Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Sparty: Le meilleur ami des enfants

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Même si certains pensent que les jeunes partisans des Sénateurs se rendent à la Place Banque Scotia seulement pour voir leurs héros sur glace, ils devraient penser autrement en raison de la présence d’un félin en peluche et de la frénésie qui l’entoure (François Laplante/Freestyle Photography/OSHC).

Il est l’ambassadeur du plaisir des Sénateurs d’Ottawa et bien plus.

Alors que de nombreux partisans connaissent Spartacat pour ses bouffonneries lors des soirs de match à la Place Banque Scotia, cela n’est que le début d’un solide lien entre le félin de peluche et la communauté. Chaque fois que les Sénateurs donnent un coup de main à leur communauté, grandes sont les chances que la griffe de Sparty s’y retrouve aussi.

En incluant les matchs à domicile des Sénateurs, Sparty effectue en moyenne une apparition chaque jour au nom de l’organisation. Il affirme que vous ne devriez pas être surpris de le croiser lors d’une activité quelconque, que ce soit dans une école, un défilé, une séance de patinage familiale ou corporative, une fête d’anniversaire ou dans de nombreuses activités de financement. »

Sparty fait aussi partie intégrante du programme Lisons pour réussir Banque Scotia, dont les meilleures classes se qualifient pour une chance de gagner une « Fête de Sparty », qui comprend une visite en classe de l’individu, euh, du gros chat lui-même. Vous le retrouverez aussi à l’avant-plan en tant que vedette du programme Apprendre à patiner avec Sparty, offert par le Bell Sensplex.

« Spartacat effectue plus de 300 apparitions dans la communauté chaque année pour les Sénateurs en plus d’être un personnage exceptionnel pour faire le rapprochement entre l’équipe et les amateurs de tout âge », a déclaré Jeff Kyle, le vice-président du marketing des Sénateurs. « Il nous permet d’apposer la marque des Sénateurs dans de nombreuses activités de bienfaisance et communautaires d’une façon amusante et amicale. »

Ce qui est plus difficile, c’est d’entretenir une longue discussion avec Sparty. Voyez-vous, il excelle dans son travail sans dire aucun mot.

« Très facile. Beaucoup plus facile que les gens croient », a-t-il écrit sur un ordinateur lorsqu’on lui demande s’il est facile de rester si silencieux en présence de nombreux jeunes amateurs survoltés qui l’entourent régulièrement. « Vous pouvez vous exprimer sans parler, sans aucun problème. Vous n’avez qu’à marcher avec un sourire au visage et vous ne risquez pas d’avoir d’ennuis. »

Effectivement, rien ne réjouit davantage Sparty qu’être en compagnie de jeunes partisans des Sénateurs. Mais encore, on pourrait dire qu’il est lui-même un grand enfant.

« Les enfants adorent être loufoque et lorsque quelqu’un fait de même avec eux, ils se sentent en agréable compagnie », de dire Sparty.

Rien ne fait plus plaisir à Sparty – et son gros cœur de lion – que de voir les visages lors de ses nombreuses visites à des endroits comme le Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO) et la Maison de Roger. 

« Si je peux entrer dans une chambre, sourire, faire quelques bouffonneries et accrocher un sourire au visage de quelqu’un qui vit une période difficile, je le ferai avec plaisir, a-t-il dit. « Des infirmières ont déjà dit : “ nous n’avions pas réussi à les faire sourire depuis trois jours.” Quand vous entendez des choses comme celle-là, c’est très valorisant. »

Le CHEO est très reconnaissant de l’affection et de la joie qu’apporte Sparty à ces petits anges, alors que l’établissement lui a décerné l’Ordre du bon ourson, il y a quelques années. Il a aussi récemment reçu le Prix de bâtisseur communautaire de Centraide pour tout ce qu’il fait de bon au nom des Sénateurs. Même si Sparty est reconnaissant pour toutes ces consécrations, c’est le fait d’avoir régulièrement l’occasion de faire une bonne action au nom des Sénateurs qui lui fait le plus grand plaisir.

« Ça fait chaud au cœur », de souligner Sparty lorsqu’il se fait dire à quel point il peut faire une différence. « Parfois, je ne réalise pas à quel point je peux avoir un impact auprès d’un enfant, d’une communauté ou d’une organisation. »


En voir plus