Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le repêchage, le souvenir no 1 de Phillips

par Rob Brodie / Ottawa Senators
C’est le rang le plus convoité à tous les repêchages de la Ligue nationale de hockey.


Il n’y a qu’un no 1 après tout.

Le défenseur des Sénateurs d’Ottawa Chris Phillips se souvient très clairement de ce jour de juin il y a plusieurs années au Kiel Center de St-Louis, quand son nom a été le premier appelé au repêchage de la LNH 1996.

«Ce fut un moment fantastique, a dit Phillips, âgé de 30 ans. Je savais, à la suite de discussions avec les équipes, que je sortirais très haut. Heureusement, je n’ai pas eu à rester assis longtemps.

«Beaucoup de gars sont dans les gradins pendant longtemps pour entendre leur nom être appelé. Entendre le mien le premier a certainement été quelque chose de spécial.»

Phillips a découvert rapidement tout ce qui vient avec cette distinction.

«À partir du moment où j’ai été appelé, ce fut un cirque, dit-il. Il y a eu beaucoup d’entrevues et de déplacements, pour toutes sortes de photos et pour des photos de cartes de hockey. Ce fut un moment vraiment très occupé, mais j’ai définitivement essayé d’en profiter le plus que je pouvais, avant et après… ainsi qu’avec ma famille et des amis qui étaient là et nous en avons retiré le maximum.»

Sa sélection au premier rang du repêchage n’a pas été exactement une surprise. Après une saison recrue exceptionnelle avec les Raiders de Prince Albert, de la Ligue de hockey de l’Ouest, Phillips a été largement reconnu comme le meilleur joueur disponible au repêchage 1996.

«Peut-être que j’étais un peu dans une situation unique alors que je savais que je serais appelé rapidement et que je n’avais pas à m’inquiéter ou à me stresser  au sujet d’à quel rang plus bas je descendrais ou dans quelle ville j’irais, dit-il. C’était réduit à quelques équipes pour moi.»

Son arrivée à Ottawa ne pouvait pas être mieux synchronisée. Phillips a joué une autre saison au hockey junior et, après un échange à la mi-saison, il a conduit les Hurricanes de Lethbridge à la Coupe Memorial 1997 – jouée, curieuse coïncidence, de l’autre côté de la rivière d’Ottawa, à Hull, au Québec. C’est aussi lors de cette même saison que les Sénateurs ont participé pour la première fois aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Phillips a participé à l’après-saison chaque année qu’il a porté le chandail d’Otttawa.

«Aller à Ottawa, une équipe qui commençait tout juste à aller dans la bonne direction grâce à des choix de repêchage (élevés) antérieurs et à participer aux séries éliminatoires l’année d’avant et à chaque année depuis a très bien fonctionné», a-t-il dit.

La prochaine génération de vedettes du hockey se rassemblera à Ottawa le mois prochain pour le repêchage de la LNH 2008 qui aura lieu les 20 et 21 juin à la Place Banque Scotia. Phillips a des conseils assez simples pour ce groupe de joueurs – et pas seulement pour le chanceux qui sera le no 1.

«Allez-y et profitez-en, dit-il. C’es quelque chose qui arrive une fois dans une vie. Il y a beaucoup d’excitation et c’est un grand moment pour les jeunes qui entreprennent leur carrière dans la LNH. Essayez de vous amuser le plus que vous pouvez et profitez-en et absorber le plus que vous pouvez vous souvenir… les petites choses et tout ce qui se passe.»


En voir plus