Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

L'attaque en panne pèse sur les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
L'attaquant Nick Foligno est l'un des deux seuls joueurs des Sénateurs à avoir marqué des buts au cours des cinq derniers matchs. Il en a inscrit deux, tandis que Chris Kelly en a réussi trois dans la victoire de dimanche à New York (Getty Images).
Ils ont essayé de modifier leurs trios et, sans doute, ils envisagent de le refaire un jour.


Le sujet a sûrement été discuté jusqu'à ce que toutes les personnes concernées deviennent le visage bleu. Et pourtant, malgré de nombreuses approches variées, la question reste la même.

Où est passée l’attaque chez les Sénateurs d'Ottawa?

Juste au moment où un tour du chapeau de Chris Kelly, dimanche à New York, semblait enfin relancer l’attaque d’Ottawa – et mettre fin à une disette record de 202:57 sans avoir trouvé le fond du filet – l’offensive est retombée en panne deux jours plus tard à Montréal. Un seul but dans défaite de 4-1 face aux Canadiens de Montréal a eu pour effet de creuser l’écart qui sépare les Sénateurs et une place en séries dans l’Association de l’Est.

Mais comme le dit le vieil adage, demain est un autre jour. Alors que s’amèneront tour à tour les Rangers de New York (jeudi, 19 h 30, Rogers Sportsnet Sens, 104,7 FM Souvenirs garantis) et les Devils du New Jersey (vendredi, 19 h 30, Sportsnet East, 104,7 FM Souvenirs garantis) à la Place Banque Scotia, les Sénateurs demeurent convaincus qu'ils trouveront un moyen de relancer leur attaque.

Ottawa n'a marqué que cinq buts à ses cinq derniers matchs, soit trois par Kelly et deux par Nick Foligno. Mais le centre Jason Spezza a dit que les Sénateurs n’aideront pas leur cause en insistant sur ce type de statistiques.

« Personne ne marque », a admis Spezza plus tôt aujourd'hui. « Nous n'avons pas généré beaucoup de chose en tant qu’équipe. Nous n’avons pas provoqué de pénalité chez l’adversaire. Je pense que nous avons obtenu trois occasions en supériorité numérique au cours des trois ou quatre derniers matchs. Nous devons faire beaucoup plus pour obtenir la rondelle, provoquer des pénalités, obtenir un rythme et de la confiance avec la rondelle.

« Cela a un effet boule de neige. Nous sommes capables de marquer des buts. Il suffit de retrouver notre aplomb et de regarder en avant. Si nous continuons à regarder en arrière, nous allons nous démolir. Si l’on joue du hockey de rattrapage et l’on regarde les statistiques tous les jours, la saison sera longue... »

En effet, l'entraîneur-chef Cory Clouston croit que les problèmes en attaque affectent le moral des troupes, et qu’il faut surmonter cela immédiatement.

Personne ne marque. Nous n'avons pas généré beaucoup de chose en tant qu’équipe. Nous n’avons pas provoqué de pénalité chez l’adversaire. Je pense que nous avons obtenu trois occasions en supériorité numérique au cours des trois ou quatre derniers matchs. Nous devons faire beaucoup plus pour obtenir la rondelle, provoquer des pénalités, obtenir un rythme et de la confiance avec la rondelle. Cela a un effet boule de neige. Nous sommes capables de marquer des buts. Il suffit de retrouver notre aplomb et de regarder en avant. Si nous continuons à regarder en arrière, nous allons nous démolir. Si l’on joue du hockey de rattrapage et l’on regarde les statistiques tous les jours, la saison sera longue... - Jason Spezza
« Nous nous sommes mis dans cet énorme pétrin et cela s’amplifie chaque fois que nous ne parvenons pas à marquer un but, a déclaré Clouston. Les choses se compliquent lorsque nous ne marquons pas tôt dans un match. C’est l’effet boule de neige et ça devient un gros problème, car nous ne sommes pas capables de marquer des buts. Une erreur ne devrait pas nous coûter un match. Lorsqu’on obtient ces opportunités en début de match, il faut en profiter. Cela change complètement le caractère de la partie. »

Alors que les Sénateurs ont pu profiter de solides performances des gardiens Pascal Leclaire et Brian Elliott la plupart du temps, c’est l’attaque en panne qui est principalement la principale responsable des échecs des derniers matchs. Maintenant, avec un dossier de 12-15-2, Ottawa se retrouve au neuvième rang dans l'Est, à sept points d’une place en séries éliminatoires. Et les autres équipes derrière les Sénateurs au classement commencent à apparaître dans le rétroviseur.

Inutile de dire qu’il y a un sentiment croissant d'urgence pour inverser la tendance. Non pas qu'il y ait un manque de volonté pour résoudre le problème le plus tôt possible.

« Plus cela perdurera, plus l’écart va se creuser et qu’il sera difficile d’évoluer dans ce contexte, a dit le capitaine Daniel Alfredsson. Toutefois, en tant qu’athlète professionnel, on n’abandonne jamais. On continue jusqu'à ce qu’il n’y ait aucune chance mathématiquement. Je ne pense pas que nous allons fixer une date (là-dessus) ou quoi que ce soit. Nous allons continuer à travailler et nous espérons pouvoir obtenir une série de victoires avant qu'il ne soit trop tard. »

Clouston a indiqué que la situation actuelle des Sénateurs fait en sorte que la marge d'erreur est devenue peut-être plus mince que jamais. Rien pour aider à atténuer la pression lorsque le match est en jeu dans les minutes cruciales.

« Lorsqu’on réussit le premier but ou que l’on marque quelques buts au début nous donne confiance et de l'énergie, dit-il. On ne dit pas que c’est une situation qui se répète. Et c’est plus facile à dire qu'à faire. Si j'étais dans cette situation, où j'ai raté quatre ou cinq belles chances de marquer que cela a commencé à faire boule de neige, cela peut rester collé sur nous.

« Nous devons trouver un moyen de persévérer. Nous devons nous assurer d'obtenir ces opportunités et de faire mieux. Sinon, nous nous retrouvons dans le pétrin, où une erreur en fin de match peut nous coûter cher. »

Bloc-notes

Situation plutôt rare mercredi, alors que Clouston disposait d’une formation complète pour la séance d'entraînement à la Place Banque Scotia. « C'est seulement la deuxième fois que nous vivons une telle situation depuis le début de l'année, dit-il. Ainsi, nous sommes en mesure de vraiment travailler sur des choses. L'intensité était beaucoup plus élevée et c'est un signe positif. » Alfredsson, Spezza et le défenseur Sergei Gonchar figurent sur le bulletin de vote pour le scrutin du Match des étoiles 2011 de la LNH. Cliquez ici pour voter pour vos joueurs des Sénateurs... Les matchs contre les Rangers et les Devils marquent une série de trois affrontements à domicile, alors que les Thrashers d'Atlanta seront aussi les visiteurs à la Place Banque Scotia, lundi.


En voir plus