Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Calepin des séries - 10 mai

par Staff Writer / Montréal Canadiens

TAMPA – Dans le calepin: Lars Eller parle de l’expérience lors des grands matchs, le positivisme règne dans le vestiaire selon Devante Smith-Pelly et Michel Therrien a en haute estime le jeu de ses troupiers en zone défensive, mené par son gardien tout-étoile Carey Price.

SANS LENDEMAIN : Les Canadiens ont pris l’habitude dans les dernières années d’offrir leurs meilleures performances lorsque leur saison se retrouve en jeu, et jusqu’à présent, 2015 ne fait pas exception. En plus d’afficher un dossier de 11-4 lorsqu’ils font face à l’élimination depuis 2010, les Canadiens ont de plus effacé des déficits de 3-1 et 3-2 trois fois lors de leurs six dernières présences en séries éliminatoires. Les Canadiens peuvent s’inspirer de l’histoire récente pour réaliser leur objectif de forcer un septième match contre Tampa Bay: ils ont surmonté un déficit de 3-2 pas plus tard que l’an dernier au second tour face aux Bruins de Boston.

« Je crois que pour tous les gars qui étaient ici à ce moment-là, c’était probablement une des séries les plus émotives, et personnellement, satisfaisantes que j’ai disputées », a admis Lars Eller, à propos de la remontée face à Boston qui a permis au Tricolore d’assurer sa place dans le carré d’as de la LNH en 2014. « C’était spécial pour tous ceux qui étaient ici. Vous devez prendre cette expérience avec vous dans cette série, qui est devenue très émotive aussi. Nous avons tiré de l’arrière 3-2 face à de très bonnes équipes et nous avons été capables de l’emporter. Ça ne peut certainement pas nuire. »

TOUJOURS EN VIE : Lorsque Devante Smith-Pelly a décoché un tir des poignets qui a trompé la vigilance de Ben Bishop samedi pour ouvrir la marque, il n’a pas seulement marqué son premier but des séries en 2015, il a aussi inscrit, de son propre aveu, ce qui était probablement son plus gros but dans la LNH jusqu’à présent. Le 16e joueur des Canadiens à faire scintiller la lumière rouge ce printemps, Smith-Pelly a expliqué que pour le Tricolore, une partie du plan pour devenir la cinquième équipe dans l’histoire de la LNH à effacer un déficit de 0-3 et remporter une série, est simplement d’y croire.

« Nous avons eu une rencontre après le troisième match et nous avons tous parlé, nous étions tous positifs. Tout le monde croit que nous pouvons accomplir quelque chose de spécial, peu importe la position dans laquelle nous nous trouvons », a offert Smith-Pelly, qui a distribué cinq mises en échec samedi. « Tout le monde avait quelque chose à dire. La clé est de ne pas voir trop loin. Nous avons encore du travail à faire. »

FERMER LA PORTE : Les Canadiens ont gagné leur place au sommet de la division Atlantique en jouant un style défensif très hermétique, comme le prouve leur moyenne de 2,24 buts accordés par match. Heureux de voir son attaque débloquer lors du sixième match, Therrien était surtout encouragé par le fait de n’avoir accordé que trois but au Lightning au cours des deux dernières rencontres.

« Nous retirons beaucoup de fierté à être une bonne équipe défensive qui pratique un bon échec-avant. Nous avons partagé avec les Blackhawks le premier rang pour le nombre de buts accordés dans la Ligue cette saison. J’aime notre défensive et j’aime l’engagement des attaquants envers notre système de jeu », a souligné l’entraîneur-chef du Tricolore, qui a dominé au chapitre des tirs au but dans chacun des cinq matchs jusqu’à présent. « Nous croyons que nous pouvons avoir du succès en séries en étant une bonne équipe défensive et en profitant de nos occasions de marquer. C’est ce que nous avons fait lors des matchs 4 et 5. Et je m’attends à ce que Carey Price soit Carey Prie. Beaucoup d’athlètes aiment ce genre de pression, ils aiment jouer ce genre de matchs. Il est l’un de ceux-là. Il a fait des arrêts clé pour nous. »

Vincent Régis écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
À moitié chemin
Le jeu des chiffres - Match #5 - 9 mai 2015

En voir plus