Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le rêve de la LNH se concrétise enfin pour Benoît

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Après avoir disputé près de 400 matchs dans les mineures et en Europe, André Benoît disputera finalement son premier match dans la Ligue nationale de hockey vendredi soir, alors que les Sénateurs recevront les Bruins de Boston à la Place Banque Scotia (Photo par André Ringuette/Freestyle Photography/OSHC).
Matt Carkner jette un regard complice aux gens qui se rassemblent autour d'un coéquipier rayonnant sur le côté opposé du vestiaire des Sénateurs d'Ottawa.


« J’ai déjà vécu ce sentiment », a déclaré Carkner en voyant son nouveau partenaire à la défense, André Benoît, parler de la chance tant attendue de disputer un match dans la Ligue nationale de hockey. « C'est formidable pour lui d'être ici et d’obtenir une chance. Obtenir une chance est la chose la plus importante.

«J'espère que le match de demain soir sera une bonne soirée pour lui. »

Il s’agit effectivement d’un moment qu’attendait depuis longtemps l’athlète de 27 ans, qui est originaire de la localité de St. Albert, dans l’Est ontarien. Après avoir passé cinq ans dans le hockey junior avec les Rangers de Kitchener, le défenseur de 5’11’’, qui n’a pas été repêché, a évolué avec les Bulldogs de Hamilton de la Ligue américaine de hockey et a passé deux séjours en Europe avant d’être mis sous contrat avec les Senators de Binghamton l'été dernier.

Maintenant, après disputé 265 matchs dans la LAH et 108 autres de l’autre côté de l’Atlantique, le rêve de Benoit va se réaliser vendredi soir, alors qu’il sera de l’alignement des Sénateurs contre les Bruins de Boston à la Place Banque Scotia (19 h 30, RDS, TSN, CKOI 104,7 FM).

« J'attendais cela depuis longtemps », a déclaré le joueur au crâne rasé aux journalistes après sa première séance complète d'entraînement avec le grand club plus tôt aujourd'hui. « Maintenant, c'est ici et je dois en profiter. Je suis très heureux et nous serons prêts pour demain. »

La promotion de Benoît est une juste récompense pour ses efforts à Binghamton, où il connaît sa meilleure saison en carrière chez les pros, avec six buts et 37 points en 53 matchs, un sommet chez tous les défenseurs des B-Sens. Alors que les vétérans Sergei Gonchar et Chris Campoli (les deux blessés au bas du corps) ne devraient pas être en uniforme demain soir et samedi à Toronto contre les Maple Leafs (19 h, CBC, CKOI 104,7 FM), la porte s’est ouverte pour Benoît.

« Il était le meilleur défenseur (à Binghamton) et le plus constant », a dit l'entraîneur-chef des Sénateurs, Cory Clouston, pour justifier le rappel. « Il a fait du très bon travail sur leur jeu de puissance et à cinq contre cinq, il a été aussi très solide. Ce fut une décision facile à prendre pour nous. »

Clouston a également obtenu de bonnes critiques de la part de quelques-uns de ses anciens joueurs juniors qui ont travaillé aux côtés de Benoît la saison dernière avec les Bulldogs de Hamilton, une formation à laquelle il a passé trois des cinq dernières campagnes (Benoît a joué une saison en Finlande et en Suède entre ses deux séjours avec la principale filiale des Canadiens de Montréal).

« Les deux gars avec qui j'ai parlé ont eu beaucoup de plaisir à jouer avec lui (Benoît), a dit Clouston. Tous parlent qu'il a été notre meilleur défenseur (à Binghamton) et qu’il aura sa chance maintenant. »

Benoît a bien du mal à expliquer pourquoi il aura fallu qu’il attende aussi longtemps pour que cette occasion se présente à lui.

« Je n'ai pas été repêché, donc à partir de là j’ai dû batailler pour faire mes preuves, dit-il. Pour avoir une telle chance, il faut que quelqu’un me procure une occasion et je dois en tirer le meilleur parti. Je ne sais pas pourquoi, mais cela a pris plus de temps dans mon cas.

« Il a fallu que je me prépare pour obtenir cette chance unique et c'est ce que j'ai fait pendant ces cinq dernières années. Parfois c’était frustrant, mais en même temps, on joue au hockey pour gagner sa vie, donc il ne faut pas se décourager avec cela. »

Personne n'apprécie autant cette histoire que Carkner, un autre joueur de la région (de Winchester, également dans l’Est ontarien), qui a dû trimer dur pendant huit ans dans le hockey professionnel mineur avant de finalement se tailler un poste pour de bon avec les Sénateurs la saison dernière. Auparavant, il n’avait disputé que deux matchs dans la LNH.

« C'est formidable pour lui », a déclaré Carkner au sujet de Benoît. « Il est emballé et il mérite une chance. Je suis sûr qu'il y a un million de choses qui se passent dans sa tête en prévision de demain, mais tout ce qu'il a à faire est de se présenter et jouer... Il s’agit d’un rêve qu’il a caressé pendant toute sa carrière et il sera certainement très émotif et très nerveux.

« Je me souviens quand j'ai obtenu ma première chance de jouer à San Jose (au cours de la saison 2005-2006), je me sentais comme un gamin au sein d’un groupe d'hommes. Mais c'est un sentiment fantastique et bien mérité. »

Carkner, quant à lui, a raté six matchs au cours des quatre dernières semaines en raison d’une blessure qui l’ennuyait au bas du corps. Mais après être passé par une séance complète d’entraînement aujourd'hui, il est sûr de pouvoir rejoindre les siens contre les Bruins.

« Aujourd'hui, ce fut une bonne séance, dit-il. Je n’étais pas tout à fait au sommet de ma forme, mais je me sentais bien. J’ai espoir de pouvoir réintégrer l’alignement.

« Avec ce que j'ai ressenti aujourd'hui, ce n’était pas du tout le même genre de douleur. Donc, je pense que nous nous dirigeons dans la bonne direction. »

Bloc-notes

Étant donné qu'il est de la région, Benoît croit qu’il y aura beaucoup de gens qui iront l’encourager vendredi soir. « Mes parents, ma femme et sa fille, les tantes, les oncles... toute la parenté va être là », a déclaré Benoît, qui portera le numéro 47... Colin Greening fut également rappelé des B-Sens aujourd’hui, lui qui a fait ses débuts dans la LNH le 1er février, dans une défaite de 2-1 sur la route contre les Devils du New Jersey. « Colin est un gros ailier physique et il a bien joué là-bas, a déclaré Clouston. Il a été très constant, il s’est développé et s’est amélioré tout au long de la saison. » Clouston n'a pas encore renoncé à la possibilité que le gardien de but Pascal Leclaire (bas du corps), qui n'a pas joué depuis le 16 décembre, puisse être de retour en action avant la fin de la saison. « Il va beaucoup mieux aujourd'hui, a dit Clouston. Il a encaissé quelques mises en échec avant l'entraînement et il était sur la glace pendant environ une demi-heure. Éventuellement, il pourrait être en mesure de pratiquer la semaine prochaine. »



En voir plus