Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les réactions de Paul MacLean après s'être vu décerner le Jack-Adams

par Chris Lund / Ottawa Senators



L’entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean, s’est présenté à la Place Banque Scotia samedi matin pour rencontrer les journalistes, après avoir remporté le trophée Jack-Adams la veille.

Voici l’essentiel de ses propos...

Au sujet de sa réaction après l’annonce :

Nous étions très excités à la maison. Mon épouse et ma fille étaient à la maison et mes deux fils se sont précipités sur le téléphone. Tout le monde était content et nous avons tenu une petite fête.

Sur le chemin parcouru pour devenir un entraîneur-chef :

J’ai toujours pensé que je pouvais y arriver, sans toutefois savoir quand l’occasion se présenterait. Dans de telles circonstances, faire preuve de patience constitue parfois un défi. Je pense que j’ai été très patient, je pense que j’ai la capacité de faire cela et maintenant que je suis récompensé de la sorte, cela me donne une certaine crédibilité. Cependant, cela me donne aussi la frousse, car je dois recommencer.

Au sujet des défis de la dernière saison :

La majeure partie de la dernière saison a été marquée par les blessures, ce qui a eu pour effet de constituer le plus grand défi. Pour moi, le plus grand défi est survenu après le lock-out. Nous étions tous organisés et prêts à commencer en septembre et puis, tout d'un coup, un lock-out a été décrété et puis rien jusqu’en janvier. Donc, le défi était de prendre des décisions au sujet des bonnes choses à faire pendant le court camp d’entraînement. Je sais que c'était le cas pour notre personnel d’entraîneurs. Nous devions déterminer la façon de faire les choses et les aspects importants.

Au sujet du flot de jeunes joueurs et de leur développement :

Je crois que ce fut bénéfique pour nous. Les blessures nous ont forcés à prendre une décision — il s’est avéré que nous avons pris la bonne — de montrer du respect et de la confiance envers nos dépisteurs et le travail qu'ils ont fait par le biais du repêchage de la LNH et de mises sous contrat de joueurs autonomes en provenance des universités. Faire confiance à leur capacité à dénicher des talents et essayer nos joueurs en premier. Il aurait été très facile pour Bryan (Murray) de réaliser une transaction contre un vétéran défenseur, un vétéran attaquant, mais nous avons décidé d’y aller avec nos joueurs. Nous avions le sentiment que nous avons de bons jeunes joueurs ici et nous voulions leur donner l’occasion de jouer. Ils ont très bien joué et nous avons utilisé beaucoup de joueurs. Je pense que nous avons découvert que nos éclaireurs ont effectivement fait du très bon travail et nous avons découvert beaucoup de joueurs différents. Nous aurons beaucoup de travail en vue de la prochaine saison. Nous avons beaucoup de joueurs qui ont acquis une certaine expérience dans la LNH, qui ont joué dans la ligue. Ça va être amusant.

La recette pour être un bon entraîneur :

Ce sont les bons joueurs qui font qu’un entraîneur devient bon avant tout. Je crois que l’aspect le plus important à mes yeux est de rester moi-même. Il ne faut pas essayer d’être différent de ce que l’on est.

Avait-il anticipé un tel succès?

Non, mais cela faisait partie de mes objectifs. J'ai confiance que j'ai embauché les bonnes personnes, je savais que je travaillais pour les bonnes personnes en Bryan Murray et Eugene Melnyk et je savais que Tim Murray et Pierre Dorion sont de bons dépisteurs. Je savais que j'aurais la chance de réussir, je voulais juste m'assurer de travailler et de continuer à croire en mes moyens. Ai-je pensé que j’en serais rendu à ce stade maintenant? Non, je ne m'attendais pas à ce genre de chose, mais lorsque vous avez de bons joueurs et que vous travaillez avec les bonnes personnes, les bons résultats surviennent.

Sur son avenir et celle de l’équipe :

Nous voulons continuer à progresser. Nous sommes une bonne et jeune équipe dans la LNH présentement. Sommes-nous une équipe aspirante? J’espère que oui. Nous voulons que les gens associent les Sénateurs d’Ottawa à une équipe difficile à battre et nous voulons être les meilleurs à la fin.

A-t-il eu des discussions avec Alfredsson?

Non. Lorsque Daniel prendra sa décision, je vais l’accepter, peu importe celle qui émanera.

A-t-il reçu son trophée?

Pas encore, mais j’ai hâte de le recevoir. Les gens d’Antigonish (N.-É.), mes fils et les gens de Malignant Cove, l’endroit où je possède un chalet, souhaitent organiser une célébration avec le trophée et nous souhaitons l’amener ici à Ottawa afin que les gens puissent le voir. Tout cela dépend de ce que nous sommes autorisés à faire avec le trophée.

Sur le fait de ne pas avoir eu de gala de remise des trophées :

Cette année fut différente des autres à bien des égards. L’expérience que Sharon et moi avons vécue l’an dernier à Las Vegas fut très intéressante. Cette année, c’est différent et c’est quand même bien.

Au sujet de son statut contractuel :

Je pense que cela devrait se régler assez rapidement. Je n’y vois pas d’obstacles. Il reste une autre année à écouler à mon présent contrat, donc je ne vois pas de problème à ce niveau.


Encore plus du Sénat : Dernières nouvelles/Articles :
En voir plus