Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Neil vit un rêve avec les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Même lorsqu’il jouait dans les premiers niveaux de hockey junior, Chris Neil se faisait dire par les incrédules qu’il ne réaliserait pas son rêve.


Mais comme à l’habitude, il a fait ce qui le caractérise : il s’est affirmé et s’est accroché à son rêve.

« Je n’abandonne jamais, point à la ligne, a déclaré le joueur de 30 ans originaire de Flesherton, en Ontario. Je me suis fait renvoyer des Patriots de Mount Forest dans le junior C dans ma ville natale. Je n’avais alors que 15 ans et j’étais jeune. N’empêche, je n’ai jamais accepté de me faire dire non. On m’a toujours dit que je devrais m’enligner ailleurs que vers la LNH.

« L’élément clé, c’est que j’étais déterminé à atteindre cet objectif et que j’étais appuyé par ma famille. Dans la LNH, il y a une place pour quiconque le veut véritablement. »

Le voici donc, à presque 600 parties au sein de la Ligue nationale de hockey, dans une carrière qui en est à sa huitième saison. Grâce à son tout nouveau contrat, il peut s’attendre à ajouter trois ans de plus à sa carrière après l’année en cours. Neil n’oublie cependant pas le dur labeur qui l’a mené à porter fièrement les couleurs des Sénateurs.

« Ce fut ainsi toute ma vie, a affirmé Neil, un choix de sixième ronde (161e au total) par les Sénateurs au repêchage de la LNH en 1998.

« Ils disent qu’en se faisant repêcher, on est à moitié chemin. Mais il faut obtenir un contrat, le signer, puis il faut aller jouer dans les ligues mineures. Ça peut prendre du temps, mais je suis chanceux d’être entré si vite dans la LNH. J’ai joué dans les mineurs pendant deux ans et je suis arrivé ici au cours de ma troisième année. Ce fut une belle expérience. »

Lorsque Neil est passé des Centennials de North Bay dans la Ligue de hockey de l’Ontario à ses débuts dans le hockey professionnel au sein des Griffins de Grand Rapids de la Ligue internationale de hockey (la principale filiale des Sénateurs à l’époque) en 1999, il savait qu’il franchissait une étape nécessaire à son développement.

« Ce qui m’a aidé dans la LIH, c’est que j’y suis arrivé à un jeune âge et que j’étais avec un bon groupe, a expliqué Neil. C’était bien. J’essayais de devenir un meilleur joueur globalement et de pratiquer divers aspects du jeu. En fait, je me développais, je devenais plus fort, plus agressif… Quand on arrive du junior, on passe de jouer avec des gars à jouer avec des hommes. Ça fait une différence. J’ai beaucoup appris de cette précieuse expérience. »

Il ne voulait cependant pas y rester plus longtemps que nécessaire. À deux doigts de la LNH, Neil n’a pas tardé à trouver le chemin le plus court vers le sommet.

« Je savais que l’équipe d’Ottawa voulait un peu plus de robustesse dans ses rangs, a-t-il commenté. J’ai cumulé beaucoup de points dans le junior (72, dont 26 buts durant sa dernière saison à North Bay) et j’ai joué sur les deux premiers trios. Alors, c’est un rôle complètement différent que j’occupe maintenant.

« Je me souviens de l’un de nos recruteurs de l’époque, Trevor Timmins, qui m’avait amené de côté et m’avait dit : “Je veux du contact quand tu joues, sois plus agressif. Si tu dois te battre, bats-toi. ” Alors, c’est ce que j’ai fait. Je me suis battu et je me suis battu, et j’ai joué avec force. Ça m’a rapporté en m’amenant ici plus rapidement que si j’avais essayé en marquant des buts. »

Mais ne vous inquiétez pas, il ne tiendra jamais ce qu’il a maintenant pour acquis.

« Je ne dis pas que les mineures ne sont pas un bon endroit où jouer, a-t-il précisé. Mais on se rend compte de la chance d’être dans la LNH après être passé par là. »


En voir plus