Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Tous les yeux rivés sur Schubert

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le 96e tir bloqué n’a pas été nécessairement des plus bénéfique pour Anton Volchenkov.


Le résultat est que les Sénateurs d’Ottawa devront se passer des services de l’un de leurs piliers en défensive pendant au moins quatre semaines. C’est le genre de nouvelle que l’équipe, qui est plongée dans une vilaine séquence de cinq revers consécutifs, aurait pu se passer alors qu’elle entamait sa séance d’entraînement matinale, vendredi à la Place Banque Scotia.

« C’est certainement un dur coup pour l’équipe », a déclaré le vétéran défenseur Chris Phillips, lui qui a perdu son partenaire à la ligne bleue. « Mais cela représente une occasion pour les autres joueurs de prendre la relève et de se démarquer. »

Volchenkov s’est fracturé l’index de sa main droite dans les premières minutes de jeu du match de jeudi soir, qui s’est soldé par un revers de 6-5 aux mains des Predators de Nashville, alors qu’il tentait de bloquer un tir de J.P. Dumont. Le robuste défenseur russe a quitté le match dans les instants qui ont suivi et n’est pas revenu.

« Je le savais dès que cela s’est produit, a indiqué Volchenkov, vendredi matin. Je me suis déjà fracturé le même doigt, il y a environ cinq ou six ans (en Russie), peut-être sept.

« C’est une blessure assez sérieuse. »

Cette blessure ne pouvait survenir à un pire moment, étant donné la mauvaise séquence que connaissent les Sénateurs actuellement. Ils sont privés des services de Patrick Eaves, un joueur important à l’offensive, en raison d’une dislocation d’une épaule.

« Nous vivons des moments difficiles, a exprimé Volchenkov. Nous avons perdu nos cinq derniers matchs et maintenant je dois être à l’écart du jeu à cause d’un doigt fracturé. »

Tous les yeux vont maintenant se tourner vers le polyvalent Christoph Schubert, qui quittera son poste à l’attaque. L’entraîneur John Paddock a déclaré que, du moins pour le moment, qu’il va compter sur Schubert pour disputer les quelques 21 minutes de jeu à la place de Volchenkov, aux côtés de Phillips.

« Ce sera une occasion pour Schubie de montrer qu’il peut faire le travail, a dit Paddock. Il préfère jouer à la défense, c’est bien connu, et il aura une chance de faire sa marque. Et ce sont de grosses pointures à chausser. »

Schubert admet qu’il n’a jamais caché son désir de jouer à la défensive à temps plein. Pour l’instant, il aura l’occasion d’évoluer à cette position.

« Je ne me suis jamais gêné de dire que je voulais être un défenseur, a déclaré le joueur natif d’Allemagne. Maintenant, il y a une occasion qui se présente à moi et j’entends en profiter et prouver que je peux faire partie des six meilleurs membres de la brigade à la ligne bleue.

« Je ne veux pas me mettre trop de pression. Je sais que je peux accomplir le travail et j’ai confiance en mes moyens. »

C’est ce genre de confiance que l’équipe tente de retrouver afin de se sortir de cette impasse. Le revers de jeudi a fait un peu plus mal aux troupes, alors que les Sénateurs étaient parvenus à combler un déficit de 5-3 pour égaler la marque avec un but de Daniel Alfredsson marqué avec 46 secondes à jouer en temps réglementaire, avant de laisser Nashville s’emparer du but vainqueur, grâce à un filet de Martin Erat à 19:37.

« La façon dont les choses se sont produites (jeudi) était plutôt frustrante, a déclaré le centre Jason Spezza. Il y avait un sentiment généralisé de frustration dans le vestiaire après le match, car nous avons effectué de bonnes choses. Mais nous avons commis aussi des erreurs.

« Nous trouvons des façons de perdre plutôt que de trouver des moyens de gagner. »

Les Rangers de New York (14-9-2), qui semblent avoir retrouvé leur rythme et qui accusent un retard de seulement quatre points sur les Sénateurs (16-6-2) et le premier rang de l’Association de l’Est, sont les prochains visiteurs à la Place Banque Scotia samedi après-midi (14 h, CBC, 104,7 FM). Martin Gerber en sera à son 18e départ de la saison devant le filet.

Pour les Sénateurs, il s’agira de leur dernière chance de lancer un bon message devant leurs partisans d’ici deux semaines, alors qu’ils disputeront par la suite leurs cinq prochains matchs sur la route.

« Ce n’est pas du tout plaisant de perdre, a dit Phillips. Mais nous tentons de demeurer positifs. Nous avons connu un excellent début de saison (15-2-0), mais en même temps, il ne faut pas tenir rien pour acquis. Il faudra changer des choses et de jouer un peu plus intelligemment afin d’espérer renverser la vapeur. »


En voir plus