Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

L'heure de la confrontation est finalement arrivée

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Dans la ville qui ne dort jamais, il y a une frénésie indéniable dans l’air.


À quelques édifices près des projecteurs de Broadway, comme seules les séries éliminatoires de la Coupe Stanley peuvent créer. Cette frénésie est aussi ressentie dans la capitale du Canada, également.

À quelques heures du premier affrontement de la série quart de finale de l’Association de l'Est entre les Sénateurs d'Ottawa et les Rangers de New York, les visiteurs négligés du nord de la frontière le ressentent clairement, aussi. Après quatre jours d'attente, c'est finalement le moment de passer aux choses sérieuses.

« On ressent une certaine nervosité à trois ou quatre jours du début des séries éliminatoires », a déclaré le centre des Sénateurs Jason Spezza après la séance d’entraînement d'avant-match de l'équipe plus tôt aujourd'hui. « Peu importe le nombre de matchs disputés, il y a toujours un peu de nervosité et d'excitation. C'est l’aspect amusant, aussi, parce qu'il n'y a pas beaucoup de choses dans la vie qui peuvent nous procurer autant d'excitation que les séries éliminatoires.

« J'ai été excité toute la semaine, en attendant que la série commence et ce fût la même chose pour les autres joueurs dans le vestiaire. Nous avons essayé de garder nos mêmes habitudes et de nous amuser autour de la patinoire, mais on peut dire que les choses deviennent un peu plus sérieuses, aussi. »

Avec tout cet enthousiasme refoulé et prêt à éclater, on peut certainement affirmer sans se tromper que les premières minutes de jeu du premier match nous réserveront un niveau d'intensité inégalé. Assez rapidement, la partie ne sera en rien ce que l’on aura vu dans les 82 autres qui ont précédé.

« Nous savons qu’à partir de ce soir, c'est une toute nouvelle saison », a déclaré l'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean. « Peu importe ce que vous avez fait dans la saison régulière, cela n’a plus d'importance. Tout le monde doit monter son jeu d’un cran, car on affrontera les mêmes adversaires, possiblement sept fois de suite. C'est un rythme tout à fait différent qu’en saison régulière. »

Le capitaine Daniel Alfredsson a ajouté : « L'ambiance et l'intensité de la première période, en particulier lors du premier tour, c'est assez spécial. J'espère que nous pourrons sortir et traverser la tempête assez tôt. Je pense qu’ils (les Rangers) seront assez intenses au début. J'espère que nous pourrons gérer les 10 premières minutes et prendre le contrôle du match à partir de là. »

Alors que les chiffres suggèrent que les Rangers (51-24-7) devraient être les favoris contre les Sénateurs (41-31-10) dans ce duel qui oppose la première et la huitième place dans l'Est, la fiche en saison régulière entre les deux équipes — Ottawa a remporté trois des quatre matchs, dont les deux au MSG — indique qu’il pourrait s’agir d’une bataille beaucoup plus serrée. Les négligés sont assez sûrs de pouvoir l’emporter.

« Comparez les deux fiches et ils présentent un dossier beaucoup plus cohérent que le nôtre, a dit Alfredsson. Mais cela étant dit, nous croyons que nous pouvons gagner quelques matchs ici, sans aucun doute.

« Le jeu est serré dans la ligue. Si l’on commet des erreurs avec la rondelle, chaque équipe dans la ligue va en profiter. Si l’on est indiscipliné, c’est la même chose. Nous voulons essayer d'éviter ces deux aspects. »

Les deux parties conviennent également qu’il s’agira d’un duel physique dès le début.

« C'est une toute nouvelle saison », a déclaré l'attaquant des Sénateurs Chris Neil. « Nous devons donner le ton. Nous savons qu'ils vont sortir fort et jouer dur, comme ils le font toujours. Ils ont des joueurs imposants qui sont agressifs, mais il faut parvenir à être à la hauteur et d’avoir le dessus sur eux. »

Le défenseur des Sénateurs Erik Karlsson, qui a terminé au premier rang des marqueurs chez les défenseurs de la Ligue nationale de hockey par une marge de 25 points, avec 78, pourrait être une cible de choix pour les Rangers sur le plan physique. Mais il sait que cela fait partie de la vie en séries éliminatoires.

« C'est comme ça en série éliminatoire », a déclaré le Suédois de 21 ans. « On scrute l'autre équipe et essaie de trouver des moyens pour la vaincre. Notre plan de match est probablement semblable à la leur. Il faut faire face à la situation et rester patient. »

C'est aussi un bon conseil pour les Sénateurs, car plusieurs d'entre eux feront leurs premiers pas en séries éliminatoires de la Coupe Staley ce soir. Cela ne fait qu'ajouter à l'importance d'un bon début de match.

« C’est très important, surtout parce que nous avons des gars qui n'ont pas joué dans les séries (de la LNH), a déclaré Spezza. Lorsqu’on commence sur la route, les 10 premières minutes sont les plus difficiles. Ce sera deux fois plus rapide que pendant toute l'année et la foule va être deux fois plus bruyante. Il faut s’assurer d’être préparé collectivement afin de ne pas figer devant la situation.

« C’est bien d’y goûter, mais il ne faut pas se laisser distraire par le bruit ou la vitesse du jeu. »



En voir plus