Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Débuts attendus

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Les deux nouveaux membres des Canadiens auront bientôt la chance de se faire valoir.

À la veille du premier voyage de la saison, dont le premier arrêt aura lieu samedi soir à Boston, l’entraîneur-chef Michel Therrien a confirmé que Mike Condon, le nouvel adjoint à Carey Price, serait devant les filets dimanche soir à Ottawa et que Paul Byron, que les Canadiens ont réclamé au ballotage mardi, devrait disputer au moins un match avec sa nouvelle équipe dans les jours à venir.

« J’ai annoncé à Condon qu’il restait avec l’équipe [lundi] en lui disant "Tu commences dimanche", et il était évidemment bien heureux », de raconter l’entraîneur-chef, qui avait déjà prévu depuis quelques jours donner le filet à la recrue dimanche. « On veut voir de lui la continuité de ce qu’il nous a démontré par le passé – que ce soit la saison dernière dans la Ligue américaine où il avait très bien fait ou au camp d’entraînement. On veut qu’il nous donne une chance de gagner chaque match qu’il dispute. »

Pour le principal intéressé, qui disputera un premier match en carrière dans la LNH, le fait de savoir quelques jours à l’avance qu’il obtiendra le départ ne change en rien sa préparation.

« Le soir d’avant, la journée du match ou une semaine d’avance, le processus reste toujours le même. Ça ne change pas vraiment grand-chose pour moi», d’admettre Condon. « Je n’y pense pas trop, pour l’instant, je me concentre sur le match contre les Bruins. »

En attendant son tour du bout du banc, la recrue peut néanmoins prendre le temps d’apprivoiser son nouvel environnement.

« Je sentais que c’était beaucoup plus rapide qu’en matchs préparatoires. Il y avait beaucoup de rythme et l’énergie était très différente, c’était excitant», d’ajouter Condon.

De son côté, Paul Byron ne connait toujours pas la date à laquelle il fera ses débuts dans l’uniforme tricolore, mais il sait du moins à quoi s’attendra l’entraîneur de lui lorsqu’on lui fera une place dans l’alignement.

« Je ne m’attends pas à ce que mon rôle change ici. Je suis un joueur polyvalent qui amène de la vitesse, de l’énergie et un bon échec-avant. Je peux créer de l’attaque, je peux jouer en infériorité numérique, je peux jouer sur n’importe quel trio», de noter Byron, qui a été utilisé à toutes les sauces à Calgary – un peu comme Dale Weise depuis son arrivée à Montréal. « Je jouais sur le quatrième trio, mais également sur les deuxièmes et troisièmes trios à l’occasion, ça dépendait du match et de comment se déroulait la partie. Je m’attends à apporter plus d’options à l’entraîneur. »

Si Michel Therrien avoue ne pas en connaître énormément sur le choix de sixième ronde des Sabres de Buffalo en 2007, il peut néanmoins se fier sur les bons mots de ceux qui l’ont côtoyé auparavant.

« On va apprendre à mieux le connaître, mais j’ai déjà entendu plein de bons commentaires à son égard», d’affirmer le pilote du Tricolore, qui a admis avoir parlé avec Bob Hartley, ami de longue date et entraîneur-chef des Flames de Calgary après l’acquisition de Byron. « C’est un grand travaillant, il a toujours été apprécié de ses entraîneurs et de ses coéquipiers au fil de sa carrière, donc nous sommes très contents de l’avoir dans nos rangs.»

Bob Hartley s’est d’ailleurs entretenu avec celui qui évoluait dans l’organisation des Flames depuis 2011-2012 avant qu’il ne quitte pour Montréal.

« Il m’a donné un aperçu de ce que c’est de jouer à Montréal, mais j’ai grandi à Ottawa et joué à Gatineau dans la LHJMQ, donc je sais exactement à quoi m’attendre. Je sais que je devrai tout donner à chaque soir », de reconnaître Byron, qui a évolué durant trois saisons avec les Olympiques de Gatineau entre 2006 et 2009. « C’est tellement proche de la maison et c’est une franchise avec tant d’histoire, de faire partie des Canadiens de Montréal est un rêve pour n’importe quel hockeyeur ayant grandi au Canada. »

Il ne reste maintenant plus qu’à convaincre son père de vivre le rêve avec lui.

« Mon père a vécu plusieurs émotions quand j’ai été réclamé par les Canadiens, parce qu’il a grandi en tant que partisan des Bruins, malheureusement pour lui », de conclure l’attaquant. « Je crois qu’il va porter les couleurs des Canadiens cette saison pour me supporter. Il va falloir le faire changer de camp. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
Entraînement - 9 octobre
Rien n’a changé

Les Canadiens réclament l'attaquant Paul Byron au ballottage des Flames de Calgary

Saisir sa chance
 

En voir plus