Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

21 273 septièmes hommes

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – On ne le dit jamais assez souvent. Le hockey est un sport de passion, où la présence du septième homme peut faire toute une différence. Et 21 273 partisans, ça fait tout un septième homme !


Comme la moitié des joueurs n’ont jamais vécu la fièvre des séries lorsqu’elle touche Montréal, les quelques vétérans Canadiens n’ont pas hésité à partager leur savoir avec les «petits nouveaux ».

 «Maxim me répète tout le temps à quel point ça va être spécial. Il nous a tous préparés, mais je suis impatient de le vivre pour vrai » a expliqué Michael Cammalleri. « Je m’attends à une foule survoltée. J’aime mieux être de notre côté que du côté des Capitals, ça, c’est sûr. Personnellement, je n’ai pas peur d’être trop émotif ou quoi que ce soit du genre. Je crois que je vais apporter une belle énergie et nous serons concentrés sur la tâche à accomplir. »

Du côté de ceux qui ont vécu l’expérience et qui compte bien apprécier l’apport des fans à sa juste valeur, Josh Gorges espère que le passé sera garant de l’avenir.

«Je me souviens de mon premier match de séries ici et à quel point c’était électrisant. En marchant dans la ville, on entend les gens parler des Canadiens. Ce soir, ce ne sera pas différent, spécialement en jouant contre les Capitals.»

Pour un défenseur comme Josh Gorges, ce sont les détails qui comptent, comme de bloquer un tir ou de réussir un  bon dégagement et c’est justement pour ça qu’il aime la foule du Centre Bell.

«J’aime comment les partisans montréalais nous encouragent pour un tir bloqué, pour un dégagement en infériorité numérique, pour une mise en échec percutante, pour un jeu où on se met le nez dans le trafic » a expliqué Gorges. « Ils comprennent le jeu. Ils apprécient autre chose que seulement les buts ou les jeux de fantaisie. Ils aiment les détails. Quand on voit un gars bloquer un tir et que la foule se lève, ça donne le goût de faire la même chose. »

Même dans le camp ennemi, la foule est un élément important de la préparation mentale. L’entraîneur des Capitals Bruce Boudreau s’est montré très diplomate et même un peu élogieux, lorsqu’il a été question des partisans montréalais et de leur impact sur le match de lundi soir.

«Je crois qu’ils vont se nourrir de leur foule de la même façon que nous nous sommes nourris de la nôtre. Nous avons une idée de ce que ça va être à Montréal. L’ambiance sera terrible » a laissé savoir le pilote des Capitals. «Les fans sont derrière leur équipe à 100%. Ça va leur donner de l’énergie et espérons-le, nous rendre plus forts. Parfois, ça peut être intimidant, mais avec tout ce que les gars ont eu à traverser comme guerres au cours des dernières années, ce n’est plus intimidant pour nous. »

Dans l’alignement des Canadiens, il y a un vétéran qui aimerait bien revenir au jeu devant cette foule survoltée. Glen Metropolit a reçu le feu vert des médecins pour jouer et il pourrait être utilisé dès ce soir.

«Tout a l’air beau. Les docteurs m’ont donné la permission de jouer. Maintenant, c’est la décision de l’entraîneur, on verra ce qui arrive. J’espère juste amener un peu plus de profondeur et aider où mon aide est requise. »

En voilà un autre qui aimerait bien mettre les pieds sur la glace, accueilli par le vrombissement des spectateurs en liesse.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À voir également:
Centrale des séries
Face à face #3 : Canadiens-Capitals
Cinq choses à savoir: Match #3 
La fièvre se transporte à Montréal 
On s'en vient à la maison 
Le jeu des chiffres - 17 avril 2010 
Sortir en lion 
En voir plus