Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Mettre l'accent sur l'offensive

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Afin d'aider l'attaque, l'entraîneur-chef des Sénateurs, Cory Clouston, a effectué quelques modifications à son alignement, en mutant Peter Regin aux côtés de Jason Spezza et Daniel Alfredsson (Photo par André Ringuette/NHLI via Getty Images).
Leur objectif ne pourrait être plus simple maintenant.


Les Sénateurs d'Ottawa sont manifestement une formation qui a un grand besoin de marquer des buts ces jours-ci, alors que le revers de 2-1 mercredi soir contre les Stars de Dallas est une preuve de plus qui témoigne des problèmes de production offensive de cette équipe. Donc, il n'était guère surprenant de voir l'entraîneur-chef Cory Clouston mettre l'accent sur l’attaque lors de la séance d’entraînement plus tôt aujourd'hui au Bell Sensplex, en vue du match de vendredi après-midi contre les Penguins à Pittsburgh (13 h, Rogers Sportsnet East, Team 1200).

Clouston a rebrassé ses cartes au chapitre des trios, en mutant Peter Regin à l'aile aux côtés de Jason Spezza et Daniel Alfredsson, et Mike Fisher au centre flanqué des ailiers Alex Kovalev et Milan Michalek sur la deuxième ligne d’attaque. Les autres trios : Nick Foligno-Chris Kelly-Chris Neil et Jarkko Ruutu-Jesse Winchester-Ryan Shannon.

« À l'heure actuelle, nous avons voulu mettre ce que nous considérons nos six meilleurs attaquants sur nos deux premières lignes, augmenter leur temps de glace et nous fier à eux un peu (plus) », a déclaré Clouston pour expliquer son plus récent remaniement. « Il ne s’agit pas de vanter ou de discréditer la valeur des deux autres trios. Nous estimons que notre troisième ligne peut être très efficace pour nous (offensivement). »

Dans la même veine, il y a aussi « une très forte possibilité », a ajouté Clouston, que le talentueux défenseur à caractère offensif Erik Karlsson réintègre l’alignement vendredi après avoir passé les deux derniers matchs sur la galerie de presse.

« Nous avons besoin de revoir Erik Karlsson dans l’alignement afin qu’il puisse nous aider, a déclaré Clouston. Lorsque nous avions connu une séquence victorieuse (fiche de 8-3-0 jusqu’au 13 novembre), nous obtenions des buts et des points également de la part de nos défenseurs. Losque nous avons eu du succès, nous gagnons de différentes façons et nous obtenons la contribution de différentes personnes. »

Jusqu'à la semaine dernière, la production offensive ne semblait pas être un problème chez les Sénateurs. Mais depuis ce temps, Ottawa a présenté une fiche de 1-4-0 et n'a marqué que huit buts. Encore plus inquiétant, la réduction des chances de marquer, alors que les Sénateurs n’ont tiré que 19 fois dans chacune de leurs deux dernières sorties, y compris lundi, malgré une victoire de 3-2 sur les Kings de Los Angeles à la Place Banque Scotia.

Lorsqu’on gagne, cela survient instinctivement. On ne pense pas, on ne fait que jouer. Et lorsqu’on connait quelques difficultés, ces pièces de jeu semblent plus difficiles à exécuter pour une raison quelconque. Peut-être qu’il s’agit simplement de l’aspect psychologique. C’est ce que je crois. Pour une raison quelconque, ces pièces de jeu semblent plus difficiles à exécuter et on s’en préoccupe davantage. Pour nous, je pense qu’il faut essayer d'obtenir un rythme et une consistance lorsqu’on fonce vers le filet adverse. Lorsqu’on remporte des matchs, c'est généralement ce que l’on fait pour gagner des matchs. Pour une raison quelconque, lorsqu’on perd, il devient plus difficile de nous en sortir, mais nous devons trouver un moyen de rebondir. - Nick Foligno
Alors, où est passée l’attaque? Le capitaine Daniel Alfredsson a déclaré que « ce n'est pas seulement une chose en particulier, j’aimerais bien que ce soit aussi simple que cela. »

