Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Projeter l'avenir est un aspect important pour un repêchage réussi

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Même si Jonathan Huberdeau, des Sea Dogs de Saint John, n’est peut-être pas tout à fait prêt pour la LNH, il est très bien classé en vue du repêchage en raison de son potentiel à long terme (Claus Andersen/Getty Images).
Il y a une raison qui explique que l’on fait régulièrement référence au terme « avenir » dans ce sport.


Il est un peu facile pour les observateurs des talents disponibles pour le repêchage 2011 de la LNH à les classer en fonction de leurs perspectives au niveau de talent actuel. Vérifiez simplement les différents services de classement et vous verrez souvent les mêmes noms parmi les 10 ou 15 meilleurs sur chaque liste.

Le plus difficile, cependant, est d'essayer de déterminer lequel de ces joueurs aura le potentiel de devenir une vedette dans la Ligue nationale de hockey après avoir été sous les feux de la rampe vendredi soir, lors de la première ronde au Xcel Energy Centre de St. Paul, au Minnesota. Mais cela fait partie du travail des dépisteurs de l'ensemble des 30 équipes de la LNH cette semaine et le résultat final peut avoir d'énormes répercussions pour les années à venir.

« Notre travail est d'entrevoir l’avenir », a déclaré Pierre Dorion, directeur du personnel des joueurs des Sénateurs. « Notre travail serait bien plus facile si nous devions seulement repêcher pour l'année suivante, car nous pourrions juste dire que le joueur A est meilleur que le joueur B. Mais notre travail d'éclaireur a toujours été d'essayer de projeter à savoir qui sera le meilleur joueur à 22 ou 23 ans, ou parfois à 21 ans. Donc, je pense en tant qu'organisation, nous devons juste essayer de déterminer cela, de voir qui sera (éventuellement) le meilleur joueur.

« Voilà ce qui explique, quand les joueurs arrivent au camp, que nous disons qu’il y a du pain sur la planche. Mais nous savons en cours de route, par la manière dont nous développons les joueurs ici, qu’ils seront les meilleurs joueurs de notre organisation. »

Pour appliquer ce genre de réflexion au repêchage de 2011, la plupart des éclaireurs estiment que l’ailier gauche Gabriel Landeskog, des Rangers de Kitchener, et le défenseur Adam Larsson, de Skelleftea, sont les joueurs qui sont les plus prêts pour la LNH de cette cuvée et qui pourraient faire le saut dans le grand circuit la saison prochaine. Mais c'est le centre Ryan Nugent-Hopkins, des Rebels de Red Deer, qui est le joueur considéré comme ayant le meilleur potentiel à long terme et qui est classé parmi les meilleurs dans les classements d’avant-repêchage.

Dans la même veine, Sean Couturier, des Voltigeurs de Drummondville, était considéré comme étant un premier choix potentiel au début de la saison. Mais au cours de la campagne 2010-2011, deux autres joueurs de centre maintenant considérés comme ayant un plus grand potentiel – Jonathan Huberdeau des Sea Dogs de Saint John et Ryan Strome des IceDogs de Niagara – ont dépassé Couturier selon certains observateurs.

« On en peut pas trop se prononcer sur les jeunes de 18 ans, car ils vont tous évoluer différemment », a déclaré le directeur général adjoint des Sénateurs, Tim Murray. « Ils sont à différents stades de leur développement en ce moment. Le développement de Landeskog a été très rapide jusqu'à présent, mais chez d'autres gars, comme Huberdeau, Couturier et Strome, ce fut peu plus lent et tout le monde arrive à maturité à des rythmes différents.

« Il pourrait y avoir une différence dans notre liste, du numéro 6 au numéro 3, ou de six à deux, mais je ne dis pas dans cinq ans qu’il va y avoir une énorme différence. »

Dans le cas des Sénateurs, il y a aussi le fait que, étant donné le nouveau mandat de l'organisation de bâtir avec les jeunes, il ne s’agit pas d’une équipe qui se retrouve avec une pression de gagner gros immédiatement.

« On ne gagne pas tout de suite », a déclaré Dorion en référence à ce genre de processus. « La plupart du temps, les joueurs que nous allons réclamer dans le top 10 ne nous aideront pas à gagner tout de suite. C'est pourquoi nous cherchons toujours à repêcher celui que nous pensons qui deviendra le meilleur joueur possible lorsqu’il sera à sa pleine maturité, que ce soit à 22 ou 23 ans. Je pense que c'est de cette façon que nous connaîtrons le plus de succès.

« Nous savons que quiconque que nous réclamerons au sixième rang (le choix de première ronde d’Ottawa), qu’il puisse s’agir d’un joueur qui sera plus prêt, mais nous voulons des joueurs qui nous aideront à gagner lorsqu’ils seront devenus physiquement et mentalement matures et qu’ils pourront collaborer. »

Avec 12 choix dans ce repêchage, y compris un deuxième en première ronde (21e) courtoisie de l'échange de Mike Fisher avec les Predators de Nashville, le personnel compétent d’éclaireurs des Sénateurs a travaillé des heures supplémentaires pour la préparation. Les éclaireurs se présenteront au Minnesota avec en main une liste de 175 espoirs, soit environ 45 de plus qu’à l'habitude.

« Sans aucun doute, la profondeur est là », a déclaré Dorion lorsqu'il fut interrogé à savoir si les Sénateurs s’attendent à mettre la main sur des espoirs de qualité avec leurs trois sélections en deuxième ronde et les autres. « À un certain point pendant les assises, la profondeur s’estompe, mais je pense qu'avec nos six premières sélections, nous allons obtenir de très bons actifs pour notre organisation. »


En voir plus