Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Robitaille se sent chez lui

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Randy Robitaille n’a pas pris de temps à s’adapter au rythme : une simple présence en séries éliminatoires n’est plus suffisante pour les Sénateurs d’Ottawa.


Surtout pas depuis les dernières séries de fin de saison où les Sénateurs étaient à trois gains de mettre la main sur l’emblème de la suprématie du hockey. Cet épisode a donné le goût aux joueurs de l’équipe d’en vouloir plus. Robitaille est entouré par un sentiment qu’il n’avait jamais vécu en huit escales dans des équipes dans la Ligue nationale de hockey.

« J’étais un peu nerveux au début », a déclaré le vétéran centre de 32 ans à propos de la signature de son contrat avec les Sénateurs à titre de joueur autonome, le 16 octobre dernier. « Je ne voulais être le gars qui vient tout gâcher. Ils avaient une fiche de 6-1 lorsque je suis arrivé.

« J’ai joué pour quelques équipes et je crois que cette organisation sait comment assembler des éléments pour gagner. »

La Coupe Stanley est toujours l’objectif à atteindre partout dans l’organisation des Sénateurs. C’est ce que Robitaille a observé depuis qu’il s’est joint à l’équipe.

« Les attentes sont très élevées au sein de chaque équipe, a dit Robitaille. Mais lorsqu’une équipe ne participe pas aux séries éliminatoires d’une façon constante, cela devient leur priorité. Il semble qu’une équipe qui se fixe l’objectif de faire les séries, elle lutte toujours pour y arriver.

« Certaines organisations visent la Coupe Stanley dès le camp d’entraînement. Ce n’est pas fréquent de voir des équipes lutter dès le début pour être des séries éliminatoires, et c’est ce qui distingue ici (à Ottawa). C’est un état d’esprit qui est inculqué autant chez les joueurs que la direction.

« J’ai surtout observé l’attention que l’organisation porte (à tous les aspects), pas uniquement sur la glace, mais également à ce que nous faisons dans le gymnase et le traitement des joueurs. Cela se reflète dans l’ensemble de l’organisation. »

Mais Robitaille a goûté aux joies de la bataille pour une place en séries éliminatoires. Il portait l’uniforme des Islanders lorsque ces derniers ont dû vaincre les Devils du New Jersey en fusillade lors du dernier match du calendrier régulier 2006-2007 pour accéder aux séries. Les Islanders avaient laissé filer une avance de 2-0 et avaient accordé le but égalisateur alors qu’il restait qu’une seconde à jouer.

« Je me souviens d’avoir regardé l’entraîneur-adjoint, Danny Lacroix, en fusillade et de lui avoir dit : « Est-ce une blague? Nous sommes en tirs de barrage pour faire les séries. C’est fou. »

Un tel scénario était pratiquement impossible à Ottawa, car les Sénateurs ont été parmi les meilleures formations de l’Association de l’Est pendant une bonne partie de la saison dernière.

Qu’est-ce que cela apporte de plus à Robitaille? Il a pu vivre une frénésie dans sa ville natale.

« C’est plaisant de voir cela à 10 minutes de chez toi et dans une région que tu connais », a déclaré l’athlète natif d’Ottawa.


En voir plus