Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les Sénateurs accueillent Alex Kovalev

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Alex Kovalev pose avec son nouveau chandail des Sénateurs devant son casier dans le vestiaire de l’équipe. L’attaquant russe a rencontré les journalistes pour la première fois à la Place Banque Scotia, mardi, depuis sa mise sous contrat à titre de joueur autonome, le 6 juillet dernier.
Son mince visage brillait près du tableau indicateur dans une sombre Place Banque Scotia, l’endroit où il évoluera dans quelques semaines.


À l’intérieur d’une salle de conférence bondée de journalistes, des jeunes attendaient impatiemment le nouveau héros des Sénateurs d’Ottawa. Chacun d’eux portait un t-shirt rouge arborant le numéro 27 au dos.

Ce fut un mardi matin particulier pour Alex Kovalev et les Sénateurs, qui ont souhaité officiellement la bienvenue au flamboyant attaquant russe au sein de sa nouvelle équipe. Les flashs de caméra étaient nombreux et l’ambiance était palpable pour l’arrivée très attendue dans la capitale nationale de l’un des joueurs les plus talentueux de la Ligue nationale de hockey.

« J’ai une équipe complète ici », a déclaré un Kovalev souriant avant de taper dans les mains des joueurs du camp de hockey des Sénateurs d’Ottawa qui étaient debout derrière lui pendant qu’il répondait aux questions des journalistes d’Ottawa.

Kovalev a passé les cinq dernières saisons avec les Canadiens de Montréal, dans un marché où ses faits et gestes étaient scrutés davantage à la loupe que n’importe où ailleurs dans la Ligue nationale. Même si la journée de mardi semblait démontrer que son arrivée à Ottawa peut être perçue comme la venue d’un sauveur, Kovalev se dit prêt à profiter de l’opportunité pour faire la différence au sein d’une équipe qui souhaite effectuer un retour en séries éliminatoires en 2009-2010.

« Mon père me disait toujours que j’aurais dû pratiquer un sport individuel, car je pouvais tout changer (à lui seul). Dans un sport d’équipe, c’est plus difficile, a dit Kovalev. Mais je n’ai jamais cru ce qu’il disait, car une personne peut changer bien des choses. C’est ce que j’ai appris en pratiquant des sports. Lorsque quelque chose ne va pas bien, tu peux toujours faire une différence, que ce soit sur la glace, à l’extérieur de la patinoire ou dans le vestiaire. J’ai grandi avec cette notion et c’est de cette façon que j’ai appris à pratiquer ce sport.

« Je vais faire de mon mieux, mais parfois ce ne sera pas toujours joli ou très bon. Mais je vous dirai qu’au sein de chacune des équipes desquelles j’ai évolué, je donne toujours mon 100 pour cent. »

Pendant que Kovalev parlait, le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, était debout à ses côtés, fier d’avoir pu mettre la main sur le joueur autonome, le 6 juillet dernier. Kovalev a signé un contrat de deux ans avec Ottawa après avoir échoué dans sa tentative de demeurer avec les Canadiens.

« Lorsqu’Alex a accepté de venir à Ottawa, j’étais certainement le gars le plus emballé en ville pendant cette période, a dit Murray. Je crois qu’il s’agit d’une mise sous contrat exceptionnelle et je crois qu’il sera un joueur d’impact. Je ne m’attends pas à ce qu’il marque chaque soir. Je m’attends seulement à ce qu’il offre un bon rendement afin de nous aider à gagner et je pense qu’il le fera sans aucun doute. »

Kovalev a déclaré qu’il n’a pas songé sérieusement à retourner dans son pays natal pour jouer dans la Kontinental Hockey League, un geste qui aurait pu mettre un terme à sa carrière de hockeyeur en sol nord-américain. Le vétéran de 16 saisons dans la LNH a plus choisi d’étudier d’autres offres dans le circuit où il a inscrit 394 buts parmi ses 941 points, la plupart d’entre eux de façon spectaculaire.

« Il était important pour moi de dénicher une bonne équipe, une formation qui a des chances de gagner la Coupe Stanley, dit-il. J’ai abouti chez les Sénateurs d’Ottawa et je suis très heureux d’être ici et de pouvoir évoluer avec plusieurs joueurs que j’ai affrontés et d’amener du plaisir dans le vestiaire.

« Il ne me reste pas beaucoup d’années (à jouer). J’aimerais bien jouer jusqu’à l’âge de 50 ans, mais je ne sais pas si le corps pourra suivre. Je veux m’amuser chaque saison. J’ai eu du plaisir à Montréal et je vais maintenant avoir du plaisir à Ottawa. »

C’est ce que j’ai appris en pratiquant des sports. Lorsque quelque chose ne va pas bien, tu peux toujours faire une différence, que ce soit sur la glace, à l’extérieur de la patinoire ou dans le vestiaire. J’ai grandi avec cette notion et c’est de cette façon que j’ai appris à pratiquer ce sport. Je vais faire de mon mieux, mais parfois ce ne sera pas toujours joli ou très bon. Mais je vous dirai qu’au sein de chacune des équipes desquelles j’ai évolué, je donne toujours mon 100 pour cent. - Alex Kovalev
Alors que Kovalev devait répondre encore à des questions à propos de sa constance, Murray a insisté en affirmant que « cela n’a jamais été une inquiétude » pour les Sénateurs.

« Les attentes sont toujours très grandes envers les grandes vedettes dans cette ligue, a déclaré Murray. Il est impossible de marquer un but tous les soirs dans ce circuit. J’ai dirigé et travaillé dans cette ligue pendant aussi longtemps qu’il (Kovalev) y a joué. Lorsque nous l’avons mis sous contrat, j’avais dit qu’il m’effrayait chaque fois qu’il sautait sur la patinoire contre mon équipe.

« À chacune de ses présences, lorsque j’étais derrière le banc contre Montréal ou Pittsburgh ou les Rangers à l’époque, il avait une influence sur notre façon de jouer. »

Et Kovalev, en compagnie de son épouse Eugenia qui était assise dans la première rangée près de lui, a déclaré qu’il entend tourmenter l’adversaire pendant encore quelques années.

« Je me souviens que mon agent me disait il y a deux ans : ‘Alex, tu n’es plus jeune. Tu ne peux plus être celui d’antan’, disait-il. Mais je lui ai dit que j’ai prouvé que je peux être encore le même. Je ne crois pas que l’âge peut jouer un facteur, car les habiletés demeurent.

« Je ne suis peut-être pas aussi rapide, mais je peux amener autre chose. Je vais toujours continuer à faire des choses pour aider l’équipe. »


En voir plus