Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Méthot est «pas mal passionné» à l’idée de porter l’uniforme des Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators

Même deux jours plus tard, l’énormité de tout cela ne l’a pas encore vraiment frappé.

Mais en se tenant devant un grand nombre de caméras et de journalistes à la Place Banque Scotia, plus tôt aujourd’hui, Marc Méthot a eu un rapide aperçu d’à quel point sa vie de joueur de hockey est sur le point de changer.

«C’est certainement très différent ici, a dit le joueur originaire d’Ottawa au sujet de l’échange survenu le jour de la Fête du Canada qui l’a emmené chez les Sénateurs en provenance des Blue Jackets de Columbus. Je ne suis pas habitué à voir autant de caméras devant moi. C’est une grande chance, mais en termes de pression et tout, c’est simplement quelque chose à laquelle vous devez vous habituer et contrôler ... c’est une nouvelle expérience.»

Et une que Méthot, le résident de Mooney's Bay de 27 ans, qui a passé toute sa carrière à Columbus, apprivoisera avec joie au cours des semaines et des mois à venir. Il était à une réunion de famille en banlieue de la capitale, dimanche quand l’échange a été annoncée — les Sénateurs ont envoyé l’attaquant Nick Foligno dans l’autre direction — et les appels téléphoniques et les messages qui ont été envoyés par Facebook et Twitter n’ont pas encore ralenti.

«Je suis pas mal passionné à l’idée de jouer ici dans ma ville, a dit Méthot, qui souriait facilement et souvent au cours de sa rencontre avec les médias. C’est vraiment, vraiment excitant. C’est très renversant présentement et cela ne m’a toujours pas vraiment frappé. J’espère qu’au cours des prochains jours, je pourrai me détendre et avoir du temps pour y penser.

«C’est une sensation vraiment surréaliste pour moi et pour ma famille. Je suis vraiment simplement survolté par l’occasion de jouer ici. En grandissant (à Ottawa), ce fut toujours mon rêve de jouer dans la ville et, de simplement marcher dans le vestiaire, aujourd’hui, cela m’a donné une sensation très spéciale dans l’estomac.»

Méthot est aussi prêt à faire face à la pression qui vient avec jouer pour l’équipe de la Ligue nationale de hockey de sa ville devant sa famille et ses amis de manière régulière.

«C’est une bonne pression, toutefois, dit-il. C’est une pression que je suis prêt à accepter. Vous voulez tout donner dans tous vos matches ici, c’est certain. Vous jouez devant votre famille et vos amis et vous ne voulez pas les laisser tomber et, certainement, vous ne voulez pas laisser tomber vos coéquipiers.»

Il est aussi très conscient du monde fou du hockey dans lequel il se retrouve maintenant. Avec les Blue Jackets, ayant raté les séries éliminatoires lors de toutes les saisons, sauf une, qu’il a passées à Columbus, il a souvent eu des billets de choix pour la fièvre de l’après-saison qui s’empare de la capitale nationale avec les Sénateurs au cœur de l’action.

«Chaque fois que nous revenions (à Ottawa), je les regardais dans les séries éliminatoires, a dit Méthot, qui a signé un contrat jusqu’à la fin de la saison 2014-15. Je connais la frénésie qui s’empare de la ville quand ces gars-là participent aux séries éliminatoires et à quel point cela peut être excitant. Nous avons toujours du monde à la maison pour les regarder attentivement.

«Ils forment une équipe qui travaille fort et ils ont une bonne éthique de travail ici. Je pense que je conviens bien avec cela.»

Avec seulement sept buts en 275 matches en carrière dans la LNH, Methot arrive à Ottawa avec une réputation de défenseur défensif. Mais il croit qu’il apporte plus que cela à la table.

«J’ai toujours été un défenseur défensif, mais je pense que ce qui me sépare de beaucoup de gars est que je suis pas mal mobile pour un joueur de ma taille, a dit Méthot, qui mesure 6’3’’ et pèse 227 livres. J’aime penser que je ne me fais pas souvent battre au moins à 1 contre 1. Je suis fier de jouer comme défenseur et de demeurer en arrière et de couvrir pour mes joueurs, mais j’aime me joindre à l’attaque de temps à autre et j’aime utiliser ma vitesse le plus que je peux.

«Je connais ce dont je suis capable. Je suis capable de fermer les lignes. Je peux vraiment utiliser ma taille et ma vitesse pour défendre et jouer contre les meilleures lignes. Quel qu’il soit (mon rôle), je suis prêt et je l’accepte.»

Certains ont déjà conclu qu’il pourrait être un remplaçant idéal pour Filip Kuba aux côtés du gagnant du trophée Norris, Erik Karlsson, qui a été de loin le meilleur marqueur parmi les défenseurs en 2011-12 avec 78 points.

«Si je joue avec Karlsson, et bien je lui donnerai probablement la rondelle la majorité du temps, a dit Méthot en riant. Il est un défenseur exceptionnel. Présentement, je n’ai aucun contrôle sur cela ou sur ce qui se produira, (mais) je suis prêt pour ce rôle, c’est certain. J’ai joué un rôle semblable auparavant. Présentement, cela relève de la direction et des entraîneurs et nous verrons comment les choses se passeront au camp d’entraînement.»

La campagne 2011-12 de Méthot a été limitée à 46 matches après qu’il ait été frappé au visage par un lancer frappé lors d’un match, le 9 février, contre les Stars de Dallas et qu’il ait eu la mâchoire brisée à deux endroits. Un autre os a aussi été déplacé.

«C’est la raison pour laquelle j’ai raté une grande portion de la saison, a-t-il dit. Ce ne fut pas très amusant. Ma bouche a été attachée et j’ai perdu beaucoup de poids. Mais j’ai réussi à reprendre le poids et j’ai joué pour le Canada (aux championnats du monde 2012). Je suis fier de mon entraînement et de la manière dont j’ai pris soin de moi hors de la glace. Donc ce n’était pas un problème.»

Cela ne l’a pas été non plus de s’habituer à l’idée, après avoir enduré une saison au cours de laquelle les Blue Jackets ont été la pire équipe de la LNH, qu’il est de retour chez-lui avec une équipe en pleine progression. Il a déjà commencé à rencontrer ses nouveaux coéquipiers — lui et le centre des Sénateurs, Jason Spezza, avec qui il a échangé des messages lors de la Fête du Canada, ont joué ensemble aux championnats du monde et il a patiné en été avec l’ailier d’Ottawa, Chris Neil.

«Je ne suis jamais allé ailleurs, a dit Méthot, au sujet de changer d’équipes. Globalement, c’est une nouvelle expérience, avoir à rencontrer de nouveaux joueurs et de nouveaux gars comme cela, mais je suis habituellement bon pour me faire de nouveaux amis, donc je suis excité par cette occasion.

«C’est excellent de revenir ici, spécialement dans un gros marché de hockey. C’est toujours le rêve d’un joueur d’être impliqué dans ce genre d’équipe et, enfin, j’ai cette chance.»

En voir plus