Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Phillips reste à Ottawa : « La bonne décision »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le vétéran défenseur Chris Phillips en est à sa 13e saison avec les Sénateurs et il est ravi d'avoir obtenu une prolongation de contrat de trois ans pour rester avec l'équipe et dans la communauté avec laquelle il s'est attachée au fil des années (Photo par André Ringuette/NHLI via Getty Images).
Finalement, Chris Phillips n’était tout simplement pas prêt à quitter la seule ville où il a évolué dans la Ligue nationale de hockey.


Sans parler de la communauté qui lui est chère, ainsi que sa famille.

« Pour moi, c'est la bonne décision », a déclaré le vétéran défenseur au sujet de la prolongation de contrat de trois ans qu'il a signé avec les Sénateurs d'Ottawa plus tôt aujourd'hui. « Je suis très heureux. »

Alors que la franchise a entamé un virage jeunesse, elle pourra continuer à bénéficier de l’expérience de Phillips, qui devrait maintenant devenir avec le capitaine Daniel Alfredsson l’un des deux seuls joueurs actifs à avoir disputé 1 000 matchs dans l’uniforme des Sénateurs – un plateau qu’il devrait atteindre à la mi-saison 2011-2012.

« Nous voulions revoir Chris. Nous avons besoin de joueurs expérimentés et de leadership dans le vestiaire », a déclaré l'entraîneur-chef des Sénateurs Cory Clouston. « Il fait beaucoup de bonnes choses. Je sais qu'il a connu des difficultés cette année, personne ne peut nier cela, mais il demeure un atout précieux pour ce club. Il a encore quelques bonnes années devant lui. Ces derniers temps, il a joué son meilleur hockey.

« Nous sommes très heureux de le voir rester avec nous. Je pense que c'est très positif pour l'organisation. »

Le centre Jason Spezza a ajouté : « C'est formidable pour notre équipe de garder un vétéran comme Philly. Il est ici depuis longtemps, il est un grand leader dans le vestiaire et nombreux de nos coéquipiers lui font confiance. Nous sommes heureux de le voir rester ici. »

Phillips était loin d’être certain que les choses se termineraient de cette façon jusqu'au moment où il a finalement apposé sa signature sur la ligne pointillée. Alors qu’il a vu des coéquipiers de longue date tels que Mike Fisher et Chris Kelly être échangés dans des transactions qui ont signifié la volonté de l'organisation de se tourner vers l’avenir, il s’est demandé s’il serait là pour aider à écrire un autre chapitre ou deux.

Avant de sauter sur la patinoire pour le match de samedi contre les Flyers de Philadelphie à la Place Banque Scotia, Phillips a dit à Erin, son épouse qui est native d’Ottawa, que « cela pourrait être mon dernier match (avec les Sénateurs). Je ne sais pas. »

« Il fut un temps j'ai pensé qu'il était plus probable que je puisse peut-être aller quelque part au lieu de rester, a ajouté Phillips. En disant cela, je savais que les choses pourraient aussi changer en une minute. Cela aurait pu aller d’un bord comme de l’autre à tout moment. Je suis resté patient et j'ai essayé de ne pas trop m'énerver au sujet de bonnes nouvelles ou de quelque chose que je n’avais pas envie d'entendre. J'ai attendu et les choses se sont passées comme je le voulais. »

Phillips, le tout premier choix au repêchage de la LNH en 1996, savait aussi qu'il aurait pu joindre une équipe aspirante à la Coupe Stanley pendant les séries éliminatoires, mais il a admis qu'il lui reste encore du temps pour ce genre de choses dans sa carrière.

« Raymond Bourque était à sa 20e saison lorsqu’il a quitté Boston pour se joindre à l’Avalanche du Colorado », a déclaré Phillips, âgé de 32 ans et qui en est à sa 13e année avec les Sénateurs. « Le contrat que je viens de signer ne sera pas le dernier de ma carrière. Quand j’arriverai à la fin de ma carrière, on verra si j’ai besoin d’être échangé pour obtenir la possibilité de remporter la coupe. Je ne suis pas encore rendu là. »

Phillips et son épouse sont également devenus des figures de proue dans la communauté au fil des ans, en donnant de leur temps à des causes telles que le 24 h de Tremblant et les Éclaireurs, pour n'en nommer que quelques-uns. Il a admis que l'attraction de la ville à laquelle ils ont aussi élevé leurs trois enfants en bas âge fut un facteur important dans son désir de rester avec les Sénateurs.

« Je sais qu'il y a beaucoup de gens de hockey qui mettent en question ma décision alors que tout ce qu'ils voient, c'est le hockey », a déclaré Phillips, originaire de Calgary. « Mais il y a aussi le style de vie, la famille, la communauté et vos enfants qui grandissent dans une communauté et le fait d’être impliqués dans des choses. Mais je ne veux pas me justifier simplement avec tout cela. J'adore jouer à Ottawa.

« Nous sommes incroyablement bien traités en tant que joueurs de hockey par la communauté et par l'équipe aussi. Sur la glace, vous pouvez voir les choses bouger. C'était une course incroyable quand nous avons atteint la finale il y a quelques années et je ne voudrais pas répéter cette expérience avec quiconque sauf avec ces jours là. »

Alors qu’il regarde autour de lui dans le vestiaire et qu’il voit certaines vedettes montantes des Sénateurs avoir déjà un impact, Phillips – un solide gaillard qui n’a manqué qu’un seul match au cours des cinq dernières saisons – estime que le redressement pourrait se produire plus tôt que tard.

« Je vois déjà dans le vestiaire une confiance que les choses vont dans la bonne direction, a-t-il dit. Il y a de l’optimiste. On s’encourage avec la confiance qui règne au sein de cette équipe en ce moment. On peut voir le potentiel avec les gars que nous avons ici. Les choses peuvent tourner rapidement ici. »



En voir plus