Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les Sénateurs veulent reprendre là où ils ont laissé

par Staff Writer / Ottawa Senators

Par : Chris Stevenson | Correspondant LNH.com

OTTAWA – Les Sénateurs d'Ottawa entreprendront la saison 2015-16 en espérant reprendre là où ils ont laissé la saison dernière.

Les Sénateurs ont été l'équipe qui a connu le plus de succès dans la LNH au cours des derniers mois de la saison 2014-15. Il n'est pas réaliste de s'attendre à ce qu'ils continuent de remporter 23 matchs par tranche de 31 rencontres – comme ils l'ont fait à l'occasion de leur parcours historique dans le dernier droit de la saison dernière, ce qui leur a permis d'obtenir une surprenante qualification en séries éliminatoires de la Coupe Stanley –, mais les Sénateurs estiment qu'en connaissant un meilleur début de saison et en faisant preuve de plus de constance, ils pourront de nouveau accéder aux séries en 2016.

« C'est une nouvelle saison. Ce sera complètement différent, a promis le capitaine des Sénateurs Erik Karlsson. Il est à espérer que ça va nous faire réaliser que nous devons connaître un meilleur départ que l'an dernier, que peu importe si c'est le premier match, le deuxième, le cinquième, le 10e ou le 72e, les matchs sont tous aussi importants les uns que les autres.

« Nous devons être plus constants. Nous avons beaucoup appris de la saison dernière. »

Les Sénateurs miseront sur pas mal le même groupe de jeunes joueurs qui ont animé leur poussée de la fin de la saison dernière. À Ottawa, espère-t-on, ce que les joueurs ont vécu l'hiver dernier les amènera à trouver cette constance qu'ils recherchent en 2015-16.

Attaquants

Les Sénateurs ont marqué 238 buts l'hiver dernier, le cinquième total dans l'Association de l'Est, et ils ont aligné cinq joueurs qui ont atteint le cap des 20 buts; quatre d'entre eux étaient des attaquants.

Les Sénateurs pourraient potentiellement en compter davantage cette saison.

Puisque tous ces marqueurs de 20 buts sont jeunes, il y a lieu de croire qu'ils pourront accroître leur niveau de production à la suite de l'expérience qu'ils ont vécue la saison dernière.

Les recrues Mike Hoffman (27 buts, 25 ans) et Mark Stone (26 buts, 23 ans) ont mené le bal à l'attaque, suivis de Kyle Turris (24 buts, 26 ans) et Mika Zibanejad (20 buts, 22 ans). Karlsson, un défenseur de 25 ans, a inscrit 21 filets.

Stone a été un des joueurs les plus prolifiques dans la Ligue après le 1er janvier, alors qu'il a totalisé 47 points en 46 rencontres.

« En raison de la façon dont nous avons terminé la dernière saison, nous sommes fébriles, a indiqué le vétéran ailier gauche Clarke MacArthur. Les jeunes ont vécu des choses intéressantes l'an dernier. En espérant que tout le monde a eu un bon été et d'après ce qu'on a vu dans le gymnase, on dirait que tout le monde a travaillé fort. Il y a plusieurs raisons d'avoir hâte cette saison. »

Les Sénateurs ont d'autant plus le potentiel de devenir une des meilleures équipes à l'attaque dans l'Association de l'Est que certains vétérans ont vu leur production décliner l'hiver dernier. MacArthur a inscrit 16 buts en 62 matchs tandis que le vétéran Bobby Ryan, qui avait atteint le plateau des 30 filets à quatre reprises auparavant, s'est contenté d'un total de 18 buts. Il y a également place à amélioration du côté de l'attaquant Curtis Lazar, qui a trouvé le fond du filet six fois en tant que recrue.

Le directeur général des Sénateurs Bryan Murray a choisi de ne pas rembaucher le joueur autonome sans compensation Erik Condra, en plus d'échanger le vétéran David Legwand aux Sabres de Buffalo, en compagnie du gardien Robin Lehner.

