Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Un nouveau rôle pour Spezza au mondial

par Staff Writer / Ottawa Senators
HALIFAX - «Il faut arrêter de s’énerver pour rien. C’est vrai que nous avons quelques brebis égarées, mais nous allons vite les ramener au sein du troupeau. Je préfère être constructif plutôt que négatif. Il faut se donner du temps pour trouver notre synchronisme et du temps, nous en avons encore.»


Dans son franc-parler habituel, Pat Burns a repoussé les critiques des dernières heures dirigées vers ses protégés d’Équipe Canada. «Nous ne commencerons certainement pas à accuser nos joueurs de tous les maux et à serrer les cordeaux trop serrés, a continué l’entraîneur adjoint de la sélection nationale. À ce que je sache, notre fiche est toujours parfaite après trois matchs. Ce n’est pas à nous d’être inquiets, mais plutôt à nos adversaires. Oui, il y a du travail à faire. Mais il va se faire, ça j’en suis certain.»

Trios chambardés

Revenons cependant aux brebis égarées dont Burns a fait mention. Dont le plus grand agneau de tous depuis le début du Mondial : Jason Spezza. L’attaquant des Sénateurs d’Ottawa ne va nulle part et n’a récolté qu’une mention d’aide en trois sorties avec Martin St-Louis et Eric Staal. Histoire de le remettre sur la bonne voie, l’entraîneur-chef Ken Hitchcock a chambardé ses trios, mardi. Et hier, il les a remaniés une fois de plus lors de l’entraînement.

C’est ainsi que Spezza va se retrouver au centre d’un trio complété par Jason Chimera et Patrick Sharp. Jamal Mayers devrait aussi y jouer un rôle secondaire. Une rétrogradation sur le quatrième trio qui ne semble cependant pas traumatiser le principal intéressé.

«On va m’employer dans un trio appelé à déranger l’adversaire, a-t-il dit, avec son éternel sourire accroché aux lèvres. Et dans le fond, mon point fort, c’est quand je force le jeu. C’est drôle, mais pour moi, ce n’est pas un drame de changer de trio. Surtout au sein d’une équipe aussi talentueuse que la nôtre. Je vais retrouver ma position naturelle au centre et ça devrait me relancer. Ça va également relancer Eric (Staal) qu’on va également utiliser au centre.»

Staal avec St-Louis

Staal va effectivement pivoter le trio complété par St-Louis et Derek Roy, tandis qu’on a trouvé une combinaison gagnante en Jonathan Toews, Chris Kunitz et Shane Doan. On n’a évidemment pas touché au premier trio formé de Dany Heatley (6-4-10), de Rick Nash (2-4-6) et de Ryan Getzlaf (0-6-6). C’est lui qui traîne le club depuis le début du Mondial avec un total de 22 points.

«Nous devons tous être sur la même longueur d’onde, a pour sa part commenté Hitchcock. Le rythme de jeu ici est infernal. Ça roule comme c’est pas possible.

«Et le problème avec un club comme le nôtre qui n’est ensemble que depuis une douzaine de jours, ajoute l’entraîneur-chef du Canada, c’est que les joueurs ont tous leur façon de voir les choses et que la chimie n’est pas à point. Quand ça se corse, les gars se réfugient dans les stratégies de leurs clubs respectifs. C’est ce qu’il faut parvenir à changer. Et c’est en nous entraînant ensemble que nous allons y arriver.»

Source : Cyberpresse, Le Soleil
En voir plus