Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Sept en sept pour Donovan au CMJ

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Qu’est-ce qu’il y a de mieux que de gagner au championnat mondial de hockey junior?


Gagner de façon historique à la maison.

La conquête de l’or était doublement triomphante pour Shean Donovan et ses coéquipiers du Canada au CMJ de 1995 en Alberta. Les Canadiens avaient présenté une fiche parfaite pour la première de l’histoire du tournoi, dont la ville hôtesse était officiellement Red Deer. Toutefois, Équipe Canada a disputé quelques-uns de ses plus gros matchs devant de grosses foules bruyantes au Saddledome à Calgary.

Le tournoi se déroulait sous le format du tournoi à la ronde à l’époque, ce qui signifiait que l’équipe qui terminait au sommet du classement à la fin du tournoi de huit formations remportait la médaille d’or. Canada n’avait jamais remporté la victoire dans toutes les sept rencontres jusqu’à ce que l’exploit soit réalisé par Donovan et Cie à l’édition de 1995.

« Le fait de gagner est une grosse chose en soi », de se rappeler l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa en se remémorant son moment préféré du tournoi. « Nous devions disputer sept matchs – il y n’avait pas d’éliminatoires à l’époque – et nous étions la première équipe canadienne à gagner toutes les sept (rencontres). Nous avions fêté deux fois.

« Nous avons décroché l’or avant même d’avoir complété le tournoi et (en battant la Suède 4-3) à notre septième match, nous sommes devenus la première équipe à réussir l’exploit (obtenir une fiche de 7-0). »

L’épisode le plus dramatique pour Donovan était de faire l’équipe. L’année précédente, l’attaquant, qui évoluait avec les 67’s d’Ottawa à l’époque, avait été retranché de la formation qui allait gagner le CMJ de 1994 en République tchèque, soit la deuxième médaille d’or du Canada dans une séquence qui allait s’étendre à cinq.

« Rien n’était gagné pour faire l’équipe dans mon cas », a dit Donovan en se rappelant de la tension au camp final de sélection d’Équipe Canada en vue du tournoi de Red Deer. « Je devais me rendre au camp et travailler fort afin d’obtenir un poste. J’étais très nerveux.

« L’année précédente, c’était l’appel de 10 heures… si je franchissais cette étape, je faisais l’équipe. Il était 10 h 15 et Marty Murray était dans la salle et le téléphone a sonné. C’était pour moi, pour me dire que j’étais retranché. L’année suivante, le téléphone n’avait pas sonné, mais j’étais très nerveux. J’étais soulagé (de savoir que j’étais de la formation). »

Le sentiment n’a pas duré très longtemps. Équipe Canada avait un titre à défendre devant ses amateurs. Et avec les activités de la Ligue nationale de hockey qui étaient paralysées par un arrêt de travail, les yeux et les attentes d’une nation étaient plus présents que jamais.

« C’est ce que j’ai connu de plus intense au hockey, a dit Donovan. Il y avait beaucoup de pression, car il y avait un lock-out (dans la LNH) cette année-là. Tu es emballé, mais en même temps, tu devais passer aux choses sérieuses.

« Après avoir appris que j’étais de l’équipe, c’est le brunch. Tu es excité et tu appelles tes parents, c’est merveilleux. Tout le monde est content au brunch. Ensuite, il faut reprendre l’entraînement. »

Ensuite, un autre CMJ se termina avec un autre groupe de Canadiens qui reçoit une médaille d’or au cou et chantera le O Canada.

Donovan admet qu’il n’a qu’un seul regret à propos de tout cela.

« Les choses se déroulent si rapidement que tu n’as pas le temps de savourer pleinement le moment, dit-il. J’aurais préféré l’apprécier davantage. »

Coup d’œil sur les Sénateurs : Volchenkov n’affrontera pas les Flames

Le défenseur Anton Volchenkov (haut du corps) et Filip Kuba (aine) ne seront pas de l’alignement des Sénateurs face aux Flames plus tard ce soir à Calgary (22 h, CBC, Team 1200). Il y avait un certain espoir concernant Volchenkov mais l’entraîneur-chef Craig Hartsburg a indiqué que son défenseur ressentait encore trop de douleur.

« Nous espérons qu’il sera en mesure de jouer pendant ce voyage, mais ce ne sera pas ce soir », a-t-il dit après la séance d’entraînement.

Hartsburg refait confiance à Alex Auld (9-9-4) devant le filet ce soir contre les Flames, alors que les Sénateurs tenteront de mettre fin à une disette de 10 matchs sans victoire sur la route, alors qu’ils disputeront leurs sept prochaines rencontres à l’étranger, notamment à Vancouver, dimanche, et à Edmonton, mardi.

« Nous connaissons les enjeux. Ce sont des matchs très importants », a déclaré l’attaquant Dany Heatley, que Hartsburg a qualifié de l’un de ses meilleurs joueurs des derniers matchs.

« À compter de ce soir, nous avons besoin de points. Avec notre position au classement, nous avons besoin de cumuler les points, peu importe la façon d’y parvenir. Nous devons donner notre meilleur hockey. » Les Sénateurs (12-15-5) occupent le 12e rang dans l’Association de l’Est, à 10 points d’une place en série, mais le défenseur Chris Phillips a déclaré « qu’il ne faut pas se préoccuper uniquement de cet aspect. »

« Nous devons mettre notre fiche de côté et d’être prêt à jouer, dit-il. Nous devons mieux travailler et revenir à la base. Il faut regarder en avant et récolter des points pendant ce voyage. »


En voir plus