Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Une expérience très enrichissante pour Caporusso

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Louie Caporusso, un choix des Sénateurs au repêchage de 2007, croit que son séjour à l’Université du Michigan lui a bien servie pendant ses quatre années de perfectionnement, autant sur le plan hockey que personnel (Photo courtoisie de l’Université du Michigan).
Il ne faudra pas en vouloir à Louie Caporusso d’avoir le cœur gros à ses derniers moments de son séjour avec l'Université du Michigan.


Le choix des Sénateurs d'Ottawa (troisième ronde, 90e au total en 2007) ne tarit pas d’éloge son expérience au cours de ses quatre années passées dans le programme de hockey masculin des Wolverines.

« Ce fut une aventure incroyable ici », a déclaré Caporusso au téléphone depuis Ann Arbor, au Michigan, où les Wolverines se préparent pour les séries éliminatoires de la Central Collegiate Hockey Association. « Il s’agit probablement de l'un des meilleurs endroits où j'ai joué de ma vie.

« Je ne regrette pas du tout d’être venu ici. C'est quelque chose dont je me souviendrai pour le reste de ma vie. C'est une expérience unique. Les entraîneurs ont fait un travail impeccable pour mon perfectionnement, autant sur le plan hockey que personnel. Ils prennent tellement soin de nous. Et je pense que c'est primordial si l’on veut se perfectionner en tant que hockeyeur. »

Le principal acteur dans ce champ de compétence est le légendaire entraîneur de Michigan Red Berenson, qui en est à sa 27e année derrière le banc des Wolverines. L'ancien joueur de la LNH est surtout connu pour ses années passées chez les Blues de St. Louis, où il avait réussi l’exploit de marquer six buts pendant un match lors de la première saison de cette équipe en 1967-1968. Il a conduit les Wolverines à 21 participations consécutives au tournoi de la NCAA, un record au hockey universitaire américain.

« Il est certainement un type particulier », a déclaré Caporusso au sujet de Berenson, âgé de 71 ans. « Il n'y a pas beaucoup de gens comme lui dans ce monde. Il a accompli l'une des séquences les plus compétitives que je n’ai jamais vues pour un être humain. Sa passion pour le jeu, sa passion pour être les meilleurs et de produire le meilleur non seulement sur la glace, mais aussi sur le plan personnel font de lui un type formidable.

« Je ne pourrai jamais le remercier suffisamment, ainsi que le personnel d'entraîneurs, pour ce qu'ils ont fait avec moi au cours des quatre dernières années. Il est tellement bien renseigné, il connait tellement de choses sur le sport et sur la vie. On en apprend tous les jours avec lui. »

La présence de Berenson a grandement influencé la décision de Caporusso de joindre les Wolverines.

Je ne regrette pas du tout d’être venu ici. C'est quelque chose dont je me souviendrai pour le reste de ma vie. C'est une expérience unique. Les entraîneurs ont fait un travail impeccable pour mon perfectionnement, autant sur le plan hockey que personnel. Ils prennent tellement soin de nous. Et je pense que c'est primordial si l’on veut se perfectionner en tant que hockeyeur. - Louie Caporusso
« Mon père se souvient de l’avoir vu et il fut l'un de ses joueurs préférés, dit-il. Donc, c’était une grosse affaire de pouvoir jouer à l'Université du Michigan sous les ordres de Berenson. Une personne avec un tel prestige et une telle feuille de route, je ne pouvais pas demander mieux pour m’aider à acquérir de la maturité afin de devenir un grand joueur de hockey et de grandir sur le plan personnel. Et c’est ce que j'espérais. Je m'efforce d'être un bon joueur de hockey et il m’aide en ce sens. »

Son séjour à Michigan tire à sa fin, mais Caporusso n'a pas encore consacré beaucoup de temps pour réfléchir à son avenir au hockey au-delà de Ann Arbor, notamment une escale avec les Senators de Binghamton dans la Ligue américaine de hockey, où son bon ami et ancien rival universitaire (avec Notre Dame) Erik Condra y a passé du temps au cours des deux dernières années.

Au contraire, sa tête demeure encore avec les Wolverines, qui ont remporté le titre de la saison régulière dans la CCHA à la dernière journée du calendrier et obtenu un laissez-passer pour le premier tour des séries éliminatoires. Ils recevront soit Lake Superior State ou Bowling Green le week-end prochain, dans le but ultime de se qualifier pour la finale du tournoi de conférence, les 18 et 19 mars au Joe Louis Arena de Detroit.

Caporusso, un capitaine adjoint des Wolverines, espère être de retour sur la glace avec ses coéquipiers d'ici là. L’attaquant de 5’10’’ et 190 livres a subi une blessure au bas du corps le week-end dernier, ce qui le force à s’absenter pour au moins deux semaines. « Rien de grave, dit-il. Il s’agit d’une blessure très mineure, mais elle doit être prise en charge (par le personnel médical de l’U. du M.). »

Bien que le hockey et les études – il est inscrit au collège de littérature, des sciences et des arts avec spécialisation en études générales – sont les priorités de Caporusso, il a eu droit à 15 minutes de gloire inattendue il y a quelques mois, lorsqu’une vidéo de la Saint Valentin qu’il a tournée pour une activité de bienfaisance pour un hôpital pour enfants de la région s’est propagée de façon considérable.

« Cela a certainement pris des proportions inespérées, a dit Caporusso en riant. « Je n'ai jamais pensé que cette vidéo serait vue par 30 000 internautes sur YouTube et qu’elle m’aurait valu une entrevue à ESPN SportsCenter. Mais on peut devenir une vedette de YouTube du jour au lendemain lorsqu’on propose juste quelque chose qui fait rire les gens. »


En voir plus