Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Brendan Gallagher analyse les séries éliminatoires de la NFL

par Staff Writer / Montréal Canadiens

L'ailier droit des Canadiens de Montréal Brendan Gallagher a montré au monde du hockey pendant la série d'émissions « En route vers la Classique hivernale », à l'approche de la Classique hivernale Bridgestone 2016 de la LNH du 1er janvier dernier, à quel point il aime le football et, tout particulièrement, à quel point il adore les Bengals de Cincinnati. Ses Bengals bien-aimés n'étant plus dans le portrait des séries de la NFL, Gallagher a accepté de s'adresser aux lecteurs et lectrices de LNH.com pour faire connaître son analyse et ses choix pour le reste des éliminatoires et ce, jusqu'au Super Bowl du 7 février prochain.

Dans son premier texte cette semaine, Gallagher explique comment il est devenu un ardent partisan des Bengals et comment il a vécu la défaite crève-coeur de cette équipe aux mains des Steelers de Pittsburgh, samedi.

Quand j'ai commencé à m'intéresser à la NFL, c'était l'année où Chad Johnson a commencé à se mettre en évidence. Il était en voie de devenir la coqueluche de la ligue avec ses célébrations d'après-touché, et le jeune garçon que j'étais alors trouvait que c'était très amusant à regarder. À l'époque, puisque personne n'encourageait les Bengals, j'avais décidé d'en faire mon équipe et j'aimais le fait d'être seul de mon camp. Je leur suis resté fidèle depuis ce temps. Plus les années passent, plus je les aime.

C'est pourquoi la défaite des Bengals contre les Steelers de Pittsburgh en séries éliminatoires de la NFL, la semaine dernière, a été aussi difficile à accepter.

J'étais sur la glace à affronter, drôle de coïncidence, les Penguins de Pittsburgh quand le match a commencé. Mais je suis retourné à la maison à temps pour voir la deuxième demie. Les Bengals tiraient de l'arrière 15-0 quand je suis arrivé chez moi. Nous avions déjà perdu 3-1 ce soir-là, alors je n'étais pas particulièrement de bonne humeur. Mais quand les Bengals ont soudainement commencé à bien jouer, je me suis mis à penser qu'ils avaient encore le temps de faire quelque chose. Puis ils ont effectué un placement et j'étais en colère. Sauf que ça s'est avéré être un bon choix de jeu. En fait, un choix de jeu pas si mal.

Puis arrive la passe de touché à l'ailier espacé A.J. Green, les Bengals ont l'avance 16-15 et je suis en train de célébrer. J'envoie des textos à tout le monde, à tous les partisans des Steelers que je connais. J'ai été un peu effronté. Puis, les Bengals ont réussi une interception.

Victoire. C'était dans la poche. Ils vont égrener les secondes au cadran et ils vont effectuer un placement. Les Steelers vont remettre la main sur le ballon avec une trentaine de secondes à jouer et ils vont devoir marquer un touché. Aucune chance que cela arrive.

Puis, les erreurs ont commencé à se succéder.

Mais avant ça, je veux parler du plaqué. Les Bengals ont perdu le contrôle de ce match-là en raison du plaqué aux dépens du demi à l'attaque Giovani Bernard. On pouvait le voir dans la façon d'agir des joueurs des Bengals. Nous avons déjà vécu ce genre de situation. Je me souviens quand l'attaquant Lars Eller s'est fait frapper pendant le premier tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2013 contre les Sénateurs d'Ottawa. En tant que coéquipier, les choses qui te passent par la tête peuvent alors devenir difficiles à contrôler. Tu te dis que tu dois maîtriser tes émotions, mais c'est tellement difficile à faire. Il y a donc une partie de moi qui comprend.

Mais quand le secondeur des Bengals Vontaze Burfict a réussi l'interception et que les entraîneurs lui ont dit quatre ou cinq fois de ralentir, reste que tu ne peux pas te permettre d'écoper une pénalité comme ça lui est arrivé.

Quand même, en tant que partisan des Bengals, je savais que ça s'en venait. J'ai dit à mon père qu'ils devaient sortir Burfict du terrain parce qu'il allait faire quelque chose de fou. Et c'est effectivement ce qu'il a fait.

Puis est venue la série d'erreurs. Tout était encore correct après l'échappé, ils étaient dans la même situation qu'avant. Mais ensuite ils avaient les Steelers dans une position où ceux-ci devaient aller chercher trois verges lors d'un quatrième essai, et pour une quelconque raison, ils ont demandé à seulement deux joueurs de mettre de la pression, ils ont attendu, et ils leur ont donné une passe facile à compléter. Je n'étais pas d'accord. Essayez de remporter le match et arrêtez-les.

Puis, la pénalité de 15 verges à Burfict. Je vais dire que la décision était la bonne, parce que c'était la bonne. Mais la décision aux dépens du demi de coin Pacman Jones... Un entraîneur ne devrait jamais se retrouver dans une position où il provoque un joueur. Je n'étais pas d'accord avec la pénalité de 15 verges. Si tu dois décerner une pénalité douteuse, donnes-en une aussi à l'autre entraîneur de façon à ce que ce soit égal.

