Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Retrouver le sentiment d'urgence

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le capitaine Daniel Alfredsson et les Sénateurs sont impatients de se sortir de leur léthargie qui dure depuis la fin de la pause olympique (Photo par John Russell/NHLI via Getty Images).
S’il y a un sentiment d’urgence qui gagne de plus en plus le vestiaire des Sénateurs d’Ottawa, c’est une bonne nouvelle en soi.


Est-ce un vent de panique? Pas encore selon les Sénateurs, malgré le revers de samedi par la marque de 5-1 à Vancouver qui porte la fiche de l’équipe à 1-4-1 depuis le retour de la pause olympique. Leur confortable avance que leur procurait le cinquième rang du classement de l’Association de l’Est est en train de dépérir à vue d’œil, alors que les Flyers de Philadelphie et les Canadiens de Montréal ne sont plus qu’à trois points.

Ottawa a aussi glissé à trois points derrière les Sabres de Buffalo dans la course au premier rang de la section Nord-Est, alors que ces derniers possèdent aussi deux matchs en main.

Néanmoins, l’entraîneur-chef des Sénateurs, Cory Clouston, a indiqué aussi que l’équipe peut réparer les pots cassés en démontrant la même attitude que celle qui lui avait permis d’établir un record de franchise de 11 victoires consécutives avant les Jeux olympiques.

« Nous devrons jouer avec un peu plus de sentiment d’urgence », a déclaré Clouston après la séance d’entraînement des Sénateurs aujourd’hui, au Bell Sensplex.  « (Avant la pause), nous jouions comme si nous avions quelque chose à perdre et nous avons réussi à nous mettre un peu à l’aise, sans dire que nous avions un gros coussin en vue des séries. Nous devons commencer à considérer ces matchs comme des rencontres éliminatoires. Nous en avons discuté ce matin.

« En ce moment, personne ne panique. Nous savons que nous avons une bonne équipe et que nous devons retrouver notre rythme. Selon moi, il y a une énorme différence entre le fait de jouer avec le sentiment d’urgence et celui de paniquer. »

Le capitaine Daniel Alfredsson appuie cette notion, affirmant que « la ligne est bien mince » entre le sentiment d’urgence et de celui du travail déjà bien accompli. Il a souligné aussi que presque toutes les équipes de la Ligue nationale de hockey connaissent des hauts et des bas au cours d’une saison.

« Nous devons continuer, a-t-il dit. Lorsque vous regardez au cours d’une saison, plusieurs équipes connaissent de bonnes et de mauvaises séquences. La compétition est si forte que lorsque les choses vont bien, vous vous attendez à gagner tous les matchs. Sinon, on se demande ce qui ne va pas. Donc, il faut demeurer positif. Nous savons que nous pouvons simplifier les choses. »

Les Sénateurs connaissent aussi des difficultés à marquer des buts au cours de la présente léthargie. Ils n’ont marqué que huit fois depuis la pause et quatre de ces buts ont été inscrits dans leur seule victoire, remportée contre les Oilers d’Edmonton.

« Nous tentons d’en faire trop, a déclaré l’attaquant Alex Kovalev. Nous devons simplifier notre jeu. La chose la plus importante est de croire en nos moyens sur la glace. Nous ne démontrons pas de confiance avec la rondelle. Chaque fois que nous avons la rondelle, nous l’expédions quelque part sans regarder et nous effectuons de mauvaises passes. Ainsi, cela nuit notre confiance. »

Nous devons continuer. Lorsque vous regardez au cours d’une saison, plusieurs équipes connaissent de bonnes et de mauvaises séquences. La compétition est si forte que lorsque les choses vont bien, vous vous attendez à gagner tous les matchs. Sinon, on se demande ce qui ne va pas. Donc, il faut demeurer positif. Nous savons que nous pouvons simplifier les choses. - Daniel Alfredsson
Les Sénateurs pourraient obtenir de l’aide mardi, alors qu’ils recevront les Maple Leafs de Toronto, à la Place Banque Scotia (19 h 30, Rogers Sportsnet, 104,7 FM Souvenirs garantis). L’attaquant Nick Foligno et le défenseur Chris Campoli se sont entraînés avec leurs coéquipiers aujourd’hui et ils pourraient effectuer leur retour dans l’alignement contre les Leafs.

« Je suis content de retrouver les gars », a dit Foligno, qui est tenu à l’écart du jeu depuis le 1er février en raison d’une fracture au péroné droit. « Ce fut six semaines interminables. Cela a passé un peu plus vite en raison de la pause olympique, mais c’était difficile de ne pas avoir été avec eux, surtout ces derniers jours.

« Je suis content d’avoir guéri rapidement et cela me donne l’occasion de revenir au jeu plus tôt. »

Campoli, qui a été blessé à un genou avant la pause, était aussi enthousiasme aujourd’hui.

« Je me sens bien, a-t-il dit. Il est possible que je puisse jouer demain. C’est difficile de devoir s’asseoir et regarder les matchs, surtout que les choses ne vont pas bien ces jours-ci. Mais je ne peux aider mon équipe si je ne suis pas prêt. Je verrai comment les choses iront demain. »

Bloc-notes

Le défenseur Filip Kuba (bas du corps) a patiné seul aujourd’hui, avant l’entraînement, mais Clouston a indiqué qu’il lui faudra encore quelques jours. « Il ne s’est pas entraîné avec ses coéquipiers aujourd’hui, donc il faudra patienter quelques jours. » Le centre Mike Fisher a quitté hâtivement l’entraînement d’aujourd’hui, mais pas d’autres nouvelles dans son cas… L’attaquant des Senators de Binghamton Josh Hennessy, qui a récolté neuf points en quatre matchs (dont deux buts vainqueurs) fut choisi le joueur de la semaine Reebok dans la LAH, pour la période se terminant dimanche... Il reste moins de 50 billets pour le match de mardi contre les Leafs, le dernier affrontement entre les deux belligérants de l’Ontario cette saison.


En voir plus