Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Rien de moins que la coupe pour Kovalev

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Alex Kovalev a épaté la galerie en remportant le trophée du joueur par excellence au Match des étoiles 2009 à Montréal. Maintenant, il mettra ses talents offensifs au profit des partisans des Sénateurs d'Ottawa (Photo par Dave Sandford/Getty Images).
Alex Kovalev salive à l’idée d’obtenir une autre chance de mettre ses mains magiques sur ce qui compte le plus au hockey.


« Je ne suis plus jeunot maintenant », a déclaré l’ailier droit de 36 ans, qui a signé un contrat de deux ans avec les Sénateurs d’Ottawa. « Je souhaite certainement gagner une autre Coupe Stanley avant de prendre ma retraite comme joueur actif. Chaque fois que je me joins à une autre équipe, c’est le seul objectif qui me vient en tête, celui de remporter la Coupe Stanley. »

Kovalev a aidé les Rangers de New York à mettre fin à une guigne de 54 ans en remportant la coupe en 1994 et il croit qu’il s’est donné une autre chance de répéter l’exploit en joignant les Sénateurs. L’athlète natif de Togliatti, en Russie, a passé les cinq dernières campagnes dans la Ligue nationale avec les Canadiens de Montréal, l’un des plus grands rivaux d’Ottawa dans la section Nord-Est.

« Je crois que les Sénateurs forment une très bonne équipe et qu’elle a une chance de gagner la Coupe Stanley, en plus de posséder de bons joueurs », a déclaré Kovalev aux journalistes lors d’une conférence téléphonique pour expliquer son choix de signer avec Ottawa. « Je crois que je peux apporter quelque chose et aider l’équipe à aspirer aux grands honneurs. »

Si vous vous demandez ce qu’il peut bien apporter, regardez l’un des nombreux vidéoclips sur Internet qui montrent le génie de Kovalev en offensive. Au cours de la sa carrière prolifique de 16 saisons dans la LNH, il a récolté 394 buts et 941 points. Et cela semble loin d’être terminé.

Je ne suis plus jeunot maintenant. Je souhaite certainement gagner une autre Coupe Stanley avant de prendre ma retraite comme joueur actif. Chaque fois que je me joins à une autre équipe, c’est le seul objectif qui me vient en tête, celui de remporter la Coupe Stanley. - Alex Kovalev
« La façon dont je vois les choses, ils (les Sénateurs) possèdent un véritable trio qui connait du succès année après année », a déclaré Kovalev en faisant référence à la ligne formée par Daniel Alfredsson, Jason Spezza et Dany Heatley. « Je crois que je pourrais contribuer en créant deux ou trois autres bons trios, ce qu’une équipe a besoin pour connaître du succès en séries éliminatoires. Je ne crois pas beaucoup à la théorie qu’une seule ligne peut mener tout droit vers la Coupe Stanley.

« Je peux évoluer sur le premier trio ou encore sur le deuxième. De cette façon, tout le monde aura de l’énergie en réserve pour connaître une grosse saison et peut-être aspirer à la Coupe Stanley. »

Kovalev a admis qu’il s’attendait à disputer une sixième saison avec le Canadien. Le 30 juin, la veille de l’ouverture du marché des joueurs autonomes dans la LNH, il s’était vu proposer une offre de deux ans qui était apparemment identique à celle des Sénateurs, qu’il a acceptée. Lorsque Kovalev a refusé sur le coup la proposition du Tricolore, les dirigeants du Canadien ont effectué du magasinage le 1er juillet, ce qui a signifié que l’attaquant russe ne cadrait plus dans les plans de l’équipe.

« Tout est survenu tellement rapidement, a dit Kovalev. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour répondre et ils sont allés dans une autre direction.

« J’ai cru que j’allais terminer ma carrière à Montréal, mais les choses peuvent changer si vite. Cela fait partie du métier et de cette industrie et il n’y a rien que l’on puisse faire. »

Il ne garde aucune rancune envers les Canadiens ni leur directeur général, Bob Gainey, et il s’attend à ce que son épouse, Eugenia, et leurs deux fils, Nikita, 7 ans, et Ivan, 5 ans, s’adaptent rapidement à leur nouveau patelin. Dans l’esprit de Kovalev, les six matchs qu’Ottawa disputera contre le Tricolore auront la même signification que les 76 autres prévus dans le calendrier 2009-2010 des Sénateurs.

« Je n’en suis pas à mon premier (déménagement), dit-il. « J’ai été échangé à Pittsburgh, à Montréal, à New York et je n’ai jamais ressenti une telle chose, soit de vouloir me venger de l’autre équipe pour ce qu’elle a fait à mon endroit. Je vais entrevoir ces matchs (contre Montréal) de la même façon que lorsque nous affronterons Vancouver, Chicago ou n’importe quelle autre formation. »

Par l’entremise de ses amis qui demeurent à Montréal, Kovalev a été mis au courant de la manifestation tenue par une centaine de partisans devant le Centre Bell, dimanche dernier, pour demander aux Canadiens de le remettre sous contrat.

« C’était difficile à avaler, car les partisans du Canadien m’ont toujours grandement appuyé », a déclaré Kovalev depuis son pays natal, où il y retourne chaque été pour diriger une école de hockey. « Ils m’ont facilité grandement la tâche pour évoluer à Montréal et rendre de fiers services à mon équipe. »

Je n’en suis pas à mon premier (déménagement). J’ai été échangé à Pittsburgh, à Montréal, à New York et je n’ai jamais ressenti une telle chose, soit de vouloir me venger de l’autre équipe pour ce qu’elle a fait à mon endroit. Je vais entrevoir ces matchs (contre Montréal) de la même façon que lorsque nous affronterons Vancouver, Chicago ou n’importe quelle autre formation. - Alex Kovalev
Alors qu’il était reconnu comme la grande vedette chez les Canadiens, Kovalev ne s’attend pas à jouer le même rôle au sein d’une formation qui aligne des joueurs de la trempe d’Alfredsson, de Spezza et peut-être même Heatley, dans le cas où les tentatives du directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, pour échanger ce dernier s’avèrent infructueuses.

« Je n’entends pas véritablement jouer la grande vedette (à Ottawa) ou le héros ou le meilleur, a-t-il dit. Je veux seulement contribuer et aider l’équipe à gagner la Coupe Stanley. C’est tout ce que je peux faire. Je ne tente pas d’entrer en compétition avec qui que ce soit. Je sais que les Sénateurs d’Ottawa possèdent de nombreux bons joueurs. »

Kovalev est agacé par les propos qui suggèrent qu’il soit un joueur extrêmement talentueux, mais mystérieux et qui ne donne pas toujours son plein rendement sur la glace.

« Les gens entretiennent cette impression à mon sujet, que je joue seulement lorsque cela me tente, dit-il. Mais j’ai toujours joué de la façon dont je peux, peu importe la situation. Je peux jouer sur le quatrième trio, le cinquième trio, peu importe. Je peux jouer avec des jeunes ou des vétérans. Je sais ce dont je suis capable.

« Parfois, je tente d’en faire trop, car je pense que je peux changer le cours d’un match et aider mon équipe à connaître du succès... Parfois, cela fonctionne, parfois non. Mais j’y mets toujours du coeur. »


En voir plus