Condra avait quand même été efficace au sein d'un trio complété par Lazar et le joueur de centre Jean-Gabriel Pageau, mais Legwand n'était plus dans les bonnes grâces de l'entraîneur Dave Cameron. Le vétéran Milan Michalek pourrait combler l'absence de Condra aux côtés de Pageau et Lazar.

Colin Greening, Chris Neil, Zack Smith et Alex Chiasson alterneront au sein du quatrième trio.

Deux joueurs réclamés lors du repêchage 2011 de la LNH, Matt Puempel (24e) et Shane Prince (61e), aspireront eux aussi à un poste à l'attaque et tenteront de se greffer au groupe de jeunes joueurs rapides et talentueux qu'on retrouve chez les Sénateurs.

Défenseurs

Le vétéran Marc Methot, qui joue habituellement aux côtés de Karlsson, a manqué aux Sénateurs au début de la dernière saison. Blessé au dos et à la hanche, il a dû rater 37 des 39 premiers matchs de l'équipe.

Quand Méthot est revenu surveiller ses arrières, Karlsson s'est à ce point mis à mieux jouer qu'il a fini par remporter son deuxième trophée Norris. Le fait de pouvoir miser sur le duo Méthot-Karlsson dès le début de la prochaine saison devrait permettre à Karlsson et aux Sénateurs de connaître un meilleur départ.

« Je croix (qu'avoir Méthot en début de saison) va aider l'équipe plus qu'autre chose, a déclaré Karlsson. Cela nous donnera de la profondeur à la ligne bleue, ce dont nous aurons besoin pour bien jouer. [Méthot] est un élément important de notre brigade défensive. Il ne fait aucun doute qu'il nous a manqué au début de la dernière saison. L'avoir dès le début va m'aider beaucoup, mais ça va surtout aider l'équipe dans son ensemble. »

Karlsson est le patineur-clé chez les Sénateurs et il semble bien disposé à continuer d'être aussi dominant à sa position, alors qu'il atteindra bientôt l'âge où les défenseurs atteignent habituellement leur apogée.

Les Sénateurs ont terminé la dernière saison en misant sur Cody Ceci, 21 ans, et Patrick Wiercioch, 25 ans, à titre de deuxième duo d'arrières. Ceux-ci ont eu des hauts et des bas, mais ils ont fini par afficher une certaine constance dans le dernier droit.

Le coriace Mark Borowiecki sera le cinquième défenseur et le poste de sixième arrière devra être comblé. Le vétéran Chris Phillips ratera les deux premiers mois de la saison au minimum alors qu'il ne guérit pas aussi bien que prévu de son opération au dos.

La lutte pour les sixième et septième postes à la ligne bleue se fera donc entre Jared Cowen, dont le niveau de jeu a été affecté par les blessures et un manque de constance, ainsi que Chris Wideman, Fredrik Claesson et Michael Kostka.

Gardiens

Murray a fait le ménage chez les gardiens de but en échangeant Lehner aux Sabres et en retenant les services du vétéran Craig Anderson et d'Andrew Hammond, le héros de la séquence heureuse de fin de saison des Sénateurs qu'on surnomme le « Hamburglar ».

Quand Anderson est en santé, il est capable d'afficher des statistiques qui l'élèvent au rang des gardiens de premier plan dans la Ligue.

Le problème, par contre, c'est qu'il a connu de longues périodes d'absence au fil des trois dernières campagnes, disputant seulement 37 matchs par saison en moyenne. L'hiver dernier, c'est sa contusion à la main droite qui a ouvert la porte à Hammond, alors que celui-ci a pu faire ses débuts dans la LNH et mener les Sénateurs jusqu'en séries.

Étant donné les antécédents d'Anderson au chapitre des blessures, il n'est pas impossible qu'un moment vienne cette saison où les Sénateurs devront se tourner vers Hammond, un gardien qui a encore relativement peu d'expérience dans la LNH malgré ses 27 ans.

