Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

De retour en ville

par Staff Writer / Montréal Canadiens

TERREBONNE – L’entraîneur-chef Michel Therrien a toutes les raisons d’être confiant en ses troupes pour la saison 2015-2016.

S’adressant aux médias au club de golf Le Mirage mardi matin avant son tournoi de golf annuel sur la Rive Nord, le patron du banc des Canadiens est revenu sur la remarquable saison régulière de son équipe, un été occupé, et a commenté au sujet de plusieurs joueurs alors que le camp d’entraînement débutera dans cinq semaines.

« Nous avons connu du succès la saison dernière [en 2014-2015]. Nous avons obtenu 50 victoires, et nous nous sommes rendus jusqu’en deuxième ronde. Le but est toujours de gagner la coupe Stanley. C’est la même chose pour toutes les équipes. Les 29 autres équipes qui ne la gagnent pas sont déçues. Notre objectif est de participer aux séries. C’est ça le défi. Nous voulons nous placer dans la meilleure position possible. Les gens oublient souvent que nous n’avons inscrit que huit buts de moins que les Blackhawks de Chicago durant la saison régulière. Huit buts en 82 parties, ce n’est pas beaucoup », d’analyser Therrien, qui est revenu à Montréal vendredi dernier après avoir passé la majorité de l’été en-dehors du Québec.

« La compétition est féroce dans la LNH d’aujourd’hui. La saison dernière, nous avons vu les champions de la coupe Stanley de l’année d’avant, les Kings de Los Angeles, rater les séries éliminatoires. Les Bruins de Boston, qui étaient au premier rang la saison d’avant, ne se sont pas qualifiés non plus. Ça prouve à quel point c’est serré. C’est une ligne mince. C’est difficile de participer aux séries », d’ajouter Therrien, qui croit que son groupe bénéficiera de l’expérience acquise la saison dernière, malgré la sortie rapide en mai dernier. « J’aime comment les joueurs se sont développés. Nos jeunes leaders acquièrent beaucoup d’expérience. Le fait de jouer des gros matchs et de connaître du succès en séries est très bon pour eux. Ces jeunes-là ont beaucoup progressé au cours des trois dernières années. C’est encourageant. »

Parmi ces jeunes joueurs, Alex Galchenyuk, qui a atteint plusieurs sommets personnels la saison dernières, marquant 20 buts et 46 points en 80 rencontres durant la saison régulière, en plus d’un différentiel de plus-9, avant de signer un contrat de deux ans avec les Canadiens le 30 juillet dernier.

« C’est un jeune joueur. J’aime comment il se développe. Il a fait beaucoup de progrès. Il apprend à jouer dans la LNH. Nous allons découvrir rapidement s’il sera un joueur de centre ou un ailier, mais la principale chose que je veux qu’il fasse est de jouer avec confiance. C’est ce qui lui apportera du succès. Je ne le mettrai pas dans une position où il ne sera pas en confiance. Vous ne pouvez pas faire ça avec des jeunes joueurs. Il se dirige dans la bonne direction », de mentionner Therrien, qui a rencontré Galchenyuk et sa famille à la fin juin au repêchage de la LNH en Floride. « Il passe l’été là-bas, donc j’en ai profité pour aller diner avec lui. Nous avons eu une bonne conversation. C’était bien de le voir, spécialement dans un contexte différent et en-dehors du hockey. »

Moins d’une semaine avant la signature de Galchenyuk, le directeur général Marc Bergevin a réussi à mettre la main sur Alexander Semin, qui a marqué 20 buts à sept reprises dans sa carrière, pour un contrat d’une saison. Bien que l’attaquant russe arrive à Montréal suite à la saison la moins productive de sa carrière, Therrien insiste que l’ajout d’un vétéran qui a fait ses preuves à l’attaque ne peut qu’aider les Canadiens à améliorer leur production offensive.

« C’est un bon défi [d’être l’entraîneur d’un joueur comme Alexander Semin]. C’est comme ça que je le vois. Il a beaucoup de potentiel. C’est une occasion pour lui de retrouver son niveau de jeu d’avant. Nous allons lui donner cette chance. Lorsque nous avons analysé notre groupe, nous pensions qu’il pouvait répondre à un besoin. Il peut marquer. Il peut faire des jeux. Il a prouvé par le passé qu’il peut contribuer aux succès offensifs d’une équipe. Nous voyons cela comme une situation gagnante pour les deux camps », d’affirmer Therrien, qui a également partagé sa vision quant à l’approche à prendre pour travailler avec des joueurs de talent comme Semin.

« Ce n’est pas comme dans le vieux temps où il n’y avait qu’une seule et unique façon. Ça ne marche plus de cette façon. Tu dois bâtir des relations avec les joueurs et communiquer avec eux. Je crois vraiment en cela et je crois en l’apprentissage des bonnes façons de jouer », d’ajouter Therrien, en insistant sur le fait qu’il fera tout en son pouvoir pour obtenir le meilleur du dynamique ailier droit tout au long de la saison. « Nos joueurs croient en ce que nous bâtissons ici. J’ai beaucoup de respect pour eux. C’est un groupe qui se bat à chaque soir. Ils travaillent fort. »

Cela, en plus d’autres choses, a certainement contribué à influencer des joueurs comme Jeff Petry et Torrey Mitchell, acquis à la date limite des échanges, à signer un contrat avant l’ouverture du marché des agents libres, préférant prolonger leur séjour dans la belle province. Sans surprise, Therrien semblait heureux de les voir rester.

« Je suis très heureux que nos joueurs aient pu signer leurs contrats. Que nous soyons en mesure de garder des gars comme Petry et Mitchell, qui étaient déjà des agents libres, ça en dit long. Ces gars avaient l’opportunité d’aller ailleurs. Je crois qu’ils ont apprécié la manière dont l’organisation fait les choses. Ils appréciaient la chimie qu’il y a au sein de notre équipe. Nous sommes très fiers du fait que des joueurs qui pouvaient aller voir ailleurs finalement décidé de rester avec nous », a offert Therrien, qui voit ces contrats comme un autre indicateur que le CH est sur le bon chemin.

« Mettre sous contrat des gars comme ça est inhabituel dans un marché comme Montréal. Il y a beaucoup de pression. Cependant, ils aiment beaucoup l’esprit d’équipe. C’est un groupe qui veut gagner. Même pour des gars qui arrivent comme Semin et [Zack] Kassian, je crois qu’ils vont apprécier la manière dont nous faisons les choses. Ils vont aimer faire partie de notre groupe », poursuit Therrien, qui compte désormais 337 victoires derrière le banc depuis ses débuts en tant qu’entraîneur dans la LNH en 2000-2001. « C’est un gros plus d’avoir ces joueurs dans l’alignement dès le début de la saison plutôt que plus tard durant l’année. »

Maintenant, Therrien est heureux à l’idée de retourner au travail et à se préparer pour une autre saison qui promet être des plus excitantes.

« Quand le mois d’août arrive, on pense certainement au hockey. L’ambiance est définitivement là. Ce tournoi de golf est le début », a conclu Therrien, qui a également indiqué que Max Pacioretty se remet bien de la blessure au genou qu’il a subie au début du mois de juillet, ayant repris l’entraînement. « Ce n’est pas la journée idéale pour un tournoi de golf, mais la température est une de ces choses sur lesquelle nous n’avons aucun contrôle. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En vrac: Tournoi de golf de Michel Therrien
Une étape à la fois
CH à coeur: Jennifer Finnigan

Vers la LNH: Greg Pateryn

Vers la LNH: Alex Galchenyuk

En voir plus