Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Tout est dans les détails pour les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
La ligne qui sépare les gagnants des perdants peut être très mince lors d’un match de hockey.


Ces derniers jours, du moins, les Sénateurs d’Ottawa se font rappeler qu’un simple petit détail peut faire basculer les choses et que la marge d’erreur est infime dans la Ligue nationale et elle ne pardonne pas.

C’est aussi ce qui explique la différence entre l’époustouflante fiche de 13-1-0 que les Sénateurs ont présenté en début de saison et celle de 3-4-1 qui a suivi. Certes, les blessures n’ont pas aidé la cause de l’équipe au cours de la dernière semaine, mais les Sénateurs savent bien qu’il faut chercher un peu plus loin pour les raisons de leur récente baisse de régime.
Ray Emery observait l'action devant lui pendant l'entraînement des Sénateurs à la Place Banque Scotia, lundi matin.

« La ligne est mince », a dit le centre Jason Spezza à propos de la ligne qui sépare la victoire d’une défaite. « C’est pourquoi ils (les entraîneurs) s’acharnent sur le fait de porter une attention aux détails. Nous aurions peut-être pu gagner les deux derniers matchs, mais ce ne fut pas le cas. Ainsi, nous avons subi la défaite à nos quatre ou cinq derniers matchs.

« Il faut profiter de nos chances et il faut obtenir les arrêts à des moments clés, c’est une combinaison de tout cela. Le jeu est serré dans cette ligue et tout le monde joue bien. »

L’entraîneur-chef John Paddock a indiqué qu’une meilleure exécution du jeu en zone neutre pourrait contribuer à renverser la vapeur. Mais il a ajouté que ce sont plusieurs petits détails qui ont contribué à freiner l’excellent départ des Sénateurs.

« C’est un peu de tout, quatre ou cinq détails, dit-il. Soudainement, cela s’est transformé en résultats négatifs. »

En d’autres mots, les petites choses peuvent signifier gros.

« Parfois, la différence est très minime, a dit le capitaine Daniel Alfredsson. Mais je crois que notre équipe peut être meilleure et c’est ce qu’il faut pour gagner. »

L’attaquant Chris Kelly ajoute : « Il nous faut revenir au style préconisé en début de saison, c’est-à-dire travailler fort pendant 60 minutes et bien exécuter les choses à toutes les présences.

« Je crois qu’on s’est un peu éloigné de ce principe. »

Les Sénateurs ne reprendront pas le collier avant mercredi, alors qu’ils se rendront à Uniondale, N.Y., pour se mesurer aux Islanders (19 h, RDS, Team 1200). La présence d’Alfredsson dans l’alignement est encore incertaine. Le capitaine a raté le match de samedi contre les Flyers de Philadelphie, et il a patiné en solo avant la séance d’entraînement de lundi.

Il n’est pas encore prêt à se prononcer sur sa présence contre les Islanders.

« Ça va beaucoup mieux que vendredi, c’est très encourageant, a déclaré Alfredsson. Elle (l’aine) répond bien aux traitements, donc on verra mardi. »

Paddock n’a pas encore déterminé l’identité de son gardien de but pour le match contre les Islanders, mais il a laissé entendre que le partant de mercredi serait celui qui sera aussi devant le filet contre les Predators de Nashville jeudi, à la Place Banque Scotia (19 h 30, RDS, 104,7 FM).

Même si les Sénateurs ont accordé au moins quatre buts à leurs trois derniers matchs, Paddock a déclaré que Martin Gerber et Ray Emery ne doivent pas prendre tout le blâme.

« Depuis le début de la saison, nos gardiens de but ont été exceptionnels, dit-il. Ils sont tous deux très solides. Ils vont performer un peu mieux et l’équipe jouera un peu mieux et le résultat sera différent. C’est la clé. Ils ne doivent pas porter davantage le fardeau que le reste de l’équipe. »

Spezza affirme : « Parfois, il faut aider son gardien, parfois il faut que ce dernier parvienne à voler des matchs, parfois il faut les deux éléments. Nous avons un bon groupe de joueurs et l’un des meilleurs tandems 1-2 du circuit. Donc, nous sommes satisfaits avec ce que nous possédons. »


En voir plus