Les Sénateurs ont accordé à Hammond un contrat de trois ans au montant de 4,05 millions $ au mois de mai dernier sur la base d'un échantillon de jeu plutôt restreint, mais quel échantillon ce fut : Hammond a affiché un dossier de 20-1-2 avec une moyenne de buts alloués par match de 1,79 et un pourcentage d'arrêts de ,941 après avoir fait ses débuts dans la LNH en février.

Étant donné qu'Anderson a tendance à se blesser souvent et que Hammond a peu d'expérience, il y a juste assez d'incertitude devant le filet des Sénateurs pour rendre la situation des gardiens intrigante.

Unités spéciales

Il y a beaucoup de place à l'amélioration chez les Sénateurs, en particulier au chapitre du jeu de puissance. Ils se sont classés au 22e rang dans la Ligue à ce chapitre, la saison dernière, avec un taux d'efficacité de 16,8 pour cent. C'est là un chiffre étonnamment bas compte tenu des atouts qu'ils peuvent utiliser en avantage numérique, à commencer par Karlsson à la pointe.

« Nous avons connu des périodes où nous jouions bien, mais nous étions incapables de marquer, et puis nous avons eu des périodes où tout allait dans le filet, a déclaré Karlsson. Il faut simplement retourner à la base, déterminer quelles sont les attentes à l'endroit de chacun, ce que nous devons faire pour jouer en fonction des probabilités et connaître le plus de succès possible. »

Le désavantage des Sénateurs a été meilleur, terminant en 11e place dans la Ligue avec un pourcentage d'efficacité de 82,9 pour cent. Les Sénateurs ont choisi de ne pas accorder de nouveau contrat à Condra, qui a été le meneur chez les attaquants de l'équipe pour le temps de glace à quatre contre cinq, et ils ont échangé Legwand, qui a pris le deuxième rang dans cette catégorie. On accordera donc plus de responsabilités à ce niveau à des joueurs comme Michalek, Stone et Pageau.

Entraîneurs

Cameron a pris en mains un effectif qui s'était contenté d'une fiche de 11-11-5 sous les ordres de Paul MacLean en date du 7 décembre.

Les Sénateurs affichaient un pourcentage de tentatives de tir (SAT) de 47,4 à ce stade de la saison et ils ont augmenté celui-ci à 52,1 avec Cameron, alors que l'équipe a présenté un dossier de 32-15-8 à l'occasion des matchs du calendrier régulier qui leur restaient.

Cameron a donné une réponse toute simple quand on lui a demandé quelle serait la clé pour que les Sénateurs réussissent à reprendre là où ils ont laissé le printemps dernier.

« Investir du temps et du travail. Il faut faire le boulot, a-t-il souligné. Il faut faire le boulot chaque jour ici au camp d'entraînement. Ce sera là l'élément le plus important. Si nous faisons le boulot, cela nous donnera les meilleures chances de réussir. »

Ce sont d'ailleurs les habitudes de travail de ses joueurs qui ont été la clé à l'occasion de la poussée historique de la fin de saison dernière, a fait remarquer l'entraîneur.

« Les joueurs se présentaient et faisaient le boulot chaque jour, a-t-il affirmé. C'est le message que je transmets à toutes les équipes que j'ai dirigées depuis que j'ai commencé à faire le métier d'entraîneur. Pour jouer dans les bonnes ligues et pour diriger une équipe du junior majeur, qui est la meilleure ligue junior, il faut faire le boulot. Quand tu diriges une équipe de la Ligue américaine de hockey, qui est la meilleure ligue de développement, tu dois faire le boulot. Quand tu diriges une équipe dans la Ligue nationale de hockey, la meilleure ligue dans le monde, tu dois faire le boulot. C'est aussi simple que cela. »

André Tourigny a été embauché au poste d'entraîneur adjoint pour remplacer Mark Reeds, qui a perdu sa bataille contre le cancer au mois d'avril dernier.

En voir plus