Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: Match #4

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Difficile, mais pas impossible
En déficit trois matchs à zéro dans la série, les Canadiens tenteront de garder la tête hors de l’eau et d’éditer un exploit rarement réalisé. Seulement deux équipes ont déjà réussi à remonter un déficit de trois matchs : les Maple Leafs de Toronto de 1942 et les Islanders de New York de 1975. Aucune équipe dans l’histoire n’a réussi l’exploit en première ronde.


Du jeu robuste
À tous ceux qui disaient que les Bruins étaient trop robustes pour les Canadiens, il suffit de regarder le nombre de mises en échec distribuées lors de la série pour prouver le contraire. Le jeu physique a été le fer de lance des joueurs du Tricolore, qui ont coincé un joueur des Bruins entre eux et la bande à 92 reprises depuis le début de la série. Les «Big Bad Bruins» ont plutôt joué les agneaux en ne distribuant que 62 mises en échec.
 
Peu de pénalité
Il faut croire que l’air montréalais calme les ardeurs et inspire l’autorité, puisque malgré le jeu très physique des deux équipes en présence au cours du match numéro 3, seulement 16 minutes de pénalités ont été décernées, dont huit au cours de la même altercation, au cours du premier vingt. C’est la première fois depuis le début de la série que les Canadiens vont moins souvent au cachot que les Bruins.

Sur le coup du sifflet
Jusqu’à présent dans la série, les Canadiens ont une moyenne de 45,5% de mises en jeu gagnées. Dans le match #3 tenu à Montréal, Tomas Plekanec a connu un excellent match sur le plan des mises en jeu, gagnant 67% de ses duels. Saku Koivu a également connu un bon match à ce niveau, dirigeant la rondelle à sa guise dans 64% des cas.

Le millionième visiteur

Après le match de ce soir, 1 021 104 entrées au Centre Bell auront été enregistrées cette année. L’amphithéâtre des Canadiens a été rempli à pleine capacité à chaque rencontre préparatoire, chaque match de la saison régulière et bien sûr, à chaque partie des séries éliminatoires.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À lire également:
Dans le calepin  
Le quart-arrière substitut
Jamais deux sans trois
Le septième joueur
Tout sur la série Canadiens-Bruins
Canadiens-Bruins:1946
Canadiens-Bruins:1971
Une question inusitée
Schneids le sait
Négligés, vous dites?  
En voir plus