Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Bergeron honoré par les Cataractes

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL -- C’est ce vendredi qu’aura lieu la cérémonie du retrait de chandail de Marc-André Bergeron, par les Cataractes de Shawinigan. L’organisation de la Mauricie a décidé d’honorer celui qui a porté le numéro 21 durant deux saisons et demie.

« Pour moi, c’est vraiment quelque chose d’incroyable. Je me souviens d’avoir pratiqué dans cet aréna-là alors que j’étais jeune. Je regardais dans les airs et voir tous les chandails retirés, ça me faisait quelque chose », mentionne le principal intéressé.

Son passage avec les Cataractes a probablement eu autant d’influence sur l’équipe que sur son propre jeu à lui.

« Ça a vraiment été des belles années pour moi. Ça m’a permis de me rendre jusqu’à la Ligue nationale. C’est une organisation que je respecte beaucoup et il y a beaucoup de gens là-bas qui m’ont aidé. »

Bergeron avoue qu’il aura une pensée pour les générations futures lorsqu’il verra son chandail hissé au sommet de l’aréna.

« J’imagine un peu le fils de mon fils qui va aller patiner là dans 30 ans et qui va voir le chandail de son grand-père au plafond. Ça apporte une certaine fierté », mentionne le défenseur aujourd’hui âgé de 29 ans, qui possède encore sa demeure principale dans la région, à Trois-Rivières.

Ce n’est pas un hasard que ce soit le défenseur Marc-André Bergeron qui soit honoré, principalement lorsqu’on se réfère à l’impressionnante fiche qu’il présente au cours de son passage dans la Cité de l’énergie. En 163 rencontres en saison régulière avec Shawinigan, l’arrière a obtenu 72 buts et 116 passes, pour un total de 188 points. À sa dernière saison, il a d’ailleurs réécrit le livre d’histoire de la LHJMQ en marquant à 42 reprises, un record chez les défenseurs.

« Un record, c’est fait pour être battu, ça c’est certain, mais je ne cacherai pas que ça fait quand même un petit velours de voir qu’il tient encore après toutes ces années », confesse Bergeron.

Étant ignoré lors du repêchage amateur, son passage avec Shawinigan qui l’a aidé à se propulser vers la LNH, notamment par l’entremise de son entraîneur à l’époque, Denis Francoeur.

« Il a vraiment crû en moi. Je lui lève mon chapeau d’avoir cru en moi comme ça. J’ai toujours été le gars qui arrivait de nulle part et qui n’avait pas d’affaires là. Lui, il m’a donné ma chance et m’a permis de vivre la vie que je mène actuellement.»

La cérémonie se tiendra le 26 février à 19 h 30 alors que les Tigres de Victoriaville rendront visite aux Cataractes au centre Bionest de Shawinigan.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com
En voir plus