Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le rôle de Kelly valorisé avec les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
L’un des moments les plus excitants dans la vie de tout jeune hockeyeur est certainement lorsqu’il entend son nom lors de la séance de repêchage amateur de la Ligue nationale de hockey.


Chris Kelly considère toujours ce moment comme l’un des « points forts » de sa carrière. Mais l’habile attaquant des Sénateurs peut maintenant parler par expérience à propos de la longue route sinueuse et ardue que signifie une carrière dans la LNH.

« Plusieurs personnes pensent que lorsqu’un joueur est repêché, que cela signifie « mission accomplie. En réalité, cela ne fait que commencer », a déclaré Kelly, un torontois de 27 ans.

Kelly se souvient encore des quatre matchs qu’il a disputé avec le Fury de Muskegon, dans la United Hockey League, à sa première année chez les professionnels en 2001-2002. Le joueur n’avait pas été épargné par les blessures. La LNH semblait si loin.

« C’était probablement la période la plus difficile pour moi, dit-il. La tâche semblait insurmontable. »

Peu de temps après, il se retrouvait dans la Ligue américaine, pendant quatre saisons complètes à voyager en autobus – la première à Grand Rapids (Mich.) et les trois autres à Binghamton (N.Y.) – et à se demander quand viendra son tour. Kelly croyait que ce moment était arrivé en 2003-2004, lorsque les Sénateurs l’ont rappelé pour jouer dans la LNH. Mais en raison d’une blessure au genou, son séjour fut écourté avec le grand club et il ne disputa que quatre matchs.

« J’ai cru que j’avais bousillé ma chance de jouer dans la Ligue nationale, a exprimé Kelly. Puis il y a eu le lock-out (en 2004-2005), une autre année à jouer dans les mineures, sans espoir d’obtenir une autre chance. »

Lorsque le lock-out a pris fin, Kelly s’est présenté au camp d’entraînement des Sénateurs en 2005, ainsi qu’une occasion en or d’obtenir un poste sur le quatrième trio. Il n’a pas laissé filer cette occasion et il est devenu depuis un élément important de l’équipe, particulièrement en infériorité numérique aux côtés d’Antoine Vermette.

Vous ne verrez pas le nom de Kelly sur la feuille de pointage à tous les soirs, mais John Paddock, l’entraîneur-chef des Sénateurs et l’un des plus grands supporteurs de Kelly au cours des années où ils étaient ensemble dans la LAH, ne peut s’imaginer aller à la guerre dans la LNH sans lui.

« Je pense que les gens savent que je n’effectue pas des choses très spectaculaires, d’analyser Kelly. Je ne figure pas sur la feuille de pointage à tous les matchs, mais je tente de provoquer des choses soit dans un rôle défensif ou un rôle offensif. Je veux faire ma part pour aider l’équipe. »

Avec tous les efforts qu’il a mis pour en arriver là, Kelly savoure chaque seconde du temps passé avec les Sénateurs.

« Je ne prends jamais un match à la légère, dit-il. Lorsque tu as joué dans les mineures, avec des périples interminables en autobus et des fins de semaine de trois matchs, tu apprécies encore plus la vie dans le grand circuit. »


En voir plus