Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les Sénateurs à mi-chemin du but ultime

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Les Sénateurs d’Ottawa se retrouvent exactement là où ils voulaient être en milieu de parcours.


Bien installé au sommet du classement de l’Association de l’Est, avec un dossier de 27-10-4 et une confortable avance de neuf points sur le deuxième rang, occupé par les Devils du New Jersey. Ottawa franchira le cap de la mi-saison en disputant son 41e match au cours de la fin de semaine.

Les choses vont bien, selon l’entraîneur-chef des Sénateurs, John Paddock, qui avait longuement insisté sur le fait d’éviter la guigne qui a affecté plusieurs finalistes de la Coupe Stanley au cours des saisons précédentes.

« Je suis heureux de notre rendement », a déclaré Paddock à propos de l’excellent début de campagne 2007-2008 des Sénateurs. « Nous sommes au sommet depuis le début et je crois que nous avons su composer avec le défi que cela représente.

« Au début de la saison, j’ai appréhendé le fait d’être ciblé à cause de notre performance du printemps dernier, et cela s’est concrétisé. Après 10 matchs, j’espérais que notre équipe serait toujours la meilleure (dans l’Association de l’Est) et c’est le cas. »

Mais il y a eu des hauts et des bas pour les Sénateurs, notamment la séquence de sept revers d’affilés à la fin du mois de novembre. Malgré tout, ils ont réussi à se maintenir en tête du classement.

« Nous avons certainement connu plus de remous que nous l’aurions souhaité, mais comme nous détenons une telle avance (de neuf points) sur tout le monde, j’imagine que nous avons été la formation la plus constante, a dit Paddock. Je ne pense pas que nous allons trop nous plaindre de la première moitié de saison. »

Le capitaine Daniel Alfredsson ajoute : « Il faut se réjouir de la tournure des événements, sans aucun doute. Nous avons connu une mauvaise séquence et il y a quelques matchs que nous aurions dû gagner, mais que nous avons échappé. Mais je crois que nous avons eu une bonne première moitié de saison. »

Le centre Jason Spezza a affirmé que la constance globale des Sénateurs leur a permit de se forger une avance de neuf points sur les autres équipes. Ce qui est le plus encourageant – et le plus terrifiant pour les adversaires des Sénateurs – est que l’équipe n’a pas encore joué son meilleur hockey, aux dires de Spezza.

« Nous avons joué du très bon hockey et nous avons été constants, à l’exception de la séquence de sept revers. Il faut se réjouir, a dit Spezza. Mais je crois que nous pouvons encore mieux jouer, ce qui est bon signe, car je pense que nous n’avons pas encore donné le meilleur de nous même.

« Il faut demeurer constant. À certains matchs, nous ne donnons aucune chance à l’adversaire, mais il est arrivé parfois d’accorder des chances et de prendre des punitions supplémentaires. Lorsque tout le monde travaille ensemble, les choses s’améliorent. »

Même lors de certains matchs plutôt ordinaires, les Sénateurs sont parvenus à arracher des victoires. Pour Spezza, cela est le fruit de l’expérience que l’équipe a acquise pendant sa route vers la finale de la coupe, la saison dernière.

« Nous savons comment remporter des matchs, dit-il. Même lors d’une rencontre comme celle de samedi, nous n’avons pas dominé (Tampa Bay) pendant les deux premières périodes et nous avons trouvé le moyen de gagner. Si l’on recule de quelques années, la situation aurait été bien différente dans un tel scénario. »

Mais la vraie bataille commence. L’équipe devra se maintenir pendant les mois de janvier et février avant d’entamer en mars le dernier droit vers les séries éliminatoires.

« Janvier et février sont les mois les plus difficiles, de dire Alfredsson. Mais il faut en tirer profit. En mars et au début d’avril, il faut que tu peaufines ton jeu pour les séries. Il faut amasser le plus grand nombre de points afin de demeurer dans la course. »

Paddock avertit cependant que même si les Sénateurs sont en bonne posture actuellement, le travail est loin d’être terminé. Surtout pas pour une équipe qui a atteint la finale de la Coupe Stanley l’année précédente.

L’objectif est toujours le même.

« Il n’y a pas de trophée pour la meilleure équipe de la première moitié de saison, mais elle est en très bonne position pour la deuxième moitié et elle peut aspirer aux grands honneurs du printemps, dit-il. Notre but est de mieux jouer et de remporter le dernier match de l’année. »


En voir plus