Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Un échange à la mi-saison dans la LHOn a été une bonne affaire pour Watson

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Austin Watson a raté une chance de gagner une deuxième Coupe Memorial de suite avec les Spitfires de Windsor, mais son échange aux Petes de Peterborough a permis au grand attaquant d’améliorer son statut aux yeux du dépistage central de la LNH et d’autres dépisteurs (Photo par Claus Andersen/Getty Images)
Austin Watson avait déjà une bague.



Malgré tout, abandonner la possibilité en or d’un deuxième titre de suite de la Coupe Memorial avec les Spitfires de Windsor a nécessité une profonde réflexion. Mais, dans l’esprit de Watson, l’échange à la mi-saison qui l’a envoyé aux faibles Petes de Peterborough a été clairement un  cas d’endurer un malheur à court terme par rapport à un malheur à long terme.


Tandis que Watson a regardé ses anciens coéquipiers défiler sur la glace à Brandon, au Manitoba, avec une deuxième Coupe Memorial de suite, le joueur de 18 ans originaire d’Ann Arbor, au Michigan, croit qu’il recevra sa juste récompense plus tard ce mois-ci, quand le repêchage de la LNH 2010 aura lieu à Los Angeles.

Le plus de temps de glace qu’il a obtenu avec les Petes a été payant pour la valeur de Watson au repêchage alors qu’il est considéré un des espoirs qui montent le plus vite pour le repêchage des 25 et 26 juin au Staples Center. Le dépistage central de la LNH avait classé Watson au 25e rang à la mi-saison parmi les patineurs nord-américains, mais il est passé au 14e rang à la fin de la saison. Les services de dépistage internationaux et The Hockey News l’ont tous deux classé 15e en tout, à portée de l’équipe des Sénateurs d’Ottawa qui détiennent le 16e choix dans la première ronde.


Tous ses progrès aux yeux des dépisteurs découlent de son échange significatif au cours de la saison.


«Je devais évaluer l’option de demeurer à Windsor et (peut-être) de jouer pour une autre équipe gagnante de la Coupe Memorial, a dit Watson à NHL.com. Mais, en même temps, je devais aussi penser un peu à moi. Je devais penser que si j’allais à Peterborough, je jouerais davantage et les dépisteurs me verraient plus… au lieu d’aller à la patinoire pour me voir, avec Taylor (Hall) et Cam (Fowler) ... vous êtes perdus dans la foule avec des vedettes comme cela.»


Watson n’a pas exactement eu la chance de produire un impact immédiat avec les Petes, alors qu’il s’est fracturé une cheveille en bloquant un lancer dans le match des meilleurs espoirs LCH/LNH en janvier. Alors qu’il a raté un mois d’action, l’attaquant de 6-3, 185 livres a obtenu 20 points en 10 matches avec les Petes et a impressionné les dépisteurs avec son jeu global.

«Austin est très bon pour tuer les punitions, a dit Chris Edwards, du dépistage central de la LNH. Il joue avec beaucoup d’énergie dans les deux sens de la patinoire. Il est agressif en échec-avant et il termine ses mises en échec. Il a de bonnes mains et a un puissant lancer. Il est un excellent joueur et excelle pour bloquer les lancers.


«J’aime son énergie et sa volonté de jouer un rôle et d’être bon dans ce rôle.»

Tandis que Watson a fait sa part dans la conquête de la Coupe Memorial par les Spitfires en 2009 et qu’il considère cela son meilleur souvenir au hockey jusqu’à maintenant, l’échange à Peterborough lui a clairement donné une chance d’en avoir un encore meilleur au repêchage.


«À Windsor, je jouais, mais avec Taylor Hall et (le choix de première ronde des Flames) Greg Nemisz et (l’espoir des Devils) Adam Henrique, c’était leur spectacle, ils étaient là depuis longtemps, a dit Watson. Pour moi, en allant à Peterborough, j’avais une occasion de jouer en premier dans l’attaque à cinq et en désavantage numérique, de jouer plus de minutes et de vraiment montrer ce dont j’étais capable de faire.»

L’aîné de 10 enfants, Watson espère que toute sa famille sera au Staples Center pour le début du prochain chapître de sa vie au hockey.



«Ce sera fantastique pour eux de pouvoir être là et de vivre cela avec moi, a-t-il dit. Ce sera encore mieux. Quand j’avais 12 ans, j’ai vécu loin d’eux (la famille a déménagé en Floride, mais il est demeuré derrière, au Michigan, avec ses grands-parents, pour poursuivre ses rêves au hockey) et pouvoir revenir et en profiter et en faire partie ... ce sera incroyable.


«Je sais qu’ils seront extrêmement fiers et excités pour moi d’avoir une occasion comme celle-là (d’être repêché). Ce sera une bonne chose.»

En voir plus