Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Dans le calepin - 3 février 2011

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui : Pacioretty l’attaquant de puissance, ce qui a changé selon Pleky et Cammalleri philosophe.


De la puissance à revendre : N’hésitant pas à aller jouer dans le trafic, Max Pacioretty connaît du succès. Que son joueur de centre soit Scott Gomez ou Tomas Plekanec, l’ailier gauche produit avec constance. Aimant se mettre le nez devant le filet, il n’est pas rare d’entendre le terme attaquant de puissance pour le qualifier.

Faits saillants Canadiens - Panthers
« J’aime quand on m’accole le titre d’attaquant de puissance parce qu’il n’y a pas beaucoup de joueurs dans la LNH à qui on donne ce qualificatif », a mentionné Pacioretty, qui a une récolte de six points à ses cinq derniers matchs. «C’est ce qui rend un attaquant de puissance tellement indispensable. Je sais que je suis capable d’en être un et je vais tout faire pour en devenir un. »

Je pense donc je suis: Ayant déjà raté cinq rencontres en raison d’une blessure subie à Buffalo le 18 janvier dernier, Michael Cammalleri était l’un des quatre joueurs des Canadiens à mettre le patin sur la glace jeudi matin à Brossard.

L’ancien des Wolverines du Michigan n’a peut-être pas étudié la philosophie durant ses trois ans à Ann Arbor, mais lorsqu’il a été questionné par les médias au sujet de son éventuel retour au jeu, le tireur d’élite de 28 ans n’a pas hésité à faire appel à son Descartes intérieur.

«De mettre une date de retour ne fait pas de sens. Les docteurs peuvent dire ce qu’ils veulent et prendre autant de photos qu’ils le désirent, mais aucune blessure n’est pareille; c’est un peu comme des flocons de neige », a rigolé Cammalleri. «Le corps humain n’est vraiment pas une science exacte.»

Ce qui a changé : Un autre membre du Tricolore impressionné par le jeu de Pacioretty dernièrement est son nouveau joueur de centre, Plekanec. Il a eu la chance de le voir évoluer au cours des trois dernières saisons, mais selon l’attaquant tchèque, le plus gros changement chez Pacioretty s’est passé entre les deux oreilles.

«Il joue de façon aussi physique et ça lui réussit bien. Mais depuis qu’il est ici, je crois qu’il est plus solide mentalement qu’il l’a été par le passé », a laissé savoir le meilleur pointeur des Canadiens. «Avant, il devenait frustré quand les choses ne fonctionnaient pas, mais il ne s’en fait plus maintenant. Ça se voit sur la glace. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Plekanec vous remercie
Rapport des Bulldogs
Le Tricolore sort ses griffes
Oh Capitaine 
En voir plus