Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

À l'unisson

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – C’est avec un « C » cousu sur son chandail que Brian Gionta a rencontré les médias pour la première fois mercredi. Le nouveau capitaine était bien entouré par ses deux assistants, Hal Gill et Andrei Markov, alors que tous répondaient aux questions des journalistes présents en grand nombre.



« Je l’ai appris ce matin. Nous nous sommes assis et [Jacques] l’a annoncé à l’équipe avant l’entraînement », a laissé savoir Gionta, qui est devenu par le fait même le 28e capitaine des Canadiens. « J’étais surpris. C’est certain que j’étais un assistant-capitaine la saison dernière, mais c’est quand même une surprise d’avoir été nommé capitaine. Il s’agit des Canadiens de Montréal ; c’est vraiment spécial. »

Même s’il s’agit d’un honneur sur le plan individuel, Gionta sait bien qu’un capitaine ne sert à rien s’il n’a pas une équipe derrière lui.

«Rien n’est l’affaire d’un seul individu ; les décisions sont prises en groupe. Vous avez vu ce que ça a donné l’an dernier. J’essaie de montrer l’exemple sur la glace. Il y a un bon noyau de joueurs qui peut faire le travail de leadership et je crois que ce sera le cas, peu importe qu’il y ait un capitaine ou non», a renchéri Gionta.

Parlant de noyau de joueurs, Gionta a glissé un mot au sujet des deux joueurs qui seront ses adjoints au cours de la prochaine saison.

«Tout le monde sait ce que Hal Gill et Andrei Markov peuvent apporter. Ils ont été assistants l’an dernier alors rien ne change vraiment. Ils sont de bons joueurs. Ils ont montré l’exemple eux aussi durant les séries et ils donnent tout ce qu’ils ont sur la glace. C’est ce à quoi tout le monde dans cette équipe s’attend.»

De l’autre côté du vestiaire, le géant numéro 75  tenait exactement le même genre de discours.

«C’est tout un honneur pour Gio, mais ça ne change pas le fait que nous aurons certaines figures de proue à certains moments. Il cadre parfaitement avec ce genre de boulot, mais il devra avoir l’apport de toute l’équipe», a fait remarquer Gill, qui n’a pas hésité à vanter l’authenticité d’un individu comme Gionta. «C’est un gars vrai. Avec lui, ce qu’on voit, c’est pas mal ce qu’on obtient. Il est fiable. C’est un petit joueur qui paraît tellement gros. Je crois que ça résume bien ce qu’il est. Il prend soin de lui et de ses coéquipiers. »

Même si la nomination de Gionta au poste de capitaine n’a pas été prise ses pairs, mais bien par la direction, ses coéquipiers affirment que le choix a été le bon.

«Tout le monde s’en doutait un peu que ça allait être lui le capitaine », indique Maxim Lapierre, qui assure que s’il y avait eu plébiscite dans le vestiaire, le résultat aurait été le même. « Un capitaine n’a pas toujours besoin de parler pour donner l’exemple. Des fois, être calme dans une situation de panique, ça donne la marche à suivre. L’an passé, c’est ce qu’il a fait. Il n’a jamais installé de stress dans le vestiaire ou sur la patinoire et c’est pour ça qu’on avait le sentiment que les choses allaient bien. »

Ayant justement fait la connaissance de Brian Gionta durant le parcours de l’équipe en séries, P.K. Subban en avait beaucoup à dire concernant son nouveau capitaine.

« C’est vraiment un bon gars. Brian ne parle pas souvent, mais lorsqu’il le fait, c’est pour une raison et tout le monde l’écoute », a expliqué le volubile défenseur. « Il est un meneur sur la glace et à ce niveau de jeu, c’est la chose la plus importante. Tout le monde peut avoir de beaux discours, mais un leader, c’est beaucoup plus que ça. »

Évitant lui aussi les longs discours et les grandes tirades, du moins lorsqu’il est en présence des médias, Andrei Markov a timidement commenté sa propre nomination.

« Ça veut dire que les entraîneurs et les joueurs te respectent et croient en toi. Il faut tout le temps être au meilleur et montrer à tout le monde que tu le mérites. Je suis peut-être un gars calme, mais j’essaie de faire mon mieux sur la glace à chaque présence», a offert Markov.

Lorsque questionné à savoir s’il était aussi calme et silencieux dans le vestiaire qu’avec les membres des médias, Markov est resté évasif.

 «Ça, c’est un secret. Ce qui se passe à l’intérieur de notre équipe reste dans notre équipe, alors…», a lancé Markov, le sourire bien pendu.

Alors que Markov s’est imprégné de la culture canadienne au cours dix dernières années, obtenant jusqu’à sa citoyenneté, Brian Gionta assure qu’il fait lui aussi sa part pour comprendre la culture d’ici.

 «Ma famille et moi sommes venus ici et nous nous plongeons dans la culture et nous aimons vivre à Montréal. C’est un bon endroit où vivre. Nous allons faire de notre mieux pour apprendre le français. Je ne peux pas faire la promesse que je serai fluant, mais j’essaierai », a laissé tomber Gionta. «Ça fait partie du fait de vivre ici, qu’on soit capitaine ou non.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.


VOIR AUSSI
Jacques Martin a trouvé son homme
HabsTV - Brian Gionta prend le flambeau
Gionta devient le 28e capitaine
Les capitaines des Canadiens
HabsTV - Pousser la machine à fond
Benoit, c'est à ton tour...
Noyau en formation
En voir plus