Ensuite, je me mets à penser qu'il va peut-être rater le botté de précision. Mais, évidemment, les Bengals perdent, comme seuls les Bengals de Cincinnati sont capables de perdre un match de football.

Et c'était d'une tristesse accablante.

Ai-je dormi cette nuit-là? Non. Et bien honnêtement, pour la première fois de ma vie j'avais le sentiment que je n'étais plus capable d'être un partisan de cette équipe-là. Mais j'ai repris mes sens environ une heure plus tard, j’ai vécu tellement de choses en tant que partisan des Bengals, je me disais que ce moment-ci était sûrement le fond du baril. Jamais ça ne pourra être pire. C'est impossible que je puisse ressentir une plus grande douleur que cette journée-là.

Je reste fidèle à mes gars. J'ai connu une heure de faiblesse; ils m'avaient fait très mal. Mais je suis revenu à bord et j'ai hâte à la saison prochaine.

Entre-temps, je vais vous faire part des mes choix en vue des matchs éliminatoires de la NFL de cette fin de semaine. J'étais tellement fier de mon équipe dans mon pool de football et j'ai regardé tellement d'experts analyser à outrance les matchs de football que j'ai l'impression d'être aussi connaisseur qu'eux. Évidemment, ce sera à vous de juger si c'est le cas ou non.

Je ne sais pas si c'est de l'arrogance ou de la confiance, mais je pense être capable de le faire.

Chiefs de Kansas City vs Patriots de la Nouvelle-Angleterre

Le choix de Gally: Patriots

Kansas City est possiblement l'équipe de l'heure dans la ligue à l'approche de ce match, mais je crois que le parcours magique des Chiefs va prendre fin en Nouvelle-Angleterre. Quand vous combinez la présence du quart Tom Brady à celle de l'entraîneur Bill Belichick et le fait que le match sera disputé au Gillette Stadium, les Patriots deviennent le seul choix possible. Ajoutez à cela le fait que l'ailier espacé Julian Edelman sera de retour au jeu, et je vois les Patriots se qualifier en vue du match de championnat de l'AFC.

Steelers de Pittsburgh vs Broncos de Denver

Le choix de Gally: Broncos

Pittsburgh a fait mal paraître l'unité défensive des Broncos en deuxième demie de l'affrontement précédent entre les deux équipes cette saison, mais les Steelers s'amènent dans ce match avec un Ben Roethlisberger mal en point au poste de quart et l'ailier espacé Antonio Brown dont le statut est incertain au sein d'une unité offensive qui est déjà affectée par l'absence du demi à l'attaque Le'Veon Bell. Ces trois joueurs-là ont subi des blessures aux mains de Burfict. Et bien que les Steelers aient probablement battu les Bengals la semaine dernière grâce à Burfict, je crois aussi que ces blessures seront les raisons qui permettront aux Broncos de passer au tour éliminatoire suivant avec un Peyton Manning en santé au poste de quart. L'unité défensive de Denver sera beaucoup mieux préparée après avoir affronté les Steelers plus tôt cette saison. Et à l'occasion de ce qui pourrait être sa dernière saison dans la NFL, je crois que c'est le destin de Manning de se retrouver dans un duel contre Brady une nouvelle fois dans le match de championnat de l'AFC. Denver veut affronter la Nouvelle-Angleterre!

Packers de Green Bay vs Cardinals de l'Arizona

Le choix de Gally: Cardinals

Bien que Green Bay ait beaucoup mieux paru la semaine dernière qu'à la fin de la saison régulière, je suis toujours d'avis qu'ils ont trop de carences des deux côtés du ballon pour l'emporter en Arizona. Les Cardinals font tout bien. Et même s'ils ont dû composer avec des blessures à des joueurs-clés cette saison, ça ne les a pas ralentis. L'Arizona a battu Green Bay facilement à leur affrontement précédent cette saison, quand le demi offensif des Cardinals David Johnson a malmené les Packers, et je m'attends à voir la même chose cette semaine. Bien que je suis certain que le quart Aaron Rodgers trouvera une façon de rendre les choses intéressantes, l'Arizona va l'emporter et passer au match de championnat de la NFC.

Seahawks de Seattle vs Panthers de la Caroline

Le choix de Gally: Panthers

Ces deux équipes se sont affrontées cette saison et le quart des Panthers Cam Newton a alors joué les héros, menant son équipe à l'autre bout du terrain pour réussir le touché vainqueur alors qu'il restait 36 secondes à jouer. Seattle a été une puissance de la NFC ces dernières saisons, ayant participé à deux matchs du Super Bowl d'affilée. Mais je crois que la domination des Seahawks se terminera dimanche. Alors qu'on a deux équipes similaires en présence, qui misent chacune sur une unité défensive remarquable et un quart qui peut te faire mal autant avec son bras qu'avec ses jambes, je crois que le fait que ce match sera disputé ailleurs qu'à Seattle va faire toute la différence. Newton va continuer d'être aussi dominant qu'il l'a été cette saison et il aura le dessus sur les Seahawks et leur quart Russell Wilson.

Auteur: Brendan Gallagher | Collaboration spéciale LNH.com

En voir plus