« Je ne suis pas frustré. Je sais à quel point c’est difficile, dit-il. C'est un combat de tous les soirs. Aujourd'hui, nous parlons de production offensive et c’est l’aspect que nous devons améliorer le plus en ce moment. Nous n’appliquons pas suffisamment de pression sur l’adversaire. Lorsque tout notre monde reprendra le rythme et faire fonctionner notre échec avant, il sera difficile de jouer contre nous. »

Foligno, qui est toujours à la recherche de son premier but cette saison, est d’accord sur le fait que les difficultés de marquer peuvent affecter une équipe sur le plan psychologique – si elle permet que cela se produise.

« Lorsqu’on gagne, cela survient instinctivement, dit-il. « On ne pense pas, on ne fait que jouer. Et lorsqu’on connait quelques difficultés, ces pièces de jeu semblent plus difficiles à exécuter pour une raison quelconque. Peut-être qu’il s’agit simplement de l’aspect psychologique. C’est ce que je crois. Pour une raison quelconque, ces pièces de jeu semblent plus difficiles à exécuter et on s’en préoccupe davantage.

« Pour nous, je pense qu’il faut essayer d'obtenir un rythme et une consistance lorsqu’on fonce vers le filet adverse. Lorsqu’on remporte des matchs, c'est généralement ce que l’on fait pour gagner des matchs. Pour une raison quelconque, lorsqu’on perd, il devient plus difficile de nous en sortir, mais nous devons trouver un moyen de rebondir. »

Plus facile à dire qu'à faire parfois, de souligner Clouston.

« Je pense que nous avons très bien joué jusqu'à la semaine dernière, a-t-il dit. Maintenant, nous essayons de nous retrouver. Pourtant, nous avions trouvé notre élan, nous jouions bien, nous remportions des matchs et nous nous sommes retrouvés dans une bonne posture. Maintenant, nous sommes en quelque sorte encore inconstants. Nous avons gagné un match lundi soir, un match difficile et serré contre un adversaire coriace, nous avons trouvé un moyen de gagner.

« Hier soir, c'est le contraire qui s'est passé. Nous avons trouvé pratiquement des façons de perdre dans la mesure où nous n’avons pas été en mesure de profiter de nos chances, nous n’étions pas assez persistant sur l'échec avant, en plus d’avoir concéder trop de bonnes chances à l’adversaire. Maintenant, il nous faut retrouver nos bonnes manières, être cohérents et bien faire les petites choses. »

Bien sûr, il n'ya pas de meilleur remède pour une telle maladie que quelques victoires.

« C'est frustrant lorsque vous perdez des matchs, a déclaré le centre Jason Spezza. Lorsqu’on gagne par un faible écart, c'est très bien, mais lorsqu’on perd et qu’on ne marque pas, il nous faut trouver un moyen de générer plus d’attaque. Je pense qu’en tant que groupe, nous devons fournir un effort conscient pour créer plus de chances. »

Bloc-notes

Karlsson au sujet de son retour probable dans l’alignement vendredi : « Nous verrons demain, mais ça fait du bien. Je me suis bien senti depuis quelques jours maintenant et un retour au jeu ferait du bien. Je dois montrer maintenant que je mérite de rester. »  Le vétéran défenseur Sergei Gonchar a obtenu un congé « préventif » d’entraînement aujourd’hui, mais Clouston a déclaré qu’il sera en mesure d’affronter son ancienne équipe vendredi... Les Sénateurs reviendront à domicile pour affronter les Maple Leafs de Toronto samedi soir à la Place Banque Scotia (19 h, CBC, 104,7 Souvenirs Garantis) et les Oilers d'Edmonton seront dans la capitale lundi (19 h 30, RDS, Rogers Sportsnet East, 104,7 Souvenirs Garantis).


En voir plus