Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Neil ravi de rester avec les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Après avoir étudié des offres de d'autres équipes, l'attaquant Chris Neil a choisi d'accepter une entente de quatre ans avec les Sénateurs, le 1er juillet (Photo par Graig Abel/NHLI via Getty Images).
Finalement, Chris Neil a choisi avec son coeur.


Après avoir testé le marché des joueurs autonomes le 1er juillet, le robuste ailier a choisi d’éviter un déménagement et de rester avec la seule équipe à laquelle il a évolué dans la Ligue nationale de hockey. Neil et les Sénateurs d’Ottawa se sont entendus pour un nouveau pacte de quatre ans, mercredi soir.

« Je suis content », a déclaré Neil, qui a complété sa septième campagne dans l’uniforme des Sénateurs. « Je suis ravi de demeurer un Sénateur. J’espère être en mesure de rester avec eux pour le reste de ma carrière et de terminer ma carrière à Ottawa. C’est une excellente organisation, une excellente ville et je peux continuer ainsi. »

Malgré le fait qu’au moins trois autres équipes se soient montrées sérieusement intéressées à obtenir les services de Neil, l’attaquant de 30 ans a clairement indiqué qu’il voulait demeurer avec les Sénateurs, l’équipe qui l’a repêché en 1998. Il a atteint le plateau des 500 matchs disputés avec Ottawa au cours de la saison 2008-2009.

« Je suis heureux, car Chris Neil voulait vraiment continuer à jouer ici », a déclaré le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, après avoir paraphé l’entente avec le vétéran. « Nous avons négocié intensément jusqu’à la date limite. Il a certes eu d’autres offres (de la part d'autres équipes) mais il a sa place ici. Il est un joueur responsable et le fait qu’il voulait demeurer ici est très important. »

Neil a répété ce même sentiment dans les derniers jours précédant la date d’ouverture du marché des joueurs autonomes du 1er juillet.

« Je m’étais fait à l’idée que je m’en allais ailleurs, mais je suis très heureux du dénouement, a dit Neil. Je suis ravi de savoir que je vais passer les quatre prochaines années à Ottawa.

« Mon épouse (Caitlin) est ravie. Nous avons reçu des appels de partout et ce fut une journée excitante pour nous, en tentant de nous faire à l’idée sur certaines choses. Mais cela ne se produira pas ailleurs. Je ressentais ce sentiment au fond de moi-même. J’ai tenté de me faire à l’idée que nous serons quand même heureux ailleurs, mais j’avais de la difficulté à concevoir cela avec quelques-unes des équipes qui s’étaient montrées intéressées.

« Je suis content de pouvoir revenir dans l’uniforme des Sénateurs et être ici (à Ottawa), jouer avec mes copains avec qui j’évolue depuis si longtemps. »

Je m’étais fait à l’idée que je m’en allais ailleurs, mais je suis très heureux du dénouement. Je ressentais ce sentiment au fond de moi-même. J’ai tenté de me faire à l’idée que nous serons quand même heureux ailleurs, mais j’avais de la difficulté à concevoir cela avec quelques-unes des équipes qui s’étaient montrées intéressées. - Chris Neil
Murray avait décelé ce sentiment lorsqu’il a communiqué la bonne nouvelle à Neil mercredi soir.

« Il m’a téléphoné tard en soirée et il était ravi lorsque je lui ai dit que nous avions une entente », a déclaré Murray.

Malgré que Neil ait présenté sa pire fiche en carrière, avec trois buts et 10 points en 2008-2009, il faut aussi noter qu’il n’a disputé que 60 matchs (il a raté 22 rencontres en raison de blessures et de maladie). Autant Murray que l’entraîneur-chef Cory Clouston sont conscients que sa contribution va au-delà de ses statistiques.

« Neil sera toujours Neil, a dit Murray. Il est très fort et robuste et il peut s’occuper des durs à cuire adverses. Il est certainement de calibre. En parlant à Cory, il m’a dit qu’il sera utilisé à l’occasion en avantage numérique devant le filet. Chris peut faire ce travail.

« Il est un joueur important dans notre équipe et il est un leader. »

L’athlète de Flesherton (Ont.) fut le choix de sixième ronde d’Ottawa (161e au total) au repêchage de 1998. Il est le meneur de franchise avec ses 1 298 minutes de pénalité.


En voir plus