Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Ray Emery est très cool

par La rédaction / Ottawa Senators
 Photo par la Presse canadienne.

Celui qui est reconnu dans le milieu du hockey pour être difficile à déconcentrer dans les moments les plus intenses sur la patinoire, le gardien de but des Sénateurs d’Ottawa aime aussi se la couler douce.

Rutilantes voitures, garde-robe dernier cri, une apparition éclair dans un clip de l’artiste hip-hop Belly, certainement. Mais l’athlète de 24 ans, originaire de Cayuga, près de Hamilton en Ontario, aime surtout relaxer et profiter de la vie avec sa famille et ses amis.

Après une saison exceptionnelle avec les Sénateurs, qui l’a vu aider son équipe à se rendre à une première participation en finale de la Coupe Stanley, Razor Ray, qui sera de retour avec l’équipe après avoir signé récemment un nouveau contrat de trois ans, a pris quelques instants pendant ses vacances estivales pour parler aux partisans des Sénateurs.

OS: Après l’année que vous avez connue, où est-ce que vous allez pour prendre un peu de recul?

RE: « Je suis à Toronto actuellement, mais je demeure à Burlington pour l’été. Spezza (Jason, le centre des Sénateurs) et moi avons participé à Off the Record (une émission télévisée de sports) cet après-midi. Je retourne parfois (à Ottawa), mais je passe la plupart du temps dans la région de Hamilton. C’est là que se trouvent ma famille et mes amis. »

OS: Vous avez récemment subi une intervention chirurgicale pour réparer une déchirure au poignet qui vous a ennuyé pendant la saison. Vous avez déjà dit que vous n’aimez pas vraiment le golf et que vous préférez écouter de la musique ou jouer à des jeux vidéo. Est-ce que cette opération a eu des incidences sur vos projets pour l’été?

RE: « C’est un été différent pour moi. Habituellement, je m’entraîne en matinée, me repose en après-midi. Ensuite, je mange un peu et je fais des activités. Mais cette année, l’été est plus court et j’ai subi une opération. C’est très différent. »

OS: Malgré que les joueurs de hockey mènent un haut train de vie, particulièrement au Canada, vous semblez mener une vie plutôt discrète à l’extérieur de la patinoire. Pouvez-vous nous décrire une journée typique dans votre vie?

RE: « J’ai ce plâtre sur mon bras, donc mes activités sont limitées. Je fais de la bicyclette quelques fois par semaine et j’attends. Mon prochain plâtre contiendra de la fibre GoreTex, donc je pourrai transpirer. Pendant environ une semaine, j’avais mal et je tentais surtout de me reposer. Ensuite, j’ai participé à une école de hockey pendant une semaine à Ottawa. Maintenant, je tente de m’installer quelque part ici. »

OS: Dans une ville comme Ottawa, où des fervents amateurs suivent à la trace les faits et gestes des Sénateurs, l’équipe est bien en vue. Croyez-vous que vous êtes toujours le centre d’attention ou que vous pouvez y échapper à l’occasion?

RE: « Hamilton est un bon endroit pour cela. Les gens vous reconnaissent mais ils vous laissent tranquille. Ils ne font pas toujours sentir leur présence. Je prévoyais aussi aller à Los Angeles cet été; juste parce que j’étais là-bas (lors de la série contre Anaheim) et que les gens se préoccupent très peu du hockey. Tu peux faire ce que tu veux car personne ne porte attention aux joueurs de hockey. Mais je suis heureux de revenir à la maison aussi. C’est une situation différente dont il faut s’habituer. Il y a des bons côtés et des moins bons. Avec la longue saison que nous avons connue, quoique ce fut un peu différent vers la fin de la campagne, c’est plaisant d’être reconnu dans une ville comme Ottawa. »

OS: Les journalistes ont fait état de certains aspects de vos goûts personnels, comme la Hummer édition limitée, la Lamborghini, les habits flamboyants, votre amour pour la musique et les jeux vidéo. Est-ce que l’attention médiatique et les questions répétitives d’une ville à l’autre vous ont embarrassées?

RE: « Je ne m’en fais pas trop. Il y avait tellement de choses qui entraient en ligne de compte, comme la famille, les voyages, etc. »

OS: Enfin, les amateurs d’Ottawa ont développé une histoire d’amour avec leur gardien de but cette saison. Serez-vous prêt à revivre un autre épisode cet automne?

RE: « Quelque part vers la mi-septembre, je serai fin prêt. »

En voir plus