Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Un séjour déterminant en vue du repêchage

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Avant de vêtir le chandail des Sénateurs au repêchage 2008 de la LNH, le défenseur Erik Karlsson avait impressionné la direction de l'équipe avec sa confiance qu'il affichait lors de la semaine d'évaluation à Toronto. Les espoirs de cette année sont arrivés au Westin Bristol Place aujourd'hui (Photo par Bruce Bennett/Getty Images).
Un processus qui peut-être déterminant.


Les représentants des 30 formations de la Ligue nationale de hockey sont réunis au Westin Bristol Place de Toronto à compter d’aujourd’hui, pour l’assemblée annuelle des éclaireurs. Ils auront l’occasion d’avoir un meilleur aperçu sur plus de 100 espoirs admissibles au repêchage amateur 2009, alors que ces derniers s’adonneront à de nombreux exercices de conditionnement physique vendredi et samedi.

D’ici jeudi, les dirigeants des équipes auront l’occasion de tenir des rencontres individuelles avec les joueurs, afin de mieux les connaître en prévision des assises prévues les 26 et 27 juin à Montréal.

Les Sénateurs d’Ottawa sont représentés notamment par le directeur des opérations hockey Brent Flahr, le directeur du développement des joueurs Randy Lee ainsi que le dépisteur en chef Pierre Dorion. Ils porteront une attention particulière aux joueurs susceptibles d’être encore disponibles lorsque les Sénateurs parleront au 9e rang en première ronde, ainsi que lors des sept autres occasions de sélection qu’ils disposent (deux en deuxième et cinquième rondes, ainsi qu’une en quatrième, sixième et septième ronde).

Le défi, selon Lee, est de faire ses devoirs tout en parvenant à garder loin des yeux des autres équipes les joueurs visés.

« Pendant les exercices de conditionnement physique, nous allons tenter de suivre discrètement certains joueurs, a dit Lee. Chaque équipe dépêche des représentants là-bas, donc il devient difficile de naviguer sans dévoiler qui vous suivez. Les installations sont sous forme d’un fer à cheval et les joueurs font du va-et-viens à travers un circuit composé de tests.

« Donc, nous devons les suivre (les joueurs ciblés), essayer d’observer leurs efforts, d’examiner leurs résultats et de voir s’ils ont des limites sur le plan physique afin de dresser une évaluation afin de déterminer où ils en sont au niveau du perfectionnement et de la maturité. »

Alors que cette réunion des éclaireurs s’avère un outil important pour aider les équipes à peaufiner leur plan de match pour le repêchage, Flahr a déclaré qu’il est important de garder en perspective ce qui se passera cette semaine. Il a utilisé le terme « ajuster » pour décrire ce qui arrivera à la liste établie après l’événement de cette semaine.

« C’est le danger qui nous guette », a-t-il indiqué à propos de la tentation d’analyser de façon excessive les résultats des tests. « Un jeune voir son nom retiré de la liste après une mauvaise entrevue. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il est un mauvais joueur de hockey ou un mauvais communicateur.

« Aussi, il y a des joueurs qui connaissent de mauvaises séances d’entraînement et d’autres qui performent exceptionnellement et qui grimpent (dans le classement de présélection). Cela ne veut pas dire non plus qu’ils sont de meilleurs joueurs. À ce stade-ci, cela révèle surtout s’ils sont de bons athlètes ou des athlètes bien entraînés. Nous devons trouver un juste milieu et être confiants avec le joueur. »

Lee ajoute : « Je peux dire d’emblée (aux dépisteurs) de ne jamais laisser quelque chose que nous voyons (à l’assemblée) outrepasser le fait qu’ils sont talentueux. Certains joueurs ont des lacunes à surmonter. Mais parfois, vous n’êtes pas convaincu du potentiel d’un joueur et un indice survient. Il faut faire très attention.

« Les choix au repêchage sont cruciaux. Notre travail est de convertir ces joueurs en professionnels. La principale chose est d’identifier les faiblesses ou les carences d’un joueur, surtout si cela risque de nuire à son développement. »

En fin de compte, les joueurs talentueux ne seront pas ignorés. Lorsque les Sénateurs montraient des signes d’inquiétudes à propos du gabarit d’Erik Karlsson avant le repêchage de 2008 à la Place Banque Scotia (il était listé à 5 pieds 11 pouces et 165 livres), cela n’a pas empêché l’équipe de sélectionner le talentueux Suédois en première ronde (15e au total).

Les choix au repêchage sont cruciaux. Notre travail est de convertir ces joueurs en professionnels. La principale chose est d’identifier les faiblesses ou les carences d’un joueur, surtout si cela risque de nuire à son développement. - Randy Lee
« Nous avons dû surveiller Erik Karlsson car il était si petit, de dire Lee. Nous avons réalisé qu’avec le talent et son niveau de combativité, il sera encore meilleur lorsqu’il gagnera sur le plan physique pour être en mesure de jouer dans la LNH. »

Flahr a dit : « Chez certains joueurs, la croissance est terminée et ils sont déjà des hommes. D’autres, comme Erik Karlsson, il a un physique de garçonnet, mais il est très talentueux. Il y a beaucoup d’espoir dans son cas. »

Alors qu’une sélection de première ronde est très importante, Flahr est d’accord pour dire qu’un bon choix est particulièrement crucial lorsque vous repêchez parmi les 10 premières formations.

« Nous ne pouvons pas nous tromper. C’est difficile de repêcher au neuvième rang, dit-il. Si vous sélectionnez parmi les cinq premiers, vous avez souvent le choix entre un ou deux joueurs. Au neuvième rang, vous ne savez pas qui sera encore disponible avant le jour du repêchage.

« Ainsi, vous dressez une liste des joueurs que vous désirez et vous suivez le déroulement. »


En voir plus