n’y a pas vraiment d’excuses », affirme Pacioretty, auteur du seul but jeudi soir face aux Rangers. « Nous aimons tous jouer des matchs l’après-midi. Tu te réveilles, tu te prépares pour le match et tu y vas. Il n’y a pas beaucoup de réflexion. On veut poursuivre sur ce qu’on a fait lors de notre dernière rencontre. Personnellement, j’aime les matchs en après-midi. Parfois, la routine des jours de match devient ennuyante. On fait la même chose à chaque fois. C’est bien d’avoir un peu de changement. »

C’est également un changement de routine pour l’entraîneur-chef du Tricolore, qui conservera sa tactique de se concentrer sur un match à la fois.

« Il y a beaucoup d’ajustements à faire », a expliqué Michel Therrien, affirmant que les deux équipes devront s’adapter. « La chose qui est bien, c’est que c’est une belle opportunité pour les jeunes enfants de venir assister à un match au Centre Bell. C’est une belle atmosphère durant le week-end du Super Bowl. Mais il y a définitivement des ajustements à faire pour les joueurs et les entraîneurs. C’est la même chose pour les deux équipes. »

Bien que les joueurs apprécient le changement de routine, ils auront à faire face à une formation dangereuse samedi après-midi en les Capitals et devront être très vigilants face à Alex Ovechkin, qui a pris le premier rang des buteurs de la LNH mercredi soir, avec 29 filets à son actif.

« Il est évidemment quelqu’un de très dangereux », note Brendan Gallagher, qui compte 12 buts jusqu’ici cette saison. « Il faut lui porter une attention particulière. Ce n’est pas la première fois que nous jouons devant des joueurs d’élite. On sait comment les contenir. Il faut tout simplement un peu plus de préparation. Quand tu es sur la glace, tu dois te concentrer sur lui – tu ne peux pas l’oublier. Nous devons en être conscients. Ne pas trop changer notre jeu, mais le garder en tête. »

« Ils jouent bien, ils ont une bonne équipe », ajoute Tomas Plekanec à propos de la formation de Barry Trotz, qui occupe le troisième rang dans la division Métropolitaine avec 59 points et 25 victoires. « Ils n’ont pas beaucoup changé leur alignement. Ils ont plusieurs bons jeunes joueurs qui ont une bonne chimie. Ce sera difficile de jouer contre eux. Nous devrons être prêts. »

Une fois les deux joutes terminées, les joueurs pourront relaxer et profiter du Super Bowl, comme quelques autres millions d’amateurs sur la planète.

« C’est bien de toujours être à la maison sur le match du Super Bowl. Nous nous rassemblons toute l’équipe après et nous pouvons nous détendre. C’est toujours mieux si on gagne, donc j’espère que nous réussirons », raconte Pacioretty, qui encouragera les Seahawks de Seattle dimanche.

Gallagher, de son côté, a affirmé qu’il passerait son dimanche soir en compagnie de son père, un grand partisan des Patriots. Par contre, le jeune attaquant est un fervent amateur des Bengals de Cincinnati.

Si votre choix d’équipe pour le Super Bowl n’est toujours pas fait, voici quelques données qui pourraient vous éclairer : l’année dernière, lors de la seule victoire au Super Bowl des Seahawks de Seattle, les Canadiens ont perdu leurs deux rencontres du week-end, ne récoltant qu’un maigre point en prolongation face au Lightning. En 2004, lors de la dernière victoire de Patriots, ils ont été blanchis 1 à 0 aux mains des Bruins, mais ont remporté la rencontre du dimanche par la marque de 6 à 4 face aux Blackhawks. En 2002, la seule autre année où les Patriots ont remporté championnat depuis l’instauration du traditionnel week-end, le Tricolore a réussi à aller chercher un point lors d’un match nul contre les Sénateurs, puis ont remporté leur duel face aux Sharks le dimanche.

C’est donc dire que, si la rivalité des Canadiens avec les Bruins de Boston est bien réelle, il semblerait que lorsque les représentants du Massachussets de la NFL remportent le Super Bowl, les Montréalais offrent de meilleures performances.

Élise Robillard écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Je me souviens
Le jeu des chiffres - 29 janvier 2015
Vaincre ses démons

Frais et dispo

En voir plus