Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Regin fait connaître le Danemark dans la LNH

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Lorsqu’on pense aux pays qui ont une grande tradition de hockey, le Danemark n’est certainement pas celui qui nous vient immédiatement à l’esprit.


Toutefois, grâce à la présence de joueurs comme l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa Peter Regin, ce pays européen fait bonne impression au sein de la Ligue nationale de hockey. Regin est l’un des cinq Danois à s’être taillé une place dans une équipe de la LNH cette saison. Les autres sont Frans Nielsen (Islanders de New York), Mikkel Boedker (Coyotes de Phoenix), Jannik Hansen (Canucks de Vancouver) et Lars Eller (Blues de St. Louis).

Choisi en troisième ronde (87e rang au total) par les Sénateurs au repêchage amateur de la LNH en 2004, Regin a passé trois saisons avec le Timra IK de la Swedish Elitserien (Ligue élite de Suède) avant de faire le saut en Amérique du Nord. Après avoir passé la majeure partie de la campagne 2008-2009 chez les Senators de Binghamton dans la Ligue américaine de hockey, le joueur natif de Herning, au Danemark, a décroché un poste régulier à Ottawa.

Regin a pris quelques instants pour s’entretenir avec Score afin de parler du hockey dans son pays natal et de l’endroit où il évolue présentement.

Q : Comment un individu du Danemark se fait-il une carrière au hockey?

R : Il faut toujours remonter à Frans Nielsen. Mon père et celui de Frans sont de grands amis. Il a commencé à jouer et le jeune frère de Frans a mon âge, donc nous sommes également devenus de très bons amis. Nous avons commencé à jouer lorsque nous étions plus jeunes. De plus, ma mère était une patineuse artistique et elle m’a montré à patiner. Voilà comment tout a commencé.

Q : Est-ce que le hockey a toujours été votre sport favori?

R : Depuis que j’ai commencé à jouer, j’ai toujours aimé patiner, jouer avec la rondelle et avoir du plaisir. J’ai joué aussi au soccer, au tennis et au golf. Dans ma jeunesse, j’ai pratiqué plusieurs sports, mais je préférais toujours le hockey.

Q : Qu’est-ce que vous avez aimé de votre séjour en Suède?

R : J’y ai vécu trois belles années et j’ai adoré l’expérience. J’ai connu de bonnes années pour mon perfectionnement ainsi qu’à l’extérieur de la patinoire. J’ai rencontré ma copine là-bas et elle m’a appris la langue, que je parle maintenant assez bien, je pense.

Q : Quel fut le principal ajustement pour vous adapter à la vie en Amérique du Nord?

R : Je suis ici seulement pendant la saison, et pendant la saison, on ne pense qu’au hockey, car on ne fait que jouer au hockey. Néanmoins, j’aime bien le milieu ici, ainsi que le train de vie en tant que hockeyeur. J’aime les gens d’ici. Tout le monde est gentil et veut t’aider, donc j’aime mon séjour ici.

Q : Est-ce que la LNH devient de plus en plus populaire au Danemark?

R : La popularité est en croissance et j’espère que cela va continuer. Selon moi, le sport deviendra très populaire au Danemark dans quelques années. Mais présentement, c’est le soccer qui domine.

Q : En quoi la présence de joueurs danois comme vous dans la LNH a-t-elle aidé en ce sens?

R : Ils diffusent maintenant un plus grand nombre de matchs à la télé au Danemark à cause des joueurs originaires du pays qui évoluent dans le circuit. Il y a cinq ou six joueurs qui sont dans la LNH et c’est très bien pour un pays qui compte 10 patinoires. Donc, il y a un grand nombre de matchs de la LNH qui sont présentés dans mon pays actuellement.

Q : Vous avez représenté le Danemark à cinq reprises au Championnat mondial de hockey. Avez-vous aimé votre expérience?

R : Notre pays ne compte pas beaucoup de joueurs, donc ce sont souvent les mêmes (qui participent au Championnat mondial). Nous sommes de bons amis et nous avons joué ensemble pendant de nombreuses années. Lorsque la saison se termine, nous sommes toujours heureux de revenir dans notre patelin et c’est toujours plaisant de jouer pour l’équipe nationale. Lorsque j’en ai l’occasion, je joue toujours pour le Danemark.


En voir plus