Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

« Le meilleur moment de ma vie »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Une médaille d’argent, mais des souvenirs en or.


« Ce fut le meilleur moment de ma vie », a déclaré le défenseur Brendan Bell, des Sénateurs d’Ottawa, sans aucune hésitation lorsqu’il se remémore le Championnat mondial junior de 2003, qui a été disputé devant des foules records à Halifax et Sydney, en Nouvelle-Écosse.

Canada a présenté un dossier impeccable au tournoi et menait 2-1 en troisième période du match pour la médaille d’or. Mais, la Russie est parvenue à inscrire deux buts sans riposte pour priver le Canada d’une médaille d’or devant une salle comble de 10 974 spectateurs au Metro Centre de Halifax.

Malgré le résultat, Bell affirme que ce tournoi a constitué sa plus grande expérience de hockey.

« J’ai participé à plusieurs événements plaisants, mais cette période 10 jours ou d’un mois complet, même tout le processus dans l’ensemble, furent exceptionnels pour moi, dit-il. Je me souviens de cette aventure pratiquement de jour en jour. Je peux nommer presque tous les noms des joueurs qui étaient sur cette équipe et où ils se trouvent maintenant. J’ai eu énormément de plaisir.

« Étant donné que cela se déroulait au Canada, cela fut une expérience incroyable. »

Peut-être pas toutefois dans les quelques jours avant que Bell, qui était à l’époque un défenseur des 67's d’Ottawa, a su finalement qu’il ferait partie de l’équipe.

« Le fameux coup de fil à 5 heures du matin. Si tu le recevais, tu étais retranché, sinon c’était dans le sac », a-t-il dit en se rappelant d’un moment familier pour les joueurs qui prennent part au camp de sélection. « Ce fut incroyable. J’étais extrêmement nerveux.

« Généralement, je ne suis pas nerveux, mais je me souviens que ces soirées étaient interminables. Le téléphone a sonné un soir et mon cochambreur apprenait qu’il était retranché, donc je savais que le prochain coup de fil, c’était peut-être mon tour. »

Apprendre que l’on est accepté est presque indescriptible.

« Tout un soulagement, de raconter Bell. Je savais que je serais en mesure de dormir à partir de ce moment-là. Tous les efforts commencèrent à porter fruit. Ce fut très satisfaisant. »

Bell n’est pas surpris du succès instantané du mondial junior 2009 à Ottawa, avec des records au niveau des assistances.

« Je me souviens d’avoir participé à la Coupe Memorial (de 1999) lorsque j’avais 15 ans et que c’était plaisant au Centre municipal, dit-il. Au CMJ, on peut multiplier cela par dix. Quand j’étais enfant, Noël était synonyme de mondial junior.

« Je crois qu’il y aura beaucoup de plaisir et que la vile en ressortira gagnante. »

Bell pourrait dire aux joueurs de la formation actuelle d’Équipe Canada qu’il n’y a rien de mieux que de jouer devant les siens.

« Avoir la foule derrière vous, pour ces joueurs juniors, c’est ce qui se rapproche le plus d’un match de la LNH, dit-il. Même mieux, car tout le monde t’encourage. C’est une expérience inoubliable qu’il faut profiter pleinement, car cela ne dure pas longtemps. »


En voir plus