Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Un espoir des Sénateurs vit un parcours tout ottavien

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Certains pourraient dire que toute sa vie de hockeyeur est une histoire essentiellement toute ottavienne.


Né et grandi dans la capitale nationale, il a joué au hockey junior majeur avec les 67's, puis il a été repêché par les Sénateurs. Corey Cowick admet qu’il s’agit du genre d'histoire qui ne s’écrit pas tous les jours, avec chaque chapitre qui est toujours aussi excitant que le précédent.

« Je suppose que la ville m’aime un peu, non? » a déclaré l'attaquant de 21 ans avec un grand sourire. « Bien évidemment, étant jeune, tout était centré à Ottawa. J'ai adoré les Sénateurs. J'ai grandi avec un maillot de (Alexei) Yashin sur mon dos à la patinoire extérieure et j’ai assisté à des matchs aussi souvent que je le pouvais.

« J'ai vraiment prospéré dans la communauté du hockey à Ottawa. C'est vraiment une expérience incroyable et extrêmement unique. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont la chance de jouer dans le junior (majeur) dans leur ville natale, et encore moins d’espérer un jour évoluer dans la LNH aussi dans leur ville natale. »

Bien entendu, l'odyssée de hockey de Cowick à Ottawa ne serait pas complète sans une participation à la Coupe Capitale Bell. Eh oui, il y a aussi une place pour cette expérience de hockey mineur dans cette histoire. En 2001, Cowick et son équipe, les Rangers de Gloucester, firent parmi les participants dans la division atome majeur AAA de l’événement.

« C’était assez impressionnant », a déclaré Cowick en repensant à ce moment. « Habituellement, lorsqu’on est enfant et que l’on se rend à de gros tournois, on va surtout à Toronto ou dans sa périphérie, ou encore au sud de la frontière. Mais le fait de jouer dans sa propre cour et de voir des jeunes de partout... L'année où j'ai joué, il y avait des équipes de Jokerit, en Finlande, et beaucoup d’équipes de grands noms en provenance de la région de Toronto. »

Aux yeux d'un garçon d’Ottawa, rien n'était plus impressionnant à cet événement que d’avoir la chance de jouer à la Place Banque Scotia, le domicile des Sénateurs. C'est à cet endroit que toutes les finales et les matchs des étoiles y sont traditionnellement disputés.

« Ce fut aussi très grandiose, dit-il. En tant qu’enfant, c’est une expérience assez incroyable de pouvoir patiner sur la même surface glacée que nos joueurs préférés. »

Cowick eu sa chance en méritant une place au match des étoiles de sa division, une partie à laquelle a aussi pris part John Tavares, qui allait devenir le premier choix au total lors du repêchage de la LNH en 2009, par les Islanders de New York. Il s’agit du plus beau moment de Cowick à la Coupe Capitale Bell.

« C'était la première fois que je participais véritablement à un match des étoiles à ce niveau, a-t-il dit. Nous avons tous eu des chandails et notre nom fut annoncé. Ils ont fait en sorte que nous vivions un moment extraordinaire. Nous avons eu des petits sacs de cadeaux. Ce fut vraiment une expérience plaisante. Il y avait un concours d'habiletés et j’ai assisté pour la première fois à ce genre d’activité.

« Je me souviens surtout d’avoir vu les gars que j’ai affrontés dans ma jeunesse, qui étaient les meilleurs de leur équipe. Je n'ai jamais été le meilleur joueur de mon équipe, mais le fait que j’y suis parvenu avec un peu de travail acharné et que je me suis retrouvé à leurs côtés fut assez plaisant. »

Loin était venue à l’esprit de Cowick l’idée d’être un jour repêché dans la Ligue nationale de hockey par l'équipe qui a pour domicile la Place Banque Scotia, alors qu’il était âgé de 11 ans à l'époque.

« On était surtout un peu intimidé à l'époque, dit-il. (L’amphithéâtre) est si grand et il n'y a personne, seulement nos parents dans les gradins ou d'autres joueurs des matchs précédents ou suivants. L’édifice est si grand et on est intimidé en quelque sorte par l’atmosphère que dégage la Place Banque Scotia. »

La Coupe Capitale Bell 2011 prendra fin avec les matchs de championnat le jour de l’An, dimanche et lundi à la Place Banque Scotia.


En voir plus