Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le legs de Neilson est bien vivant à la Maison de Roger

par Staff Writer / Ottawa Senators
L’ancien entraîneur adjoint des Sénateurs Roger Neilson, qui a perdu son combat contre le cancer en juin 2003, fut honoré lorsque la Fondation des Sénateurs a choisi de mettre son nom pour la Maison de Roger (Club de hockey Les Sénateurs d’Ottawa).
(Dans le cadre de la télédiffusion du match Sénateurs-Canadiens ce soir à Sportsnet, le téléthon annuel pour la Maison de Roger sera présenté afin d’amasser des fonds pour l’établissement pédiatrique de soins palliatifs situé sur le campus du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario. À compter de 18 h 30 ou visitez le www.senfoundation.com pour aider cette bonne cause).


Par Amanda Nigh

Roger Neilson a toujours été en avance sur son temps.

L’entraîneur, connu dans le monde du hockey sous le nom de « Capitaine Vidéo », était célèbre pour son obsession du détail, et il a popularisé l’emploi de vidéos de parties comme outil d’apprentissage. Hors de la patinoire, on le voyait cependant plus enjoué, avec un don extraordinaire pour se lier aux gens.
 
Bien qu’il n’ait jamais gagné de Coupe Stanley, Neilson a laissé une empreinte dans la vie de beaucoup, tant dans le monde du hockey, qu’à l’extérieur. Quand l’entraîneur adjoint des Sénateurs d’Ottawa a perdu sa longue lutte contre le cancer le 21 juin 2003, on pleura un homme altruiste qui faisait toujours passer le bien des autres avant le sien.
 
Aujourd’hui, l’esprit de Neilson continue d’exister par la Maison de Roger, un établissement de soins pédiatriques palliatifs situé sur les terrains du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario. Ce fut, pour les Sénateurs et pour la Fondation des Sénateurs, une façon de lier le nom de Neilson à un meilleur avenir.
 
« Roger était un icône du hockey avant même de devenir entraîneur », a affirmé la présidente de la Fondation des Sénateurs, Danielle Robinson. « Il avait passé toute sa vie à aider les enfants et les jeunes à réaliser leur potentiel, au hockey comme dans la vie. On n’aurait pu trouver un meilleur moyen d’honorer sa mémoire que par un établissement de soins de santé voué à venir en aide aux enfants et aux jeunes aux prises avec des conditions de santé restrictives. De plus, il aurait été tout aussi important pour Roger d’appuyer les familles des patients, pour que ceux dont la vie est affectée par la maladie puissent vivre pleinement, en étant entourés de soutien inconditionnel. »

Neilson n’était plus des nôtres quand l’établissement a vu le jour en 2006, mais l’esquisse mentale du plan de la Fondation des Sénateurs était assez développée pour que le club lui fasse part de l’idée avant sa mort.
 
« Roger était un homme très modeste », a déclaré la présidente de la Maison de Roger et vice-présidente exécutive des Sénateurs, Erin Crowe. « Il s’est senti très honoré que la Fondation des Sénateurs, le club de hockey et CHEO veuillent honorer sa mémoire, mais ce qui importait le plus pour lui, c’était la façon dont l’établissement viendrait en aide aux enfants et à leurs familles, qui avaient besoin d’un appui grâce à des soins en fin de vie. »

Roger était un homme très modeste. Il s’est senti très honoré que la Fondation des Sénateurs, le club de hockey et CHEO veuillent honorer sa mémoire, mais ce qui importait le plus pour lui, c’était la façon dont l’établissement viendrait en aide aux enfants et à leurs familles, qui avaient besoin d’un appui grâce à des soins en fin de vie. - Erin Crowe
Ainsi était Neilson :  le « nous » venait avant le « je ». C’est cette approche que l’on adopte chaque jour à la Maison de Roger, charité de choix de la Fondation des Sénateurs.

« D’après ce qu’on m’a dit quand nous planifions la Maison de Roger, et d’après ce que j’ai lu, Roger était un homme de conviction et de foi. Il vivait sa vie à fond, célébrant la vie et redonnant à sa
communauté », a dit Marion Rattray, gestionnaire des soins palliatifs à la Maison de Roger. « Quand nous sommes confrontés à des difficultés à la Maison, les choses s’arrangent parfois d’elles-mêmes, et je crois honnêtement que c’est grâce à l’intervention de Roger. »

Tout comme l’aurait voulu Neilson, la Maison de Roger donne la chance aux patients de sourire, de rire et d’apprécier les petites choses qui importent le plus dans la vie.

« Durant toute la vie de Zoey, nous avons occupé tous les rôles », explique Melissa Lumley-Pfeil, en parlant des soins que sa fille a reçus à la Maison de Roger. « Nous étions parents, infirmières, médecins et spécialistes tout en un. Zoey avait besoin de soins 24 heures sur 24; c’était une lourde tâche. À la Maison de Roger, nous pouvions nous concentrer à être seulement mères, surtout vers la fin de la vie de ZoZo. »

Zoey est décédée en 2011, après avoir vécu avec  un grave trouble de crises depuis sa naissance.

« Nous la serrions dans nos bras en lui donnant plein de becs et de caresses, et nous lui disions à quel point nous étions fiers d’elle. Mais le plus important, c’est que nous avons pu passer de bons derniers moments avec elle. Nous en serons toujours reconnaissants à Roger Neilson, le personnel et les bénévoles de la Maison Roger, et la Fondation des Sénateurs. »

Les activités organisées par la Fondation, telles que le Téléthon annuel de la Maison de Roger, qui sera présenté ce soir à compter de 18 h 30, et d’autres projets communautaires jouent un rôle essentiel pour maintenir la stabilité financière et la croissance de l’établissement, afin que la Maison de Roger continue d’être le leg durable de Neilson au sein de la communauté d’Ottawa. Pour de plus amples renseignements, sur la Fondation des Sénateurs et la Maison de Roger, visitez le www.sensfoundation.com.


En voir plus