Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le gros trio des Sénateurs aux commandes

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Aux grands maux, les grands moyens.


Alors qu’ils font face à l’élimination dans leur série quart de finale de l’Association de l’Est contre les Penguins de Pittsburgh, les Sénateurs d’Ottawa miseront sur leurs valeurs sures ce soir, pour le quatrième affrontement ce soir à la Place Banque Scotia (19 h, RDS, 104,7 FM).

Daniel Alfredsson, Jason Spezza et Dany Heatley – une combinaison qui peut être dévastatrice dans la Ligue nationale de hockey – seront réunis ce soir alors que les Sénateurs débuteront leur mission de tenter de surmonter l’important retard de 0-3 dans la série.

Même si l’entraîneur-chef et directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, a uniquement indiqué qu’il réunira « le Triumvirat » à l’occasion pendant le match, il est évident qu’il compte sur ses plus gros canons pour relancer l’attaque, qui a été limité à seulement quatre buts en trois matchs.

« Je compte sur eux pour bien jouer et faire ce qu’ils sont capables, soit d’être une force sur la patinoire à chaque présence », a dit Murray.

Cette nouvelle n’est pas sans réjouir Alfredsson, qui a effectué un surprenant retour au jeu lors du troisième match, alors qu’il soignait des blessures au genou et au haut du corps.

« Nous savons que nous pouvons créer des choses ensemble et j’espère que cela se produira ce soir, de dire le capitaine des Sénateurs. « Je suis très heureux de pouvoir jouer à nouveau avec eux afin de créer des chances de marquer. »

Alfredsson paraissait plus solide lors de la séance d’entraînement de ce matin et il a dit : « Jouer avec Jason et Dany m’encourage définitivement. Je suis très enthousiasme. Je serai prêt et cela devrait nous donner des ailes. »

Spezza sait que le trio peut – et doit – mener la charge afin d’espérer se rendre au cinquième affrontement à Pittsburgh, samedi soir.

« La seule façon de nous sortir de ce bourbier est de très bien jouer ensemble, dit-il. Nous devrons être en mesure de générer des chances de compter et de rester du côté positif des choses.

« Dans un match aussi important et dans un contexte où nous sommes défavorisés, nous aimons jouer ensemble. Nous avons réussi des choses dans le passé et nous voulons que cela se poursuive. »

Alors que Spezza et Heatley ont été limités à une passe chacun depuis le début de cette série, les enjeux sont plus qu’importants ce soir.

« L’été sera long si nous perdons en première ronde, a dit Spezza. « Si nous perdons, ce sera la déception et tous les soucis qui viennent avec cela. Si nous ne parvenons pas à marquer ce soir, mais que nous gagnons le match, je peux vous garantir que nous quitterons la patinoire avec le sourire. »

Les Sénateurs étaient détendus pendant leur séance d’entraînement. Seules deux équipes dans l’histoire de la LNH, rappelons-le, ont réussi à surmonter un déficit de 0-3 pour gagner la série, soit les Maple Leafs de Toronto de 1942 (vs. Detroit) et les Islanders de New York de 1975 (vs. Pittsburgh). Plusieurs doutent des chances des Sénateurs de devenir la troisième équipe à réussir un tel exploit.

« Personne ne les voit dans leur soupe, donc peut-être qu’ils se contenteront de simplement jouer, d’affirmer Murray. Personne n’attend rien de nous. Je pense que nos joueurs répondront de façon positive. »

L’attaquant Martin Lapointe a ajouté le commentaire suivant : « Nous accusons un retard de 0-3, alors pourquoi faut-il jouer nerveusement? Nous n’avons plus rien à perdre. »

« Sautons sur la glace et ayons du plaisir. Nous pratiquons ce sport depuis l’âge de cinq ans. Il s’agit seulement d’un gros défi et nous devons le relever. »

La recette pour espérer une victoire n’a pas changé : Il faut offrir un effort pendant 60 minutes, obtenir une solide prestation devant le filet de la part de Martin Gerber et, surtout, réduire considérablement les visites au banc des pénalités.

« Nous devons éviter le banc des punitions, a déclaré Alfredsson. « Les nombreuses pénalités ont pour effet de réduire notre rythme. Je crois que nous avons fait du bon travail en désavantage (numérique) lors du dernier match, mais les pénalités furent trop nombreuses.

« J’espère que nous parviendrons à obtenir la rondelle plus souvent et forcer l’adversaire à écoper de punitions. »

Bodycheck, le programme officiel des Sénateurs d'Ottawa en séries éliminatoires, est maintenant disponible en ligne. Cliquez ici.


En voir plus