Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le rendement d'Andrew Hammond représente un des plus grands points d'interrogation à Ottawa

par Staff Writer / Ottawa Senators

Par : Chris Stevenson | Correspondant LNH.com

OTTAWA – Les Sénateurs d'Ottawa seront une équipe intéressante à suivre cet hiver, étant donné que les éléments qui leur ont permis de connaître le plus beau parcours dans la Ligue au cours des deux derniers mois de la saison 2014-15 représentent également les plus grands points d'interrogation en vue de la prochaine campagne.

Leur poussée jusqu'en séries éliminatoires de la Coupe Stanley a été alimentée par un entraîneur recrue, un gardien qui en était à ses débuts dans la LNH et des jeunes joueurs qui ont su répondre à l'appel quand on leur a confié de grandes responsabilités.

Voici trois autres points d'interrogation auxquels les Sénateurs seront confrontés cette saison :

Le « Hamburglar » sévira-t-il encore? Le gardien Andrew Hammond a sans doute été la plus belle histoire à succès de la saison 2014-15 dans la LNH. Il était un hockeyeur de 27 ans qui végétait dans la Ligue américaine de hockey quand on lui a donné la chance de faire ses débuts dans la LNH au mois de février, tout cela parce que les Sénateurs n'avaient pas le choix de se tourner vers lui en raison des blessures à Craig Anderson et Robin Lehner.

La fiche de 20-1-2 de Hammond et son pourcentage d'arrêts de ,941 ont été les fondations du parcours de fin de saison qui a mené l'équipe jusqu'en séries éliminatoires. Il a par ailleurs conquis ses coéquipiers et les partisans en raison de sa discrétion, de sa modestie et de son surnom accrocheur.

Le niveau de jeu de Hammond a légèrement décliné en séries, mais malgré le maigre échantillon qu'ils avaient pour évaluer la qualité de son travail, les Sénateurs lui ont accordé un nouveau contrat de trois ans, qui l'assure d'un salaire de la LNH, et ils ont échangé Lehner aux Sabres de Buffalo.

Étant donné qu'Anderson a tendance à se blesser souvent, il est fort probable que Hammond jouera à nouveau un rôle important au sein de l'équipe.

Craig Anderson peut-il rester en santé? Depuis qu'il s'est joint aux Sénateurs au moyen d'une transaction avec l'Avalanche du Colorado en 2011, Anderson a disputé 44 matchs par saison en moyenne à titre de gardien no 1 à Ottawa. On aurait aimé qu'il en dispute une vingtaine de plus par année.

Quand il a joué, Anderson s'est classé à l'occasion parmi les meneurs dans la Ligue (pourcentage d'arrêts de ,941 et moyenne de buts alloués par match de 1,69 en 2012-13; ,923 la saison dernière). Il a bien joué dans les séries en relève à Hammond face aux Canadiens de Montréal (fiche de 2-2 avec un moyenne de 0,97 et un pourcentage d'arrêts de ,972).

Outre Anderson, les Sénateurs sont jeunes et manquent d'expérience devant le filet. Les autres gardiens de l'organisation totalisent 25 matchs disputés dans la LNH, et Hammond a pris part à 24 de ces rencontres. Les gardiens qu'ont prévoit retrouver à Binghamton sont Chris Driedger, qui a 23 minutes de jeu en carrière dans la LNH, et Matt O'Connor, qui s'est aligné avec Boston University la saison dernière.

Quel sera l'apport de Bobby Ryan? On s'attend à ce que le hockeyeur de 28 ans soit un des chefs de file des Sénateurs à l'attaque, mais il a connu des difficultés en fin de saison dernière.

Ryan a inscrit 18 buts et 36 aides pour un total de 54 points, mais après avoir trouvé le fond du filet dans des matchs consécutifs les 3 et 4 mars, il a été limité à un but à ses 20 dernières rencontres du calendrier régulier. Il a été blanchi au chapitre des mentions d'aide dans 17 de ces matchs.

Ryan a marqué deux fois lors du cinquième match de la série du premier tour contre les Canadiens, qui a duré six rencontres.

C'est plutôt remarquable que les Sénateurs aient réussi à connaître un aussi bon parcours en fin de saison malgré la maigre contribution de Ryan. Cela montre à quel point les jeunes joueurs de l'équipe ont su mettre l'épaule à la roue.

Les feux de la rampe seront davantage tournés vers Ryan cette saison puisqu'il en sera à la première année d'une prolongation de contrat de sept ans, d'une valeur totale de 50,75 millions $, qu'il a acceptée avant le début de la dernière saison.

En voir plus