Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Phillips veut rester avec les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Seul le capitaine Daniel Alfredsson compte plus d'ancienneté chez les Sénateurs que Chris Phillips, qui a disputé 863 matchs dans l'uniforme de l'équipe d'Ottawa. Le vétéran défenseur espère signer un nouveau pacte avec les Sénateurs avant de devenir joueur autonome l'été prochain (Andy Devlin/NHLI via Getty Images).
Chris Phillips admet qu’il est difficile de même envisager de jouer au hockey ailleurs.


Le vétéran défenseur des Sénateurs d’Ottawa entame sa dernière année de contrat, mais il a clairement indiqué aujourd’hui qu’il souhaite terminer sa carrière de joueur actif dans la Ligue nationale de hockey au même endroit où il a commencé, il y a 12 saisons.

« C’est évidemment difficile d’imaginer devoir porter un autre chandail », a déclaré Phillips, âgé de 32 ans, après avoir effectué une apparition exceptionnelle aux Camps de hockey des Sénateurs d’Ottawa au Bell Sensplex. « Si je suis forcé de le faire, cela se produira. Mais nous verrons ce qui se passera.

« Si je peux faire tout en sorte (pour rester à Ottawa), il s’agira certainement de mon premier choix. »

Mais Phillips, le tout premier choix au repêchage amateur de la LNH en 1996, est conscient de la réalité de l’industrie du hockey. Il fut un témoin à nouveau cet été, alors que son partenaire de longue date à la ligne bleue, Anton Volchenkov, a été mis sous contrat à titre de joueur autonome avec les Devils du New Jersey. Son partenaire précédent, Zdeno Chara, avait fait de même en joignant les Bruins de Boston en 2006.

En fait, le capitaine Daniel Alfredsson demeure le seul coéquipier qui est toujours de la formation des Sénateurs depuis la première saison de Phillips, en 1996-1997. En avril dernier, Alfredsson est devenu le premier joueur à disputer 1 000 matchs dans l’uniforme des Sénateurs. Phillips, qui compte 863 matchs à son actif à Ottawa, pourrait le rejoindre en 2011-2012 s’il est remis sous contrat avec les Sénateurs.

« C’est effectivement difficile », a déclaré Phillips concernant le fait de voir un coéquipier quitter la formation. « On grandit avec ces joueurs, autant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. D’un autre côté, lorsque vous accédez à la LNH, vous vous attendez à changer de formation. Certains ne restent pas longtemps, mais d’autre oui. Depuis mes débuts, tout le monde (sauf Alfredsson) a changé d’équipe et d’autres joueurs sont arrivés. C’est comme ça que ça se passe dans le hockey. »

Mais en même temps, Phillips est enthousiasme à l’idée de côtoyer Sergei Gonchar, un défenseur axé beaucoup plus sur l’offensif, dans l’uniforme des Sénateurs. Le Russe a signé un contrat à titre de joueur autonome avec Ottawa le 1er juillet.

C’est effectivement difficile. On grandit avec ces joueurs, autant sur la glace qu’à l’extérieur de la patinoire. D’un autre côté, lorsque vous accédez à la LNH, vous vous attendez à changer de formation. Certains ne restent pas longtemps, mais d’autre oui. Depuis mes débuts, tout le monde (sauf Alfredsson) a changé d’équipe et d’autres joueurs sont arrivés. C’est comme ça que ça se passe dans le hockey. - Chris Phillips
« C’est difficile de perdre Volchy, autant pour notre équipe que pou moi sur le plan personnel, a dit Phillips. J’ai évolué avec lui très longtemps. Mais c’est la nature du sport. Pour la plupart des joueurs, il ne s’agit pas de savoir si cela va arriver, mais quand cela se produira. Il fait tourner la page et j’ai hâte de voir Gonchar ici. Il apportera plusieurs aspects à notre équipe, comme l’élément offensif, son expérience et celle d’avoir gagné la Coupe (Stanley). »

Il faut ajouter Phillips à ceux qui croient que, maintenant que Gonchar fait partie de la formation, une offensive améliorée constitue la meilleure défensive.

« Ce qu’il (Volchenkov) faisait de mieux sera difficile à compenser, a dit Phillips. Il est sans aucun doute le meilleur dans sa catégorie. Mais lorsqu’on bloque des tirs, cela signifie que l’adversaire décoche des lancers. En ayant un joueur plus offensif qui peut aider nos attaquants, il est possible que nous passions moins de temps dans notre zone et que nous puissions nous concentrer un peu plus sur l’attaque. »

Mais pour sa part, Phillips entend pratiquer le même style défensif qu’il préconise depuis toujours.

« Je dois me concentrer sur cet aspect du jeu, a-t-il dit. C’est ma marque de commerce, celle d’un joueur fiable défensivement, que ce soit pour freiner les attaquants adverses, jouer en désavantage numérique ou de protéger des avances en fin de match. Ensuite, si l'on peut aider l’attaque, ce sera un boni. Mais je dois quand même rester sur l’aspect défensif. »


En voir plus